Rechercher

Les juifs de Floride au cœur de la bataille sur l’avortement contre DeSantis

Le gouverneur a limogé le procureur juif de Tampa qui s'est engagé à ne pas poursuivre en justice les contrevenants à la loi interdisant l'avortement à 15 semaines

Les juifs de tout le pays se sont impliqués dans la protection du droit à l'avortement, mais les juifs de Floride se sont positionnés de manière unique comme leaders dans leur État. (Crédit : Anna Moneymaker/Getty Images via JTA)
Les juifs de tout le pays se sont impliqués dans la protection du droit à l'avortement, mais les juifs de Floride se sont positionnés de manière unique comme leaders dans leur État. (Crédit : Anna Moneymaker/Getty Images via JTA)

JTA – Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a intensifié sa lutte concernant le projet de loi sur l’interdiction de l’avortement à 15 semaines, en renvoyant un procureur de la région de Tampa qui s’était engagé à ne pas poursuivre en justice les contrevenants.

Cette décision a également propulsé une autre figure juive au premier plan de la lutte.

Andrew Warren, le procureur du comté de Hillsborough, s’était joint à plus de 90 autres procureurs dans tout le pays pour s’engager à ne pas poursuivre les personnes qui demandent ou pratiquent des avortements à la suite de la décision de la Cour suprême des États-Unis, en juin, d’annuler Roe v. Wade, la décision de 1973 qui garantissait le droit à l’avortement.

« Criminaliser et poursuivre les personnes qui cherchent à avorter ou qui fournissent des soins en matière d’avortement revient à se moquer de la justice », indique la lettre. « Les procureurs ne devraient pas participer à cela. »

Warren, qui a déclaré que son identité juive a façonné sa carrière gouvernementale, rejoint d’autres juifs de Floride, qui occupent des postes importants, dans la lutte pour protéger l’accès à l’avortement : une synagogue du sud de la Floride, invoquant la liberté religieuse, a été la première à intenter un premier procès contre l’interdiction de l’avortement en Floride, et un activiste politique juif, qui s’était fait connaître pour ses protestations contre les mesures prises par DeSantis pendant la pandémie, a accepté de représenter la congrégation.

Warren a grandi dans une famille juive conservatrice et a obtenu, en 1999, un diplôme de l’Université Brandeis, où il était président de la fraternité juive de l’université, la branche AEPi, et assistait aux offices religieux des fêtes du Nouvel an juif et du Shabbat. En 2018, Warren a déclaré à la fraternité qu’il attribuait à son expérience universitaire juive le mérite de l’avoir préparé à entrer dans le gouvernement.

Photo non datée d’Andrew Warren, l’ancien procureur d’État du comté de Hillsborough, en Floride, suspendu de son poste le par le gouverneur Ron DeSantis, en raison de son refus de poursuivre en justice les avortements. (Crédit : Octavio Jones/Getty Images via JTA)

« Le concept de Tikkun Olam et de rendre au monde résonne en moi, même maintenant dans ma carrière », a-t-il déclaré, en utilisant le terme hébreu signifiant « réparation du monde » qui se rapporte souvent aux idéaux de justice sociale. « Il est difficile de séparer cela de ma vie professionnelle et je peux donc remercier mes parents de m’avoir inculqué ces valeurs très tôt. »

À l’échelle nationale, le militantisme juif pour la protection de l’avortement a également pris son envol. Le National Council of Jewish Women et son initiative Rabbis for Repro ont organisé des rassemblements et récolté des fonds pour l’avortement depuis que la décision de la Cour suprême dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization a été divulguée en mai.

Les Juifs de Floride occupent une position unique de leader dans le combat pour la protection du droit à l’avortement dans cet État. En juin, la Congrégation LeDor VeDor de Boynton Beach a intenté une action en justice alléguant que le projet de loi 5 de la Chambre des représentants de Floride, qui interdit les avortements après 15 semaines, viole le droit à la vie privée et la liberté de religion des Floridiens, au motif qu’il « interdit aux femmes juives de pratiquer leur foi sans intrusion du gouvernement, ce qui viole leur droit à la vie privée et leur liberté de religion ».

Le rabbin Barry Silver de LeDor VeDor, qui est également avocat spécialisé dans les droits civils et qui a intenté le procès, a déclaré qu’il était heureux de voir les Juifs prendre la tête sur les questions de liberté religieuse comme l’avortement.

« Nous savons ce qui se passe lorsque le mur de séparation entre l’Église et l’État est abattu », a déclaré M. Silver à la Jewish Telegraphic Agency. « C’est toujours mauvais pour le peuple juif, d’abord, puis pour tous les autres. »

Lundi, cinq autres actions en justice liées à la religion ont été intentées dans l’État de Floride, dont trois par des synagogues du sud de la Floride qui allèguent que la loi équivaut à une discrimination religieuse parce que la loi juive permet et parfois exige des avortements.

Daniel Uhlfelder, un candidat juif au poste de procureur général qui a rejoint le procès LeDor VeDor en tant que co-conseiller, a déclaré qu’il était naturel que l’importante population juive de Floride joue un rôle de premier plan dans la lutte pour le droit à l’avortement.

« Nous avons un sixième sens pour l’autoritarisme », a déclaré Uhlfelder. « Nous savons ce qu’il est, à quoi il ressemble, et il n’est donc pas surprenant que les juifs soient parfois en avance pour le repérer et agir en conséquence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...