Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Les Juifs de la Diaspora doivent-ils participer au débat sur la Loi du retour ?

Un sondage a révélé qu'un grand nombre de personnes pensent que les Juifs de l'étranger devraient participer au débat sur la proposition d'abroger la "clause des petits-enfants"

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Des immigrants juifs fuyant les zones de guerre de l'Ukraine à leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des immigrants juifs fuyant les zones de guerre de l'Ukraine à leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les Israéliens sont profondément divisés, principalement en fonction des courants religieux, au sujet d’un projet de loi visant à modifier la Loi du retour, la législation de 1970 qui définit en grande partie les politiques d’immigration d’Israël, ainsi que sur la question de savoir qui devrait même prendre part au débat à ce sujet, selon une enquête du centre de recherches Israel Democracy Institute (IDI) publiée mercredi.

Les partis religieux de la coalition gouvernementale – les partis ultra-orthodoxes Yahadout HaTorah et le Shas, et les factions nationalistes religieuses Otzma Yehudit, Noam et HaTzionout HaDatit – ont tous demandé l’annulation de la « clause des petits-enfants », qui garantit la citoyenneté à toute personne ayant au moins un grand-parent juif, à condition qu’elle ne pratique aucune autre religion. Selon eux, étant donné que de nombreuses personnes qui immigrent en Israël en vertu de cette clause ne sont pas juives selon la plupart des interprétations de la loi juive orthodoxe – ou halakha – cette clause affaiblit le « caractère juif » de l’État.

La suppression de la « clause des petits-enfants » affecterait principalement et de manière disproportionnée les candidats à l’immigration originaires de l’ex-Union soviétique, qui sont plus susceptibles de faire usage de cette disposition, en grande partie en raison des normes culturelles de ces pays, selon lesquelles l’ethnicité est transmise de manière patrilinéaire, bien que la judéité soit traditionnellement transmise par la mère.

Le Likud, qui compte de nombreux partisans originaires de l’ex-Union soviétique, a résisté à ces demandes lors des négociations de coalition, mais a finalement accepté de former une commission chargée d’examiner la législation visant à modifier la Loi du retour.

Les opposants à la proposition en Israël, dont plusieurs politiciens de droite de premier plan, préviennent que la modification de la Loi du retour porterait gravement atteinte aux relations d’Israël avec les Juifs de la Diaspora. Les dirigeants des groupes juifs américains et internationaux ont vigoureusement mis en garde contre la suppression de la « clause des petits-enfants » et ont promis de lutter contre cette mesure.

L’enquête de l’IDI a porté non seulement sur le projet de loi en lui-même, mais aussi sur la question de savoir qui, selon les Israéliens, a le droit d’y participer, ainsi que sur deux questions annexes : l’opinion des Israéliens sur les mariages inter-confessionnels et sur les conversions au judaïsme. L’inclusion de cette dernière question s’explique par le fait que les partisans du maintien de la Loi du retour, telle qu’elle est, soutiennent que l’assouplissement du processus de conversion encouragerait un plus grand nombre de personnes éligibles à la citoyenneté mais non-juives à se convertir, ce qui atténuerait la question du « caractère juif » de l’État.

Le sondage a été publié avant une conférence sur la Loi du retour organisée par One Million Lobby, un groupe de défense qui représente environ un million d’Israéliens russophones.

L’enquête a révélé des divergences importantes sur la proposition, ses objectifs et ses ramifications, ainsi que sur la question de savoir qui devrait pouvoir prendre part aux discussions, principalement sur des bases religieuses.

Sur les 621 Israéliens juifs interrogés, 46 % ont déclaré que les représentants des Juifs de la Diaspora devraient être inclus dans les débats de la Knesset sur la Loi du retour, tandis que 40 % ont déclaré qu’ils ne le devraient pas, et 14 % ont déclaré être incertains.

Ces résultats s’appliquent à tous les courants politiques et religieux, seuls deux groupes s’opposant plus qu’ils ne soutiennent à la participation des Juifs de la Diaspora aux discussions : les Arabes israéliens, qui sont 51 % à s’y opposer, 27 % à y être favorables et 22 % à être incertains ; et les Israéliens ultra-orthodoxes, ou haredim, qui sont 55 % à s’y opposer, 37 % à y être favorables et 8 % à être incertains.

Les Israéliens laïcs et massorti (conservateurs) se sont montrés méfiants à l’égard de l’explication donnée pour expliquer pourquoi les partis religieux font pression en faveur du changement de loi, respectivement 51 % et 41 % doutant que « l’annulation proposée de la ‘clause des petits-enfants’ dans la Loi du retour vise à maintenir la majorité juive en Israël ».

Environ les trois quarts des Israéliens haredim, nationalistes religieux et « religieux traditionnels » pensent que ceci en est la raison.

Le président Isaac Herzog et le Premier ministre Benjamin Netanyahu posant pour une photo de groupe du nouveau gouvernement à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 29 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De même, les Israéliens laïcs et massorti étaient plus susceptibles de dire que la révocation de la « clause des petits-enfants » porterait « atteinte au principe sioniste d’intégration de l’immigration et de rassemblement des exilés ».

Presque toutes les personnes interrogées ont déclaré que la modification de la Loi du retour réduirait l’immigration en Israël, ou alyah, à l’exception des sondés haredim, dont 63 % ont déclaré que ce ne serait pas le cas. L’annulation de la « clause des petits-enfants » entraînerait presque certainement une baisse de l’immigration, probablement faible, mais néanmoins statistiquement significative.

L’enquête a révélé que les Israéliens juifs sont favorables à l’assouplissement du processus de conversion pour les citoyens israéliens qui ne sont pas considérés comme Juifs par le Grand-Rabbinat, 50 % des personnes interrogées s’y déclarant favorables contre 42 % s’y opposant.

Près de 500 000 Israéliens sont officiellement répertoriés comme étant « sans religion », c’est-à-dire ceux qui ont immigré en Israël en vertu de la Loi du retour mais ne sont pas Juifs selon la halakha, ainsi que leurs descendants. Chaque année, environ 2 000 personnes se convertissent au judaïsme par le biais du système actuel.

Un récent sondage réalisé par One Million Lobby a révélé que 45 % des Israéliens « sans religion » envisageraient de se convertir au judaïsme si le processus était quelque peu assoupli, tout en restant conforme aux normes orthodoxes. Il s’agirait principalement de supprimer des éléments tels que l’exigence que les conjoints du converti potentiel adoptent également un style de vie religieux et que les enfants étudient dans des écoles religieuses, ou plus généralement de rendre le processus plus « respectueux ».

Illustration : Un tribunal rabbinique israélien examinant un cas de conversion. (Crédit : Flash90)

Les sondés haredim étaient presque uniformément opposés à la modification du processus de conversion, 92 % d’entre eux s’y opposant. Les Israéliens nationalistes religieux et traditionnels sont également opposés, mais dans une moindre mesure, avec environ deux tiers d’entre eux qui se disent contre le changement de processus, contre un tiers qui y est favorable. La plupart des Israéliens massorti et laïcs sont favorables à la modification du processus. Parmi les Israéliens laïcs, 77 % y sont favorables.

Les Israéliens qui ne sont pas considérés comme Juifs par le Grand-Rabbinat sont confrontés à des défis importants en Israël, tant sur le plan logistique que social. Parce qu’il n’y a pas de mariage civil en Israël, les Israéliens « sans religion » ne peuvent pas épouser leur partenaire juif dans le pays et sont contraints de célébrer leur mariage à l’étranger. Ils ne peuvent pas non plus être enterrés aux côtés de leur conjoint juif.

Mais de nombreux Israéliens « sans religion » n’arriveront jamais à cette situation, car la majorité des Israéliens juifs s’opposent au mariage inter-confessionnel, selon l’enquête de l’IDI.

La grande majorité des Israéliens haredim, nationalistes religieux, religieux traditionnels et massorti ont déclaré qu’ils seraient « troublés si un homme ou une femme de leur famille épousait une personne qui n’est pas juive selon la halakha mais qui a grandi en Israël ». Les Israéliens laïcs sont le seul groupe avec une majorité – 70 % – disant qu’ils ne seraient pas « dérangés » si cela se produisait.

Le ministre de la Culture et des Sports, Miki Zohar, à droite, à côté de son prédécesseur, Chili Tropper, lors de la cérémonie de passation de pouvoirs, à Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ces commentaires ont été faits alors que des législateurs, des rabbins et des activistes israéliens, représentant un large éventail d’opinions, débattent de la Loi du retour et des changements proposés à celle-ci, arrivant généralement à la conclusion que la question est compliquée et volatile.

Les partis religieux de la coalition ont fait pression pour l’annulation de la « clause des petits-enfants », qui accorde la citoyenneté à toute personne ayant au moins un grand-parent juif.

Les législateurs de l’opposition, y compris les orthodoxes, se sont farouchement opposés à cette proposition, et le Likud a résisté à l’initiative, poussant plutôt à un amendement plus nuancé.

Le ministre de la Culture et du Sport, Miki Zohar, a déclaré qu’il est peu probable qu’ils parviennent à respecter le calendrier de la coalition pour apporter les changements très controversés à la Loi du retour.

Zohar a déclaré qu’à la lumière de ces complexités, le gouvernement est peu enclin à respecter le calendrier fixé dans ses accords de coalition, qui exigeait qu’il propose un projet de loi modifiant la Loi du retour avant la fin du mois de mars.

« Ne vous inquiétez pas, nous ne respecterons pas cette clause [pour les accords de coalition] tout du moins. Nous prendrons beaucoup plus de temps que 60 jours », a déclaré Zohar, s’exprimant lors d’une conférence sur la Loi du retour à Ramat Gan.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.