Rechercher

Les Kurdes, victimes du rapprochement entre Damas et Ankara à Moscou ?

Quelles peuvent être les conséquences de cette réunion pour l'administration semie-autonome kurde soutenue par les États-Unis et sous la menace d'une opération terrestre d'Ankara ?

Un homme vêtu d'un uniforme d'officier turc fait le signe des Loups gris (une organisation ultranationaliste d'extrême droite turque), lors d'une manifestation en soutien à la Turquie voisine dans la ville syrienne de Bizaa, au nord d'Alep, le 21 décembre 2018. (Crédit : Bakr ALKASEM / AFP)
Un homme vêtu d'un uniforme d'officier turc fait le signe des Loups gris (une organisation ultranationaliste d'extrême droite turque), lors d'une manifestation en soutien à la Turquie voisine dans la ville syrienne de Bizaa, au nord d'Alep, le 21 décembre 2018. (Crédit : Bakr ALKASEM / AFP)

La première rencontre tripartite depuis 2011 qui a eu lieu mercredi à Moscou entre les ministres turc et syrien de la Défense pourrait placer les Kurdes face à un ultimatum, selon des analystes.

Quelles peuvent être les conséquences de cette réunion pour l’administration semie-autonome kurde soutenue par les États-Unis et sous la menace d’une opération terrestre d’Ankara depuis des mois ?

Quelles relations entre Turquie et Syrie ?

Avant le début du conflit en Syrie en 2011, Ankara était un partenaire politique et économique privilégié de Damas.

Mais la guerre, qui a débuté par des manifestations antigouvernementales avant de se transformer en conflit complexe, a considérablement tendu les relations. 

Ankara s’est posé en soutien indéfectible de l’opposition politique ainsi que des groupes rebelles et accueille sur son sol près de quatre millions de réfugiés.

En 2021, un bref échange informel entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays laissait présager un rapprochement. 

Ankara et Damas avaient reconnu des contacts entre services de renseignement et en août, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avait appelé à la réconciliation entre le régime et l’opposition en Syrie.

M. Erdogan, qui a plusieurs fois qualifié M. Assad « d’assassin » ces dernières années, a évoqué en novembre une « possible » rencontre.

La Russie, selon les analystes, joue un rôle clé dans le rapprochement entre ses deux alliés, unis par un « ennemi » commun, à savoir les forces kurdes soutenues par Washington.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours lors d’une réunion de son parti Justice et Développement à la Grande Assemblée nationale turque à Ankara, le 18 mai 2022. (Crédit : Adem Altan/AFP)

Pourquoi ce timing ?

Selon Moscou, des discussions trilatérales mercredi ont porté sur « les façons de résoudre la crise syrienne et la question des réfugiés » et « les efforts conjoints pour combattre les groupes extrémistes ».

Moscou et Damas ont souligné la nécessité de « poursuivre le dialogue ».

La rencontre au niveau ministériel est due aux « développements liés à l’opération militaire turque qui était prévue dans le nord (de la Syrie, ndlr) et a été empêchée par Moscou », a indiqué à l’AFP le directeur du Centre d’études stratégiques de Damas, Bassam Abou Abdallah.

Depuis le 20 novembre, Ankara a intensifié ses bombardements contre des positions kurdes dans le nord de la Syrie et menace de déclencher une offensive terrestre.

Ankara qualifie les combattants kurdes de « terroristes » et a lancé depuis 2016 trois offensives terrestres contre eux.

Les cycles de pourparlers menés par le gouvernement syrien avec l’administration semie-autonome kurde – qui contrôle de vastes zones dans le nord et l’est de la Syrie y compris les champs de pétrole les plus importants – ont échoué. 

« Erdogan subit d’intenses pressions politiques pour mener une opération militaire en Syrie et relocaliser autant de Syriens que possible » dans leur pays avant les élections de juin, selon Nick Heras, chercheur au New Lines Institute. 

« S’il recevait le feu vert d’Assad pour mener des opérations aériennes contre les Kurdes, une guerre s’ensuivrait », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, Ankara avait indiqué être en contact avec Moscou pour obtenir « l’ouverture de l’espace aérien » syrien aux avions de guerre turcs.

Des combattants syriens soutenus par les Turcs à côté d’un tank M60 fabriqué par l’armée américaine dans la banlieue nord de la ville syrienne de Manbij, près de la frontière turque, dans l’assaut contre les villes frontalières kurdes, le 14 octobre 2019. (Crédit : Zein Al RIFAI / AFP)

Quel scénario pour les Kurdes ?

Pour les Kurdes, qui ont combattu le groupe État islamique (EI), les choix sont difficiles.

« L’objectif immédiat des trois pays est d’éliminer les Forces démocratiques syriennes (FDS, coalition armée menée par les Kurdes) », a déclaré à l’AFP Fabrice Balanche, maître de conférence à l’Université Lumière Lyon 2.

Selon lui, Ankara veut « éliminer la ‘menace kurde’ et tout simplement chasser la population kurde du Nord de la Syrie », tandis que pour Moscou « il s’agit d’éliminer un allié des États-Unis en Syrie, les FDS, et de renforcer ainsi son allié Bachar al-Assad ».

Pour Damas, « il s’agit de récupérer ce territoire et surtout ses richesses pétrolières »du nord-est du pays. 

« Le régime a besoin que la Turquie neutralise les jihadistes d’Idleb », ajoute-t-il, en référence à Hayat Tahrir Al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda), qui contrôle environ la moitié de la province d’Idleb (nord-ouest).

Si les Kurdes refusent les conditions d’Ankara de se retirer dans une zone à 30 km de la frontière, la réunion tripartite constituera le précurseur à une « invasion turque ».

« L’offensive turque n’est qu’une question de temps. Erdogan a besoin d’une victoire contre les Kurdes en Syrie dans le cadre de sa campagne électorale », pour M. Balanche.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.