Les leaders des implantations intensifient leur campagne pour les routes en Cisjordanie
Rechercher

Les leaders des implantations intensifient leur campagne pour les routes en Cisjordanie

Yossi Dagan rassemble un groupe de députés de droite qui refuseront de voter avec la coalition jusqu'à ce que le budget de 800 millions de shekels promis par Netanyahu soit adopté

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Les membres de HaBayit HaYehudi assis dans une tente de protestation avec le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan (3e à droite) devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 25 octobre 2017 (Crédit : Autorisation Conseil régional de Samarie)
Les membres de HaBayit HaYehudi assis dans une tente de protestation avec le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan (3e à droite) devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 25 octobre 2017 (Crédit : Autorisation Conseil régional de Samarie)

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, a réuni un groupe de députés de droite qui refuseront de voter avec la coalition jusqu’à ce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu fasse voter par le gouvernement un budget pour les routes et le développement des infrastructures en Cisjordanie, a confirmé un résident d’implantation au Times of Israël mercredi.

Au cours de la réunion qui a eu lieu plus tôt dans la journée avec Avi Roeh, président du groupe de coordination du Conseil Yesha, Netanyahu a promis que 800 millions de shekels seraient investis dans des projets d’infrastructure à partir de 2018.

Alors que les responsables du Conseil de Yesha ont salué l’annonce, Dagan n’a pas été convaincu et s’est tourné vers les députés pour augmenter la pression sur le Premier ministre, mettant en évidence un fossé croissant entre les dirigeants du mouvement des implantations sur l’approche appropriée à adopter face aux récentes promesses de Netanyahu.

Le groupe de députés comprendrait des législateurs qui ont visité la tente de protestation de Dagan, installée devant la résidence du Premier ministre mardi, avec des membres de familles ayant perdu des proches lors d’attaques terroristes commises sur les routes de Cisjordanie. Ils exigent que l’État construise davantage de routes qui contournent les centres de population palestiniennes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec Yossi Dagan, leader du mouvement des implantations, lors d'un événement commémorant 50 années d'implantation en Cisjordanie, le 28 août 2017. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israël)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec Yossi Dagan, leader du mouvement des implantations, lors d’un événement commémorant 50 années d’implantation en Cisjordanie, le 28 août 2017. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israël)

La ministre de la Culture, Miri Regev, le ministre de la Santé, Haim Katz, le ministre de l’Economie, Eli Cohen, et le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, tous membres du Likud, se sont rendus à la tente de protestation pendant la journée de mardi.

Une délégation de cinq députés de HaBayit HaYehudi s’est arrêtée plus tard dans la soirée, et le ministre de l’Education Naftali Bennett, qui dirige ce parti, a envoyé une déclaration de soutien à Dagan plus tôt dans la journée.

Le député Oren Hazan (Likud) fait également partie du groupe des législateurs rebelles de droite, a signalé la Deuxième chaîne.

Le responsable des implantations a déclaré au Times of Israël que Dagan — avec l’aide des députés rebelles — a envoyé un ultimatum clair à Netanyahu : adopter une résolution du cabinet allouant les 800 millions de shekels promis aux infrastructures de Cisjordanie, ou les membres du propre camp de Netanyahu ne voteront pas avec la coalition.

Dans une lettre rédigée suite à sa rencontre avec le Premier ministre, Roeh a décrit de manière positive le plan promis par Netanyahu. « C’est un message important envoyé à toutes les populations de Judée, de Samarie et de la vallée du Jourdain après une longue période de travail intensif avec divers ministères », a-t-il écrit.

« C’est un message festif qui marque le début de la 50e année d’établissement [en Cisjordanie] », a dit le directeur du conseil de Yesha, Shilo Adler, dans une déclaration enregistrée à la suite de la réunion.

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, à gauche, et le président du conseil local de Beit Arye, Avi Naim, montrent une route de contournement en Cisjordanie encore inachevée, des années après le début de sa construction (Crédit : Autorisation Roy Hadi)
Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, à gauche, et le président du conseil local de Beit Arye, Avi Naim, montrent une route de contournement en Cisjordanie encore inachevée, des années après le début de sa construction (Crédit : Autorisation Roy Hadi)

Mais les réactions des autres dirigeants des implantations à la promesse de Netayahu ont démontré une rupture au sein du Conseil de Yesha. Depuis la tente de protestation, Dagan a refusé de prendre Netanyahu au mot. « Nous en avons assez des promesses et des pirouettes », a-t-il déclaré.

Il a promis de continuer sa manifestation sur la rue Balfour, avec les membres des familles qui ont perdu des proches lors d’attaques terroristes sur les routes de Cisjordanie, jusqu’à ce que tout l’argent soit transféré. « Le sang de nos résidents ne sera pas abandonné », a-t-il clamé.

Le porte-parole du Conseil de Yesha, Yigal Dilmoni, a déclaré que Dagan avait parfaitement le droit de continuer sa protestation, mais que le président du Conseil régional de Samarie ne parlait pas au nom du groupe en entier.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les chefs du Conseil de Yesha au bureau du Premier ministre de Jérusalem le 27 septembre 2017 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les chefs du Conseil de Yesha au bureau du Premier ministre de Jérusalem le 27 septembre 2017 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

« Même si nous attendons toujours l’argent, nous sommes très satisfaits, a insisté Dilmoni. Il est important de savoir quand fermer boutique après avoir obtenu des résultats. » Il a ajouté que son organisation est dirigée de façon démocratique et qu’il respectait la tactique de Dagan. « Mais nous avons agi différemment, ce qui a eu l’air de marcher », a-t-il souligné.

Un responsable du bureau du Premier ministre a indiqué au Times of Israël qu’il ignorait d’où viendraient les 800 millions de shekels.

Dagan a été rejoint par le président du conseil local de Beit Arye, Avi Naim, qui a également exprimer qu’il n’était pas encore convaincu que Netanyahu allait transférer les fonds. Cependant, le président du Conseil régional du Gush Etzion, Shlomo Neeman, et le président du Conseil régional de Har Hébron, Yochai Damari, ont félicité le Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...