Les manifestants anti-Netanyahu se rassemblent avant le scrutin
Rechercher

Les manifestants anti-Netanyahu se rassemblent avant le scrutin

D'importantes manifestations sont prévues cette semaine ; un groupe organisateur espère amener "l'esprit" du mouvement dans les urnes

Des manifestants anti-Netanyahu à Eilat, le 13 mars 2021. (Autorisation : Kumi Israel/The Black Flags)
Des manifestants anti-Netanyahu à Eilat, le 13 mars 2021. (Autorisation : Kumi Israel/The Black Flags)

Alors qu’il ne reste que dix jours avant les élections israéliennes, les manifestants se sont rassemblés, samedi soir, dans le pays pour la 38e semaine d’affilée de regroupements réclamant la démission du Premier ministre Netanyahu, en raison de ses mises en examen pour corruption et pour sa gestion du coronavirus.

Les principaux rassemblements ont eu lieu aux abords de la résidence du Premier ministre à Jérusalem et devant son domicile privé de la ville côtière de Césarée. Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées sur ces deux sites.

Des regroupements moins importants ont eu lieu sur les pont autoroutiers et aux intersections de tout le pays.

« Ce sont les urnes qui changeront la gouvernance criminelle », disait l’un des panneaux brandis à Tel Aviv, selon le site d’information Maariv.

Le mouvement des Drapeaux noirs a indiqué que cette semaine, alors que le scrutin se tiendra dans les jours qui suivent, un mouvement de protestation plus important et qui se déroulera sur tout le territoire de l’État juif sera prévu pour encourager les citoyens à aller voter.

Le groupe Ein Matzav, l’une des organisations à la tête des manifestations, a déclaré qu’il était impératif d’amener « l’esprit » des manifestations dans les bureaux de vote, « pour garantir que tout un chacun viendra déposer un bulletin qui nous rendra notre pays ».

Israël se prépare à de nouvelles élections qui auront lieu le 23 mars. Ce sera le quatrième vote en deux ans.

Les manifestants se sont régulièrement rassemblés depuis des mois pour dénoncer Benjamin Netanyahu, demandant sa démission en raison de son procès en cours pour corruption, fraude et abus de confiance. Ils critiquent également la prise en charge gouvernementale de la pandémie de coronavirus.

Netanyahu, de son côté, n’a cessé de clamer son innocence, affirmant que les inculpations résultaient d’un coup monté par ses adversaires politiques, les médias, la police et les procureurs pour l’écarter du pouvoir.

Au cours des dernières semaines, un certain nombre d’incidents violents ont été rapportés contre les manifestants.

« Rien ne pourra arrêter l’accusé et ses soutiens s’il s’agit de porter préjudice à notre mouvement », avait indiqué le mouvement de protestation des Drapeaux noirs, l’un des principaux organisateurs, dans un communiqué émis la semaine dernière. « Les cyber-activités, la violence physique et les incitations des partisans du Likud sont devenues une habitude. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...