Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

« Les otages sont devenus des pions dans la guerre », dit la fille d’Oded Lifschitz

Sharone Lifschitz, dont le père octogénaire est retenu en otage depuis le 7 octobre, pense qu'il aurait déjà pu rentrer chez lui si le gouvernement avait "joué son jeu différemment"

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Sharone Lifschitz et son père Oded Lifschitz, avant qu'il ne soit pris en otage par le Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Sharone Lifschitz et son père Oded Lifschitz, avant qu'il ne soit pris en otage par le Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Alors que Sharone Lifschitz compte les jours écoulés depuis que son père âgé, Oded Lifshitz, a été capturé par le groupe terroriste Hamas le 7 octobre, elle a exprimé sa conviction que les otages israéliens sont devenus des pions dans la guerre que mène Israël contre le Hamas à Gaza.

« Je pense que mon père aurait pu revenir si la partie avait été jouée différemment », a déclaré Lifschitz, estimant que de nombreux Israéliens pensent que le Premier ministre Benjamin Netanyahu est davantage intéressé par le maintien de son gouvernement au pouvoir que par le retour des otages. « C’est une tragédie en soi, d’avoir un tel dirigeant. »

Lifschitz a peu d’espoir de retrouver son père – un homme de 83 ans qui était fragile, malade et blessé lorsqu’il a été capturé – en vie, surtout après n’avoir reçu aucun signe de vie depuis des mois. Elle pense également aux autres otages, notamment à tous les voisins et amis de sa famille capturés au kibboutz Nir Oz.

Oded Lifshitz et sa femme, Yocheved Lifshitz, 85 ans, ont été enlevés par des terroristes du Hamas à leur domicile le 7 octobre. Au total, 46 otages ont été enlevés dans cette communauté frontalière et 71 ont été tués, parmi les 1 200 tués et 252 otages enlevés lors de l’assaut du Hamas dans le sud d’Israël.

Yocheved Lifshitz et une autre membre de Nir Oz, Nurit Cooper, 78 ans, ont été libérées par le Hamas le 28 octobre. Aujourd’hui, Yocheved, ainsi que six autres membres plus âgés de Nir Oz, vivent dans des résidences pour personnes âgées dans le centre du pays.

Sharone Lifschitz a déclaré qu’il n’y avait « pas de mode d’emploi pour une période comme celle-ci », et pourtant, en tant que fille de deux militants politiques, elle croit fermement à la lutte pour son peuple, tout en conservant le désir de vivre en paix à côté des voisins du kibboutz, les Palestiniens de Gaza.

Oded et Yocheved Lifshitz avant qu’ils ne soit pris en otage par le Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

« Je pense qu’il y a une énorme dévalorisation de la vie », a déclaré Lifschitz au Times of Israel vendredi. « Le caractère sacré de la vie est mis à mal d’une manière que nous n’aurions jamais pu imaginer. Quand un ministre n’est pas capable de donner le nombre d’otages, c’est navrant. Mais c’est tout autant navrant pour moi de voir à quel point les gens sont imperturbables face à ce qui se passe à Gaza ».

Israélien de la sixième génération, Lifschitz a été élevé par des parents qui ont participé à la fondation du kibboutz Nir Oz, dans le désert, dans les années 1950, et qui souhaitaient également nouer des liens avec leurs voisins palestiniens.

Oded Lifshitz a grandi au sein du mouvement de jeunesse de gauche Hashomer Hatzaïr, qui croit en la paix entre les nations. Il a toujours incarné ces convictions, en se battant pour les droits des Bédouins dans le nord du Sinaï dans les années 1970, en conduisant des Palestiniens dans des hôpitaux israéliens et en écrivant de longues lettres détaillées pour conseiller le président américain de l’époque, Barack Obama.

Sharone Lifschitz, la plus jeune de ses frères et sœurs, a été placée dans des logements pour enfants dès sa naissance, conformément au protocole du kibboutz. Sa mère a toujours été très affectueuse, a déclaré Lifshitz, alors que Yocheved est apparue brièvement sur l’écran Zoom pendant l’interview, faisant un signe de la main puis couvrant le visage de sa fille de baisers.

Sa mère va bien physiquement après le traumatisme de sa captivité, a déclaré Lifschitz, qui l’a qualifiée de « huitième merveille » du monde. Mais ils comptent régulièrement les jours de la captivité de son père.

« Nous trouvons tous ce laps de temps impossible », a déclaré Lifschitz. « Ma mère vit pleinement sa vie, s’engage et tient les rênes de la famille, et la vie continue. Et en parallèle, elle dit : ‘Nous prendrons cette décision quand papa rentrera à la maison’ ».

Yocheved Lifshitz, 85 ans, parle aux journalistes à l’hôpital Ichilov à Tel Aviv après avoir été libérée de la captivité du Hamas le 24 octobre 2023 (Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Sharone Lifschitz, 52 ans, est une artiste, cinéaste et conférencière qui vit à Londres depuis 32 ans avec son mari et son fils de 12 ans, mais qui a passé la majeure partie de son temps ces sept derniers mois en Israël aux côtés de sa mère et de leur famille élargie, à se battre pour les otages.

La plupart des survivants de Nir Oz ont été évacués vers des hôtels à Eilat, puis ont emménagé dans de nouveaux immeubles à Karmei Gat, près de Kiryat Gat.

Yocheved Lifshitz voulait être proche de ses enfants et du Forum des otages et des familles disparues, dont le siège se trouve à Tel Aviv. Pour l’instant, explique sa fille, sa résidence senior, qui ressemble à une communauté de kibboutz, est ce qui convient le mieux à sa mère.

Elles passent toutes du temps avec la grande famille de Nir Oz. « Nous sommes une famille, nous faisons partie du kibboutz qui a peut-être été le plus négligé le 7 octobre », a déclaré Lifschitz.

Yocheved Lifshitz, au centre, libérée en octobre des geôles du Hamas, manifestant aux côtés de membres de sa famille, pour la libération des otages restants, dont son époux, Oded, à Tel Aviv, le 28 novembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Bien que sa famille ait toujours été très engagée politiquement, Lifschitz estime qu’elle ne doit pas intervenir politiquement pour l’instant, en tant que membre de la famille d’un otage et membre actif d’un forum qui s’efforce de maintenir la politique en dehors des manifestations en faveur des otages.

Mais elle est furieuse que les attaques du Hamas du 7 octobre soient minimisées et considérées comme compréhensibles dans certaines parties du monde occidental, et elle souligne que ce genre de point de vue est ce qui permet au fanatisme religieux de se développer. Elle continue de croire qu’il faut trouver des voix modérées pour amener le monde occidental à travailler ensemble, tant pour les Palestiniens que pour les Israéliens.

Elle est soutenue par l’université d’East London, où elle enseigne, qui s’est montrée généreuse en lui accordant des congés pendant ces mois traumatisants.

D’une certaine manière, Sharone Lifschitz a travaillé sur ces idées tout au long de sa vie professionnelle, créant des films et des projets artistiques qui examinent des lieux où les gens vivent avec un traumatisme national, comme l’Allemagne, l’Irlande du Nord et la Belgique.

Aujourd’hui, cette expertise est mise en avant dans les conversations du kibboutz sur la reconstruction, alors que la communauté réfléchit à la manière de reconstruire sa maison bien-aimée qui a été détruite le 7 octobre.

Lifschitz a récemment participé à une réunion entre des membres du kibboutz et des architectes, entourés de nouvelles veuves, d’orphelins et de parents endeuillés. Elle a déclaré que certains souhaitaient simplement reconstruire et passer à autre chose, mais elle a parlé de la nécessité pour le kibboutz d’être un lieu de vie où les traumatismes seraient intégrés dans l’espace réhabilité.

« Nous faisons partie d’un cercle plus large de personnes qui ont contribué et se sont battues pour ce pays de toutes les manières possibles », a-t-elle déclaré. « Nous faisons partie du combat et de la communauté, mais rien ne nous a préparés à un moment comme celui-ci. Ces personnes, même celles avec lesquelles je n’avais pas été en contact depuis de nombreuses années, sont devenues un sanctuaire pour nous ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.