Les Palestiniens reçoivent 500 000 vaccins contre le coronavirus des États-Unis
Rechercher

Les Palestiniens reçoivent 500 000 vaccins contre le coronavirus des États-Unis

Le don provient du mécanisme COVAX soutenu par la communauté internationale ; les vaccins arrivent au milieu d'une quatrième vague d'infections en Cisjordanie et à Gaza

Une cargaison de vaccins en provenance des États-Unis via le mécanisme COVAX arrive en Cisjordanie, le 24 août 2021. (WAFA)
Une cargaison de vaccins en provenance des États-Unis via le mécanisme COVAX arrive en Cisjordanie, le 24 août 2021. (WAFA)

Environ 500 000 vaccins contre le coronavirus sont parvenus à Ramallah mardi, dans le cadre d’un effort soutenu par les États-Unis pour fournir des doses aux Palestiniens par le biais de l’initiative internationale de vaccination COVAX.

« Nous avons été heureux de fournir 500 000 doses du vaccin Moderna pour aider à sauver des vies palestiniennes », a tweeté le secrétaire d’État américain Anthony Blinken mardi après-midi.

Environ 300 000 de ces doses resteront en Cisjordanie, tandis que 200 000 seront envoyées dans la bande de Gaza, a déclaré le ministre de la santé de l’Autorité palestinienne, Mai al-Kaila, lors d’une conférence de presse à Ramallah.

La bade de Gaza, dirigée par les terroristes du Hamas, ont organisé une loterie pour inciter la population très réticente à se faire vacciner.

Les vaccins ont été envoyés aux Palestiniens par le biais du mécanisme COVAX, un programme de l’Organisation mondiale de la santé qui vise à fournir des doses de coronavirus aux pays pauvres et à revenu intermédiaire.

Les Palestiniens se sont battus pour obtenir suffisamment de vaccins pour immuniser leur population et empêcher l’effondrement de leur système de santé. Environ 729 000 Palestiniens ont reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus, et 442 000 ont reçu deux doses, a déclaré al-Kaila mardi.

« Nous partageons ces vaccins pour sauver des vies et mettre fin à la pandémie. Nous allouons donc au monde 80 millions de doses de vaccins provenant des stocks nationaux des États-Unis », a déclaré Stacy Barrios, qui occupe actuellement le poste de responsable par intérim des affaires palestiniennes à l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

La ministre de la Santé de l’Autorité palestinienne, Mai al-Kaila, s’adresse aux journalistes lors d’une conférence de presse à Ramallah, le mardi 24 août 2021. (WAFA)

Les vaccins arrivent en Cisjordanie et à Gaza alors que les Palestiniens constatent une forte augmentation des infections au sein de leur population, pour la plupart non vaccinée. On compte actuellement 10 591 cas actifs dans les zones palestiniennes : 6 190 dans la bande de Gaza et 4 401 en Cisjordanie.

En outre, peu de tests sont effectués dans les deux territoires palestiniens. Dans la bande de Gaza, environ 27 % des tests de dépistage du coronavirus se sont révélés positifs, ce qui indique que le virus s’est probablement répandu sans être détecté.

Il y a deux semaines à peine, il n’y avait que 2 280 cas actifs parmi les Palestiniens. Pendant des mois, leurs communautés ont connu une relative accalmie des cas de coronavirus, alors même que l’infection devenait incontrôlable dans les villes israéliennes.

Fichier : Des Palestiniens reçoivent le vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 27 mars 2021 (Wisam Hashlamoun/Flash90).

Mais les responsables de la santé ont prévenu qu’une quatrième vague d’infection était probable, surtout après la réouverture des écoles palestiniennes la semaine dernière. Et depuis la mi-août, le virus est revenu en force.

Les Palestiniens ont rassemblé leurs doses de vaccin par des envois fragmentaires provenant de sources diverses. Outre COVAX, l’Autorité palestinienne, qui dispose d’une autonomie limitée dans certaines parties de la Cisjordanie, a passé un contrat avec Pfizer pour importer environ 4 millions de doses. Le ministère de la Santé de l’AP a déclaré début août qu’environ un million de doses étaient arrivées jusqu’à présent.

Par ailleurs, 105 000 autres Palestiniens qui travaillent en Israël ont été vaccinés par le gouvernement israélien aux points de contrôle en Cisjordanie. Plusieurs autres pays – la Chine, la Russie et l’Inde – ont également envoyé des quantités symboliques de leurs vaccins nationaux contre le coronavirus en guise de geste de bonne volonté.

En juin, l’Autorité palestinienne a annulé un accord prévoyant l’envoi par Israël d’un million de vaccins Pfizer en échange de doses ultérieures, après que les Palestiniens eurent déclaré que les vaccins expiraient trop tôt.

Des Palestiniens vident un camion rempli de 20 000 doses du vaccin russe Sputnik V à son arrivée dans la bande de Gaza, au poste-frontière de Rafah, à la frontière avec l’Égypte, le 21 février 2021. (Crédit : Khalil Hamra/AP)

À Gaza, les Palestiniens ont reçu des vaccins de COVAX. Ils ont également reçu des cargaisons du vaccin russe Sputnik V en provenance des Émirats arabes unis. L’envoi des doses a été coordonné par Mohammad Dahlan, un politicien palestinien en exil considéré comme un proche associé des dirigeants d’Abou Dhabi.

Mais les responsables palestiniens de la santé ont déclaré qu’ils ont également rencontré une hésitation à se faire vacciner parmi de larges segments de la population, tant en Cisjordanie que dans la bande de Gaza.

« À l’heure actuelle, nous avons des doses disponibles. Toute personne de plus de 18 ans qui veut être vaccinée peut l’être, avec Pfizer et AstraZeneca et Sputnik. Mais nous ne voyons pas assez de monde venir se faire vacciner », a déclaré la semaine dernière Shadi al-Laham, chef de la direction de la santé de Bethléem, au Times of Israel.

Depuis le début de la pandémie, 329 204 Palestiniens ont été infectés par le coronavirus, et 3 914 autres en sont morts, selon les statistiques officielles de l’AP.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...