Rechercher

Les procureurs innocentent des suspects dans la mort d’un Arabe à Lod en mai

4 suspects ont été blanchis dans la mort de Mussa Hassuna ; un autre a été mis hors de cause en raison d'incertitudes et de déclarations de légitime défense

Malek Hassuna (à gauche) montre une photo de son défunt fils Mussa (au centre), abattu le 10 mai, alors qu'il est avec Effi Yehoshua à Lod, le 18 août 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Malek Hassuna (à gauche) montre une photo de son défunt fils Mussa (au centre), abattu le 10 mai, alors qu'il est avec Effi Yehoshua à Lod, le 18 août 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Cinq Israéliens juifs qui faisaient l’objet d’une enquête pour la mort d’un Israélien arabe lors de violents affrontements à Lod en mai ont été innocentés jeudi.

Mussa Hassuna, 32 ans, a été abattu le 10 mai à Lod, alors que de violents affrontements entre Juifs et Arabes secouaient la ville dans les premiers jours du conflit de 11 jours entre Israël et le Hamas à Gaza.

Cinq suspects juifs avaient été arrêtés soupçonnés d’être impliqués dans la mort d’Hassuna, mais ils avaient été libérés sous caution peu après. Les hommes ont affirmé qu’ils avaient agi en état de légitime défense après qu’une foule arabe se soit abattue sur eux alors que la violence s’emparait de cette ville mixte du centre d’Israël.

Jeudi, les procureurs ont informé les suspects qu’ils classaient l’affaire à leur encontre. Quatre des hommes ont été déclarés non coupables d’avoir tiré la balle qui a tué Hassuna en mai. Le cinquième individu n’a pas pu être définitivement innocenté, mais les procureurs ont noté qu’il y avait de nombreuses douilles sur les lieux de l’incident, appartenant à des armes qui n’ont jamais été identifiées, et qu’il n’était donc pas possible de déterminer avec certitude qui avait tiré la balle.

Les procureurs ont également indiqué qu’ils acceptaient le témoignage des hommes selon lequel ils avaient agi en état de légitime défense au cours des affrontements, lors desquels il y a eu de multiples coups de feu, des jets de pierres et des engins incendiaires dans le centre de Lod.

« Les suspects ont tenté de disperser les émeutiers en tirant en l’air », ont noté les procureurs dans leur décision jeudi. « L’obscurité et le fait qu’ils ont essayé à plusieurs reprises d’appeler la police – qui, face au grand nombre d’incidents, n’a pas pu répondre à la situation difficile sur le terrain – ont également ajouté au sentiment d’incertitude et de peur. »

Les procureurs ont déclaré que toutes les circonstances « ont conduit à une crainte concrète et réelle de blessure, et à la conclusion que le tir qui a eu lieu lors de cet incident a été effectué en état de légitime défense ».

Des résidents arabes de Lod et des militants protestent contre la mort de Mussa Hassuna, tué lors d’affrontements entre Juifs et Arabes, devant le tribunal de district de Lod, le 28 mai 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Malek Hassuna, le père de Mussa, a déclaré au quotidien Haaretz qu’il était en colère mais pas surpris que les procureurs aient innocenté les suspects.

« Il était clair qu’ils allaient classer l’affaire, ils n’ont jamais eu l’intention d’arrêter qui que ce soit dès le début », a-t-il déclaré. « Lorsque [l’Israélien juif] Yigal Yehoshua a été tué [un jour plus tard], ils ont arrêté la moitié de la ville et inculpé de nombreuses personnes… Pourquoi n’ont-ils inculpé personne pour le meurtre de mon fils ? »

Malek a déclaré à Haaretz qu’il avait l’intention de porter plainte devant un tribunal international afin de déterminer qui était responsable de la mort de son fils.

En juillet, Malek a pris la parole à la Knesset et a supplié que justice soit rendue à Mussa. En septembre, il a déclaré à l’AFP qu’il ne pensait pas que la police prenait l’affaire au sérieux. « Israël fait une distinction selon laquelle il est très normal qu’un Arabe soit tué froidement », a-t-il affirmé.

Plus de 100 personnes ont participé à un rassemblement fin mai pour demander justice pour Hassuna. Ses proches ont déclaré qu’il n’était pas impliqué dans les violents affrontements et qu’il se tenait à une certaine distance de l’agitation lorsqu’il a été abattu. Les députés de la Liste arabe unie Ayman Odeh et Ahmad Tibi avaient pris part à ce rassemblement.

« Lorsque la victime d’un meurtre est un citoyen arabe, les meurtriers bénéficient du soutien total des forces de l’ordre et des systèmes juridiques », avait alors déclaré Odeh.

Le mois de mai a été marqué par des émeutes massives dans de nombreuses villes israéliennes dites mixtes, où vivent un grand nombre d’Arabes et de Juifs, pendant le conflit de 11 jours entre Israël et le Hamas à Gaza. Bien que n’étant pas sans précédent, ces violences internes ont été parmi les pires de l’histoire d’Israël, faisant remonter à la surface des conflits qui couvaient depuis longtemps entre Israéliens arabes et juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...