Rechercher

Les propriétaires de la piscine qui s’est effondrée placés en résidence surveillée

Natan et Rachel Meller sont soupçonnés d’avoir exploité une entreprise sans autorisation et d’avoir blanchi des fonds, en plus de l'homicide involontaire coupable par négligence

Natan et Rachel Meler, propriétaires de la villa et de la piscine dans laquelle Klil Kimchi a péri, aspiré dans un gouffre jeudi soir, arrivent pour une audience au tribunal de Petah Tikva, le 22 juillet 2022. (Crédit : Flash90)
Natan et Rachel Meler, propriétaires de la villa et de la piscine dans laquelle Klil Kimchi a péri, aspiré dans un gouffre jeudi soir, arrivent pour une audience au tribunal de Petah Tikva, le 22 juillet 2022. (Crédit : Flash90)

Les propriétaires de la piscine qui s’est effondrée, jeudi, tuant un homme lors d’une fête, ont été libérés et assignés à résidence vendredi matin.

Le couple en question, Natan et Rachel Meller, a reçu l’ordre de rester au domicile de leur fille à Petah Tikva. Ils ont interdiction de se rendre dans leur ville de Karmei Yosef, au moins jusqu’à lundi midi.

« Une libération sans conditions pourrait avoir pour conséquence d’entraver l’enquête en cours », a écrit Carmit Ben Eliezer, juge du tribunal de première instance de Petah Tikva, dans sa décision.

La demande de la police de maintenir le couple en détention pendant une semaine de plus a en revanche été rejetée par le tribunal.

Les Meller sont propriétaires de la villa et de la piscine dans laquelle Klil Kimhi, 32 ans, a trouvé la mort jeudi lorsqu’un gouffre s’est ouvert sous la piscine, lors d’une fête organisée par sa société de marketing.

Kimhi a été aspiré dans le trou qui s’est brutalement ouvert. Son corps a été retrouvé à l’issue de plusieurs heures de recherches.

Le couple a été interpellé jeudi, soupçonné d’homicide involontaire par négligence. Ils sont soupçonnés d’avoir loué leur maison – et donc d’avoir exploité une entreprise – sans autorisation, et d’avoir en conséquence blanchi des fonds.

Vue du gouffre qui s’est ouvert au fond de la piscine d’une maison de Karmei Yosef, le 21 juillet 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

La maison accueille régulièrement ce type d’événements, ont indiqué les médias israéliens. Les propriétaires n’avaient pas sollicité de permis de construire pour la piscine. Une information non sourcée apportée par Kan news assure qu’ils n’auraient de toutes manières jamais obtenu de permis en raison de problèmes d’infrastructure des lieux.

Izzy Goren, président du conseil de Karmei Yosef, a précisé que la maison se situait à moins de 50 mètres d’une grotte souterraine.

Un deuxième homme, qui a failli être emporté lorsque l’eau s’est brutalement retirée de la piscine, a réussi à s’en sortir. Légèrement blessé, il a été soigné sur les lieux de l’accident par les services de secours.

Les services d’incendie et de secours ont déclaré que les recherches avaient été rendues difficiles par le risque d’un nouvel effondrement. Ils ont donc construit une structure de renfort pour empêcher la surface de la piscine de s’effondrer davantage, avant de parvenir à localiser le corps de l’homme disparu.

La police a annoncé jeudi soir avoir ouvert une enquête sur les conditions du décès de la victime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...