Les rappeurs allemands aux chansons antisémites ne seront pas poursuivis
Rechercher

Les rappeurs allemands aux chansons antisémites ne seront pas poursuivis

La musique de Kollegah et Farid Bang est peut-être "vulgaire", mais elle n’est pas négationniste et n’incite pas à la haine, selon les procureurs

Les rappeurs allemands Kollegah & Farid Bang se produisent lors de la cérémonie des Echo Music Awards 2018 le 12 avril 2018 à Berlin (AFP PHOTO / AXEL SCHMIDT).
Les rappeurs allemands Kollegah & Farid Bang se produisent lors de la cérémonie des Echo Music Awards 2018 le 12 avril 2018 à Berlin (AFP PHOTO / AXEL SCHMIDT).

Les deux rappeurs allemands qui ont été sous le feu des critiques pour les paroles de la chanson qui faisait référence avec légèreté aux prisonniers d’Auschwitz et ont évoqué une nouvelle Shoah avec des « cocktails Molotov » ne seront pas poursuivis, ont annoncé les médias allemands samedi.

Les rappeurs Kollegah et Farid Bang, qui ont remporté le prix local Echo musique plus tôt cette année, ont été très largement critiqués pour une chanson de leur dernier album qui contient l’expression « mon corps est plus sec qu’un prisonnier d’Auschwitz », et une autre phrase déclarant : « Je vais faire une autre Shoah, j’arrive avec le Molotov ».

Les deux rappeurs ont défendu leurs paroles en invoquant la liberté artistique.

Les procureurs de Dusseldorf, qui le mois dernier ont ouvert des enquêtes préliminaires sur les rappeurs après que des individus ont déposé une plainte contre eux, ont conclu que les paroles ne correspondaient pas à du négationnisme ou à de l’incitation à la violence.

Si la musique est peut-être « vulgaire, misogyne et homophobe », a dit Ralf Herrenbrück, le porte-parole du bureau du procureur de Dusseldorf, aux médias allemands, des charges ne peuvent pas être retenues contre le duo puisque la liberté artistique est garantie par la constitution, a annoncé la BBC.

Le duo a été critiqué par des groupes de survivants de la Shoah mais aussi au sein de la communauté artistique. Un intervenant qui a condamné les stars à la cérémonie d’avril de l’Echo Award a reçu une standing ovation de la part du public, et plusieurs artistes ont rendu leur prix en signe de protestation après que Kollegah et Farid Bang ont remporté le prix en 2017 pour l’album de hip-hop le plus vendu, « Young, Brutal and Handsome 3 ».

Libération d’enfants d’Auschwitz-Birkenau, avec des travailleuses humanitaires adultes qui ont été pixelisées dans le magazine Mishpacha, numéro du 24 janvier 2018. (HistClo. com)

Environ 1,1 million de personnes, dont la plupart des Juifs, ont été tués à Auschwitz et dans le camp de Birkenau juste à côté.

La cérémonie de récompense s’est tenue alors qu’Israël célébrait Yom HaShoah, son Jour de Souvenir de la Shoah, dédié aux six millions de Juifs tués par les Nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale.

De nombreux artistes ont rendu le prix en signe de dégoût, et au final, l’Association de l’Industrie de la Musique Allemande a annoncé qu’elle annulait les Echo Awards une bonne fois pour toutes. Des officiels de l’association ont déclaré qu’ils ne voulaient pas que le prix soit associé à l’antisémitisme, à la misogynie, et à l’homophobie ou à la banalisation de la violence.

Dans le sillage de la polémique, BMG, qui distribue les albums des rappeurs, a annoncé une campagne focalisée sur l’éducation des enfants à propos de l’antisémitisme.

« Des rapports récents ont montré des preuves évidentes d’une nouvelle vague d’antisémitisme dans les écoles allemands », pouvait-on lire dans un communiqué d’Hartwig Masuch, PDG de BMG monde. BMG est profondément contre l’antisémitisme ».

A LIRE : 73 ans après la Shoah, l’antisémitisme toujours présent en Allemagne

Mais Masuch a aussi déclaré que les artistes en question ne sont pas antisémites.

« Kollegah et Farid Bang ont clairement exprimé à de nombreuses reprises sur internet et en public qu’ils ne sont pas antisémites, et ils se sont excusés pour toute peine que leurs paroles ont pu causer, a-t-il déclaré. BMG défend les valeurs de la liberté artistique, la créativité et la diversité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...