Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Les Houthis pro-Iran revendiquent deux nouvelles attaques au large du Yémen

Les forces américaines avaient mené dans la nuit de lundi à mardi une nouvelle frappe contre les Houthis au Yémen, visant deux drones marins chargés d'explosifs

Des Houthis organisent un rassemblement en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza et contre les frappes aériennes menées par les États-Unis au Yémen, à Sanaa, au Yémen, le lundi 29 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Osamah Abdulrahman)
Des Houthis organisent un rassemblement en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza et contre les frappes aériennes menées par les États-Unis au Yémen, à Sanaa, au Yémen, le lundi 29 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Osamah Abdulrahman)

Les rebelles yéménites houthis ont affirmé mardi avoir visé des navires américain et britannique au large du Yémen dans deux attaques distinctes qui s’ajoutent aux multiples autres qui ont perturbé le transport maritime mondial ces dernières semaines.

« La première (attaque) visait le navire américain ‘Star Nasia’, tandis que l’autre visait le navire britannique ‘Morning Tide' », a déclaré le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, dans un communiqué.

La société de sécurité maritime privée Ambrey et l’agence de sécurité maritime britannique UKMTO ont également fait état de deux attaques en mer Rouge et dans le golfe d’Aden.

Ambrey avait rapporté d’abord une attaque de drone dans la nuit de lundi à mardi contre un cargo britannique battant pavillon de la Barbade, avant de préciser qu’il s’agissait d’un tir de projectile.

Le projectile a été « lancé à partir d’une petite embarcation » et a explosé près du navire, causant des dommages mineurs, a-t-elle indiqué.

Selon UKTMO, l’attaque a eu lieu à 57 milles nautiques (environ 105 kilomètres) à l’ouest de Hodeïda, grand port de la côte ouest du Yémen contrôlé par les rebelles houthis et la fenêtre du cargo a été « légèrement » endommagé.

Ambrey a signalé plus tard une explosion à 50 mètres d’un autre navire, un vraquier grec battant pavillon des Îles Marshall, qui se trouvait au sud-ouest d’Aden.

Le Star Nasia a été pris pour cible à 10h30 GMT à environ 53 milles nautiques au sud-ouest du golfe d’Aden, a confirmé le ministère grec de la marine marchande, en ajoutant qu’aucun blessé n’a été signalé parmi l’équipage philippin à bord. La coque ne semble pas avoir été percée, bien qu’il y ait des dégâts matériels, a-t-il ajouté.

Le navire était en route des Etats-Unis vers l’Inde, et son propriétaire est coté à la bourse américaine, ce qui pourrait expliquer le fait qu’il ait été associé aux Etats-Unis, a estimé Ambrey.

Frappe américaine

Les forces américaines avaient mené dans la nuit de lundi à mardi une nouvelle frappe contre les Houthis au Yémen, visant deux drones marins chargés d’explosifs, selon le Commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

Depuis janvier, les Etats-Unis ont mené plusieurs opérations au Yémen et au large de ce pays en guerre, parfois conjointement avec le Royaume-Uni, en disant vouloir pour protéger les navires des attaques des Houthis, qui perturbent le trafic sur cette voie essentielle pour le commerce mondial.

Le transport maritime de conteneurs par la mer Rouge a chuté de près de 30 % sur un an, selon le Fonds monétaire international.

Les rebelles yéménites ont commencé à s’en prendre à la marine marchande en novembre, en affirmant viser les cargos liés à Israël, en solidarité les Palestiniens de Gaza, confrontés à la guerre entre Israël et le Hamas. Les navires américain et britannique ont également été désignés comme des « cibles légitimes » après les premières frappes contre les positions des Houthis.

Celle qui a été menée dans la nuit de lundi à mardi a visé « deux drones de surface navals chargés d’explosifs », a déclaré le Centcom sur le réseau social X.

Ces drones ont été « identifiés » dans « les zones du Yémen contrôlées par les Houthis » et représentaient « une menace imminente pour les navires de la marine américaine et les navires marchands », a-t-il ajouté, reprenant les mots généralement utilisés après chaque frappe.

Soutenus par l’Iran, bête noire des Etats-Unis, les rebelles houthis contrôlent une bonne partie du pays le plus pauvre de la péninsule arabique, après près d’une décennie de guerre contre le gouvernement yéménite.

Si les Houthis disent s’en prendre à des navires liés à Israël dont les Etats-Unis sont le principal soutien militaire, d’autres groupes armés pro-iraniens ont multiplié les attaques ces dernières semaines contre les intérêts américains dans la région.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.