Les résidents de deux avant-postes refusent la protection par des soldates
Rechercher

Les résidents de deux avant-postes refusent la protection par des soldates

Invoquant des "problèmes de pudeur", les habitants de Givat Asaf et Ahia préférèrent payer une sécurité privée lorsque Tsahal n'a pas de troupes masculines disponibles

Une vue de l'avant-poste de Givat Asaf à proximité de l'implantation de Beit El en Cisjordanie (Crédit : Miriam Alster/ Flash 90)
Une vue de l'avant-poste de Givat Asaf à proximité de l'implantation de Beit El en Cisjordanie (Crédit : Miriam Alster/ Flash 90)

Selon un reportage télévisé diffusé jeudi, au moins deux avant-postes de Cisjordanie placés sous la protection de l’armée israélienne ont refusé que des soldates montent la garde dans la zone.

Les résidents de ces deux avant-postes – Givat Asaf et Ahia – préfèrent engager des services de sécurité privés pour les protéger lorsque l’armée n’a pas de soldats hommes disponibles pour cette mission, a rapporté le diffuseur public Kan.

Selon la chaîne, l’armée coopère avec les demandes des avant-postes en n’envoyant que des soldats masculins, mais ne fait pas d’efforts pour prendre des dispositions spéciales si elle manque de personnel.

Le conseil régional de Mateh Binyamin a déclaré à la chaîne que la population de ces avant-postes était composée de Juifs pratiquants et que la présence de femmes soldats dans la région poserait un « problème de pudeur ».

Un groupe de femmes soldates participent à un exercice d’entraînement dans le cadre d’une formation de pilote de chars, sur une photographie non datée. (Armée israélienne)

L’armée a déclaré à la chaîne que « la répartition des soldats pour les tâches de défense des localités en Judée et Samarie est effectuée en fonction de considérations opérationnelles. L’armée intègre des soldats masculins et féminins pour ces missions et s’efforce de prévenir toute discrimination sexiste ». Il a ajouté que les allégations soulevées par la chaîne seront examinées.

Alors que la communauté internationale considère que toute activité dans les implantations est illégale, Israël fait la différence entre les maisons dans les implantations légalement construites et autorisées par le ministère de la Défense sur des terres appartenant à l’État, et les avant-postes illégaux construits sans les permis nécessaires, souvent sur des terres palestiniennes privées. Cependant, les avant-postes sont souvent érigés avec l’approbation tacite de l’État et les gouvernements successifs ont cherché à légaliser au moins certains de ces logements sauvages.

Quelque 120 avant-postes existent en Cisjordanie. Une douzaine d’entre eux ressemblent à des villes établies avec des centaines de familles. Une soixantaine d’avant-postes sont de petites communes agricoles qui n’abritent souvent qu’une poignée de familles avec peu d’infrastructures. Un nombre similaire d’avant-postes sont de minuscules « points de peuplement », souvent constitués d’une ou deux structures de fortune où vivent des adolescents ultra-nationalistes connus sous le nom de « jeunes des collines ».

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...