Les restaurants et les bars rouvrent leurs portes en Israël, mais pas tous
Rechercher

Les restaurants et les bars rouvrent leurs portes en Israël, mais pas tous

Les hôtels, piscines, musées et autres établissements ont aussi le droit d'ouvrir, mais des milliers de restaurants pourraient rester fermés, accablés financièrement

Des membres du personnel du restaurant  Machneyuda préparent la réouverture de l'établissement à Jérusalem, le 25 mai 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des membres du personnel du restaurant Machneyuda préparent la réouverture de l'établissement à Jérusalem, le 25 mai 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les restaurants, les bars, les hôtels et les piscines ont finalement obtenu l’autorisation de rouvrir leurs portes, mercredi, après deux mois de fermeture pour cause de pandémie de coronavirus, a fait savoir le ministère de la Santé mardi soir alors que le gouvernement a donné son feu vert à la levée des restrictions, permettant aux Israéliens de pouvoir à nouveau sortir.

Le ministère de la Santé a expliqué qu’il éditerait un « badge pourpre » pour chaque type d’établissement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué la décision dans un message joyeux qui contrastait fortement avec le ton sombre qu’il avait adopté il y a deux mois, lorsqu’il avait annoncé une série de fermetures d’entreprises et de commerces qui visait à empêcher la propagation de l’épidémie.

« Nous voulons vous faciliter la vie, vous permettre de sortir et de reprendre le cours normal de votre existence, d’aller boire un café ou une bière », a-t-il déclaré dans une vidéo.

Le marché vide de Sarona à Tel-Aviv en pleine pandémie de coronavirus, le 17 mars 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Netanyahu a ajouté que les Israéliens devaient sortir et s’accorder du bon temps, mais que le gouvernement serait vigilant et qu’il saurait répondre à l’évolution de la situation.

« J’espère que nous n’aurons pas à modifier les mesures », a-t-il continué.

Contrairement à Pessah et à Lag BaOmer, les familles seront autorisées à se rendre visite et à aller dans les parcs et autres attractions.

Mais malgré ce feu vert, de nombreux bars et restaurants devraient rester fermés en raison de leurs difficultés financières et des règles d’hygiène et de distanciation sociale qui pourraient rendre difficile une éventuelle compensation des pertes enregistrées pendant deux mois de confinement.

L’Association israélienne des restaurants et des bars a fait savoir devant les caméras de la Treizième chaîne que de nombreux établissements rencontrent des difficultés financières, sont dans l’incapacité d’obtenir des prêts et une aide de la part du gouvernement. Selon l’association, le pays compte environ 14 000 restaurants, cafés et bars.

Ce sont environ 4 500 restaurants qui resteront portes closes, laissant 70 000 employés sans travail, a fait savoir la chaîne Kan mardi. Chaque mois de fermeture pour les restaurants a entraîné des pertes à hauteur d’un demi-milliard de shekels pour l’industrie de la restauration et des hébergements, d’après le reportage.

Des membres du personnel se préparent pour la réouverture d’un restaurant de Jérusalem, le 26 mai 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La semaine dernière, le célèbre chef israélien Yuval Ben Neriah, propriétaire de plusieurs établissements à Tel Aviv, a indiqué à la Douzième chaîne que les directives du ministre de la Santé qui réclament une séparation d’au moins un mètre cinquante de distance entre les tables obligeront de nombreux restaurants à travailler à seulement 50 % de leur capacité, ce qui éliminera toute possibilité de profit.

Les propriétaires de restaurants n’ont cessé de réclamer la permission de rouvrir leurs portes, certains prenant les devants en servant les clients à l’extérieur – contrevenant en cela aux mesures mises en place actuellement dans le cadre de la pandémie.

Jusqu’à mardi, les règles en vigueur pour éviter la propagation de la Covid-19 imposaient aux restaurants de ne préparer des plats qu’à emporter ou pour la livraison.

Selon les termes du plan approuvé par le ministère de la Santé Yuli Edelstein, les restaurants, les bars et les boîtes de nuit qui peuvent accueillir jusqu’à cent personnes pourront travailler à pleine capacité, tandis que ceux dont les possibilités d’accueil sont plus importantes pourront rouvrir à 85 % de leur capacité.

Les clubs et les restaurants devront également se conformer aux normes du « Badge pourpre », une nouvelle certification gouvernementale attribuée aux entreprises qui répondent aux mesures d’hygiène et de distanciation sociale.

Le ministère a indiqué que les tables devaient être séparées d’au moins 1,5 mètre les unes des autres et que les réservations devaient être faites, si possible, au préalable. Comme dans de nombreux autres commerces, ils devront prendre la température de tous les clients.

Tout contrevenant à la loi pris sur le fait sera passible d’une amende de 2 000 shekels.

Le gouvernement a alloué la somme de cent milliards de shekels à la reprise de l’économie, qui s’est retrouvée pratiquement à l’arrêt pendant le confinement.

Un programme d’un montant de six milliards de shekels doit venir accorder des incitations financières aux petites et moyennes entreprises, afin qu’elles puissent réembaucher leurs employés ayant perdu leur travail pendant l’épidémie.

Néanmoins, le plan, qui a été annoncé mardi, incite les entreprises concernées à attendre le mois de juin pour rouvrir en proposant le double de la somme touchée par employé réembauché.

Avec la fête de Shavouot, la majorité des établissements seront toutefois amenés à refermer dès jeudi soir.

Les musées et les attractions touristiques – notamment les téléphériques et les bateaux – pourront reprendre leurs activités dès mercredi matin. Tous seront tenus de se soumettre à plusieurs directives : le respect de la distanciation sociale (elle pourrait aller jusqu’à sept mètres dans les musées), le port du masque obligatoire, des réglementations en matière d’hygiène, un marquage au sol pour les files d’attente et des limitations du nombre de visiteurs.

Dans les piscines, les nageurs devront se tenir à six mètres les uns des autres dans les bassins et à dix mètres de distance hors de l’eau. Les saunas humides et les jacuzzis resteront portes closes, mais les saunas secs pourront rouvrir.

Les hôtels pourront également accueillir des clients dès mercredi. Ils seront soumis aux mêmes limitations que celles en vigueur dans les restaurants et les piscines.

Les mouvements de jeunesse pourront reprendre leurs activités mercredi.

Les restrictions interdisant de s’asseoir à une table dans les centres commerciaux alimentaires demeurent pour leur part en vigueur.

Certains établissements, comme les salles de spectacle, les salles de concert, les théâtres et autres ne devraient être autorisés à accueillir du public qu’à partir du 14 juin. Une proposition gouvernementale qui pourrait permettre aux événements en plein air accueillant jusqu’à 500 personnes pourrait être approuvée d’ici là, selon la Douzième chaîne.

Les Israéliens assis sous des parasols sur la place Habima, aux abords du théâtre national de Tel Aviv, le 26 mai 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Au pic de l’épidémie, presque toutes les entreprises et lieux publics étaient restés fermés. Les Israéliens, pour leur part, avaient interdiction de s’éloigner de plus de cent mètres de leur domicile.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a qualifié cette décision de levée des restrictions de « cadeau de fête », se référant à la fête juive de Shavouot, qui commence jeudi soir. Il a souligné le fait que les synagogues pourraient accueillir jusqu’à 70 personnes.

Des Juifs prient dans une synagogue de l’implantation d’Efrat, dans le Gush Etzion, en Cisjordanie, le 20 mai 2020 (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

La propagation du virus est dorénavant sous contrôle en Israël – une maîtrise qui a été attribuée aux règles strictes de confinement appliquées au mois de mars et avril. Selon le ministère de la Santé, le nombre de cas actifs a chuté à 2 019, et seulement deux décès ont été enregistrés la semaine dernière.

Le pays a levé petit à petit les restrictions imposées, le nombre de nouvelles infections baissant à environ deux dizaines par jour. Toutefois, les responsables n’ont cessé d’exprimer leurs craintes d’une seconde vague de l’épidémie et de nouveaux foyers épidémiques ont été signalés, essentiellement dans les écoles ayant rouvert.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...