Les ruines de Palmyre capturées par le nouveau satellite d’espionnage israélien
Rechercher

Les ruines de Palmyre capturées par le nouveau satellite d’espionnage israélien

Le ministre de la Défense salue Ofek 16 et les autres technologies du pays comme essentielles à sa sécurité

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photographie de l'amphithéâtre romain de Palmyre, en Syrie, prise par le satellite espion israélien Ofek 16, diffusée par le ministère de la Défense le 24 août 2020. (Ministère de la Défense)
Photographie de l'amphithéâtre romain de Palmyre, en Syrie, prise par le satellite espion israélien Ofek 16, diffusée par le ministère de la Défense le 24 août 2020. (Ministère de la Défense)

Le ministère de la Défense a publié mardi quelques-unes des premières photographies prises par le tout nouveau satellite espion israélien, montrant d’anciennes ruines dans la ville de Palmyre, au centre de la Syrie.

Le 6 juillet, le ministère de la Défense a lancé Ofek 16 en orbite et une semaine plus tard a activé ses puissants réseaux d’appareils photo, mais n’a pas publié les images prises par le satellite jusqu’à présent.

Les trois photographies détaillées en noir et blanc montraient deux sites principaux de Palmyre : un amphithéâtre romain et le temple de Bel, ou Baal.

Un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré qu’il n’y avait pas de signification cachée à ces sites syriens spécifiques.

Photographie du temple de Bel à Palmyre, en Syrie, prise par le satellite espion israélien Ofek 16, diffusée par le ministère de la défense le 24 août 2020. (Ministère de la Défense)

En 2018, peu après qu’Israël a lancé le prédécesseur du satellite, Ofek 11, le ministère de la Défense a publié ses premières images, montrant le palais du dictateur syrien Bachar Assad, dans une menace tacite contre l’homme fort, étroitement allié à l’Iran et au groupe terroriste Hezbollah.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a salué les réalisations d’Ofek 16 et de la technologie militaire du pays.

« Israël sait agir contre ses ennemis de près et de loin et défendre ses citoyens partout et en tout lieu », a déclaré Gantz.

« Les technologies que nous développons au sein du ministère de la Défense et des industries de défense sont un outil efficace et significatif pour préserver la sécurité d’Israël », a-t-il déclaré.

Photographie du temple de Bel à Palmyre, en Syrie, prise par le satellite espion israélien Ofek 16, diffusée par le ministère de la Défense le 24 août 2020. (Ministère de la Défense)

Dans un communiqué, le ministère de la Défense a déclaré que l’appareil Ofek 16 qui a pris les photos a été développé dans le cadre d’un projet commun jusqu’alors classé par le département de recherche et de développement du ministère, connu sous l’acronyme hébreu MAFAT, et par l’entreprise de défense Elbit Systems.

Selon le ministère de la Défense, la caméra « est d’une qualité bien supérieure, avec des rapports capacité/poids meilleurs que tout ce qui existe sur le marché ».

Le satellite de reconnaissance israélien Ofek 16 avant son lancement depuis le centre d’Israël le 6 juillet 2020. (Ministère de la Défense)

Le ministère a déclaré que le projet de création d’une ligne de fabrication de caméras destinées à être utilisées dans l’espace a coûté des centaines de millions de shekels et comprenait « des usines pour fabriquer des lentilles et des miroirs cylindriques, ainsi qu’une chambre vide simulant les conditions de l’Espace et utilisée pour vérifier les caméras des satellites avant leur lancement dans des missions spatiales ».

Le ministère de la Défense a déclaré qu’Ofek 16 serait soumis à des tests supplémentaires en orbite par des ingénieurs du MAFAT, des services de renseignements militaires et des industries aérospatiales israéliennes. Ces trois entités ont aidé à fabriquer le satellite avant qu’il ne soit déclaré pleinement opérationnel et remis à l’unité 9900 de Tsahal, axée sur l’intelligence visuelle.

Le satellite de reconnaissance a été lancé dans l’espace à l’aide d’un lanceur Shavit qui a décollé d’une rampe de lancement de la base aérienne de Palmachim, au centre d’Israël.

Ofek 16 est un « satellite de reconnaissance optoélectronique doté de capacités avancées », a déclaré le ministère.

Israël est l’un des rares pays au monde à exploiter des satellites de reconnaissance, ce qui lui donne des capacités avancées de collecte de renseignements. En avril, ce cadre comprenait l’Iran, qui a lancé avec succès un satellite espion en orbite après des années de tentatives infructueuses.

Israël a lancé son premier satellite, Ofek 1, dans l’espace en 1988, dont les images ont été diffusées par le ministère de la Défense en 2018.

Ce n’est que sept ans plus tard, en 1995, qu’Israël a lancé dans l’espace un satellite de reconnaissance capable de photographier la Terre.

« Notre réseau de satellites nous permet de surveiller l’ensemble du Moyen-Orient – et même un peu plus », a déclaré Shlomi Sudari, le chef du programme spatial des IAI, après le lancement d’Ofek 16.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...