Les unités coronavirus de 4 des plus grands hôpitaux israéliens sont complets
Rechercher

Les unités coronavirus de 4 des plus grands hôpitaux israéliens sont complets

L'unité COVID-19 du 5e hôpital approche de sa pleine capacité ; le système de santé est mis à rude épreuve ; le ministère fait état de 3 nouveaux décès portant le bilan à 473

Personnel médical dans le service de confinement de l'unité Coronavirus du centre médical Sheba, à Ramat Gan, 20 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)
Personnel médical dans le service de confinement de l'unité Coronavirus du centre médical Sheba, à Ramat Gan, 20 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Les unités de traitement du coronavirus dans quatre des plus grands hôpitaux d’Israël sont pleines, avec un cinquième qui approche de sa capacité totale, selon le ministère de la Santé, car le nombre de cas graves de COVID-19 dans le pays continue d’augmenter, ce qui met à rude épreuve le système de santé.

Le ministère de la Santé a également enregistré une surcharge générale dans les hôpitaux, avec deux grands centres médicaux de Jérusalem et les plus grands hôpitaux de Tel Aviv et de Ramat Gan, situés à proximité, fonctionnant presque à pleine capacité ou plus.

Selon le ministère de la Santé, plus de 700 patients COVID-19 sont actuellement hospitalisés dans tout le pays, dont 317 sont répertoriés comme étant dans un état grave, environ un tiers d’entre eux étant sous respirateur.

Le ministère a déclaré que l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem fonctionnait à 120 % de sa capacité alors que son département de traitement du virus était à 152 % de sa capacité. Au centre médical Shaare Zedek, également dans la capitale, les services étaient à 104 % de leur capacité et le département de traitement du virus à 106 %, a déclaré le ministère.

À Tel Aviv, le centre médical Ichilov avait une capacité de 104 %, dont 110 % pour son département de virus, et le centre médical Sheba, le plus grand hôpital du pays, avait une capacité de 99,56 %, dont 90 % de son département coronavirus.

Un autre hôpital, le centre médical Assaf Harofeh, près de Tel Aviv, était à
66,89 % de sa capacité maximale, mais son unité de traitement du virus était à 110 %.

Plus tôt dans la journée de lundi, le centre médical Hadassah Ein Kerem de Jérusalem a déclaré qu’il ne pouvait plus recevoir de nouveaux arrivants à son service des urgences et les a plutôt envoyés sur son campus du mont Scopus. Il a ensuite annoncé qu’il acceptait à nouveau les arrivées et il n’était pas clair si l’incident était dû à des surcharges de coronavirus.

Le nombre de membres du personnel mis en quarantaine après avoir été exposé au virus alourdit la charge des hôpitaux. Hadassah Ein Kerem a 103 membres du personnel en quarantaine, Shaare Zedek 93, Assaf Harofeh 86, et Ichilov 78, selon les chiffres du ministère.

Selon les données, il y a au total 3 069 membres du personnel médical en quarantaine, dont 468 sont des médecins, 861 des infirmières, et les 1 740 restants sont d’autres employés de la santé.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, 738 patients ont été hospitalisés en raison du coronavirus. Parmi eux, 317 étaient dans un état grave, dont 104 sous respirateur. Dimanche, 1 039 nouveaux patients ont été diagnostiqués avec le COVID-19, la maladie causée par le virus.

Le bilan national des décès dus au coronavirus est passé à 473 lundi, le ministère ayant annoncé trois décès supplémentaires depuis sa mise à jour de la veille.

Une équipe de secours du Magen David Adom portant des vêtements de protection après avoir transporté un homme suspecté d’être infecté par le coronavirus au centre médical Hadassah Ein Kerem, à Jérusalem, le 20 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

« Chaque jour, nous accueillons 14 nouveaux patients atteints de coronavirus et nous en libérons un nombre similaire afin de suivre le rythme », a déclaré le professeur Galia Rahav, directrice de l’unité des maladies infectieuses au centre médical de Sheba, à la Douzième chaîne.

Elle a déclaré que les services de lutte contre le coronavirus et les services ordinaires étaient tous deux surchargés. « Nous devons constamment penser à de nouvelles façons de trouver de la place pour tout le monde. Le sentiment est que notre travail est tourné en dérision », a-t-elle déclaré.

Mme Rahav a déclaré qu’à l’approche de l’hiver, il y aura un nombre croissant de patients hospitalisés pour la grippe et la pneumonie, ce qui aggravera les difficultés.

Capture d’écran de la vidéo du professeur Galia Rahav, directrice de l’unité des maladies infectieuses au centre médical Sheba. (YouTube)

« Nous constatons déjà au jour le jour que nous n’avons pas de place – et à côté de cela, nous avons du personnel médical en quarantaine, ce qui est un autre défi », a-t-elle déclaré.

Mme Rahav a déclaré que bien que le ministère de la Santé ait modifié les définitions de la notion de patient guéri, permettant à certains d’entre eux d’être libérés plus tôt de la quarantaine s’ils n’ont pas montré de symptômes pendant plusieurs jours, il y avait encore « un grand désordre » sur le terrain.

« En tant qu’équipe médicale soucieuse de la santé publique, nous ne nous sentons pas à l’aise de libérer de la quarantaine un patient dont le résultat des tests est positif et qui pourrait infecter d’autres personnes et entraîner à terme une augmentation de la charge de travail dans les services », a-t-elle déclaré.

Mme Rahav a déclaré que la solution consistait à créer davantage de postes de médecins et d’infirmières pour assumer la charge de travail.

Le directeur adjoint du centre médical Shaare Zedek, Sefi Mendlovicz, a déclaré à la chaîne que certains patients atteints du virus étaient envoyés dans d’autres hôpitaux parce qu’il n’y avait pas de place.

« Nous n’avons pas un instant de répit », a-t-il dit.

L’hôpital attend l’autorisation de mettre en place une nouvelle unité de traitement du coronavirus, qui sera construite sans faire appel aux ressources de l’hôpital principal, indique le rapport.

La directrice d’Assaf Harofeh, Osnat Levtzion-Korach, a déclaré que si 30 autres patients atteints du virus arrivent à l’hôpital, cela créera un sérieux problème. L’hôpital compte actuellement 60 patients COVID-19, mais si le nombre dépasse 90, il faudra déplacer certains des patients vers d’autres départements.

Cela, dit-elle, « aura des conséquences sur les reports des interventions chirurgicales dans d’autres domaines médicaux ».

Elle a déclaré que les hôpitaux publics, comme le sien, ont besoin d’une augmentation immédiate de leur budget.

« Les fonds doivent être transférés dans le système afin que nous puissions faire face à l’augmentation des infections [virales] », a-t-elle déclaré.

Israël s’efforce de freiner une résurgence du virus qui a commencé après la levée progressive d’un bouclage national appliqué plus tôt dans l’année.

La semaine dernière, le nouveau chef israélien du coronavirus, Ronni Gamzu, a déclaré qu’il s’opposait à un nouveau confinement et qu’il ne le ferait que si le système médical était surchargé par les patients atteints du virus.

La mise à jour du ministère de la Santé a également montré que 11 343 tests de dépistage de virus ont été analysés lundi, dont 9,2 % étaient positifs, contre 7,6 % la veille et le taux le plus élevé des sept derniers jours. Il a indiqué que 12 119 tests ont été effectués dimanche, contre 15 470 la veille et 24 394 le jour précédent.

Les niveaux de test baissent généralement de manière significative pendant le week-end, mais ils avaient auparavant augmenté dimanche.

Le ministère n’a pas donné d’explication pour la baisse constante des tests ces derniers jours.

La généralisation des tests, combinée à des évaluations épidémiologiques rapides, est considérée comme une stratégie clé pour freiner la propagation du virus en garantissant que ceux qui ont pu être exposés au virus se mettent en auto-quarantaine avant qu’ils ne puissent éventuellement infecter d’autres personnes.

En date de lundi matin, 62 626 personnes avaient été diagnostiquées avec le coronavirus en Israël depuis le début de l’épidémie, dont 27 077 se sont rétablies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...