L’étudiant qui avait appelé à ‘frapper un sioniste aujourd’hui’ ne sera pas exclu
Rechercher

L’étudiant qui avait appelé à ‘frapper un sioniste aujourd’hui’ ne sera pas exclu

Le Conseil des étudiants a décidé de maintenir le pro-BDS Igor Sadikov à ses fonctions ; Le jeune homme a répété viser une "idéologie politique" et non les Juifs

Igor Sadikov (Crédit : association des étudiants de premier cycle de la faculté des Arts de McGill)
Igor Sadikov (Crédit : association des étudiants de premier cycle de la faculté des Arts de McGill)

Dans la soirée de mercredi, l’association a voté sur l’avenir d’Igor Sadikov, membre du conseil législatif étudiant à l’université de Montréal par 22 voix pour, 16 voix contre et sept abstentions.

Depuis son post original publié le 6 février, Sadikov a refusé de démissionner de l’Association étudiante de McGill, présentant également des “excuses” précautionneusement formulées et qualifiant son tweet de « plaisanterie malencontreuse ».

« Un grand nombre de mes électeurs et de mes camarades étudiants et certains de mes amis adhèrent à l’idéologie sioniste », a-t-il déclaré dans un communiqué mercredi devant l’association étudiante de la faculté des arts. « Je suis moi-même Juif ».

Sadikov, 22 ans, qui soutient le mouvement anti-israélien BDS (Boycott, Divestment and Sanctions), a expliqué qu’il visait dans sa publication une « idéologie politique », pas les Juifs.

L’université McGill a connu des divisions. Certains étudiants désirent que Sadikov soit destitué de ses postes à responsabilité au sein de l’établissement et qu’il soit même renvoyé, tandis que d’autres ont accusé le jeune homme d’avoir cédé aux pressions de l’administration en revenant sur ses propos.

La principale de McGill Suzanne Fortier, a pour sa part, défendu sa position disant que « cela relève de notre devoir face à n’importe quelle incitation à la violence ».

Les étudiants pro-israéliens ont indiqué avoir ressenti de l’hostilité et s’être sentis isolés sur le campus. Des pétitions demandant le renvoi de Sadikov ont été lancées en ligne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...