Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

L’explosion de 1982 au QG de Tsahal au Liban était un attentat-suicide – nouvelle enquête

Les autorités ont longtemps prétendu que l'explosion qui a tué 91 personnes à Tyr était due à une fuite de gaz, mais un ex-général estime qu'un attentat intentionnel est bien plus probable

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des secouristes cherchant des survivants après une explosion au quartier général de l'armée israélienne dans la ville libanaise de Tyr, en 1982. (Crédit : Wikimedia Commons/Archives de l’armée israélienne)
Des secouristes cherchant des survivants après une explosion au quartier général de l'armée israélienne dans la ville libanaise de Tyr, en 1982. (Crédit : Wikimedia Commons/Archives de l’armée israélienne)

Après plus de 41 ans, une nouvelle commission d’enquête sur l’explosion meurtrière survenue au quartier général militaire israélien de Tyr lors de la première guerre du Liban a conclu qu’il s’agissait d’un attentat-suicide, ont déclaré des responsables mercredi.

Jusqu’à présent, Israël avait déclaré que l’explosion du 11 novembre 1982 avait été causée par une fuite de gaz, bien que de nombreux rapports, y compris ceux qui ont suivi immédiatement l’explosion, aient indiqué qu’il s’agissait d’un attentat-suicide perpétré par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

La commission d’enquête, dirigée par le général de division (Rés.) Amir Abulafia – ancien commandant du Directorat de la Planification – a conclu que l’explosion qui a tué au moins 91 personnes, dont 75 membres des forces de sécurité israéliennes et plusieurs autres prisonniers libanais et palestiniens, était un attentat-suicide et non une fuite de gaz.

En novembre 2022, les autorités israéliennes ont annoncé qu’elles allaient réexaminer l’explosion et, en juin de l’année dernière, la commission présidée par Abulafia a été constituée, à la suite d’une enquête de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet qui a jugé la thèse de l’attentat-suicide beaucoup plus probable.

Des dizaines de membres du Shin Bet, de l’armée israélienne et de la police israélienne ont participé à l’enquête. Les autorités ont indiqué que plusieurs universitaires et experts en matière de défense avaient également été consultés.

« Aborder une enquête sur un attentat terroriste qui a eu lieu il y a quarante ans est extrêmement difficile, compliqué […] c’est presque impossible puisque la plupart des gens [qui étaient là] ne sont plus parmi nous. Et ceux qui sont [encore en vie] ne se souviennent pas de nombreux détails », a déclaré le chef d’un département du Shin Bet impliqué dans l’enquête de début 2023 qui a conduit à la formation de la commission d’enquête d’Abulafia, qui a été identifié uniquement comme « Shin » – sa première initiale en hébreu.

Le général de division Amir Abulafia. (Crédit : Capture d’écran : YouTube)

Shin, dont le rang équivaut à celui d’un général de division dans l’armée, a déclaré aux journalistes que les enquêteurs avaient travaillé dans le « secret et la compartimentation », en raison du caractère sensible des conclusions et des divergences avec l’enquête précédente menée immédiatement après l’explosion de 1982, qui avait établi qu’il s’agissait d’une fuite de gaz.

Elle a précisé que les équipes ont examiné toutes les informations disponibles sur l’explosion, y compris des milliers de documents datant d’avant, de pendant et d’après le drame. Les enquêteurs ont également recherché des renseignements susceptibles de confirmer les informations disponibles ; ils ont consulté des experts en explosifs pour déterminer si la nature de l’effondrement du bâtiment présentait des caractéristiques d’autres attentats perpétrés à l’aide d’engins explosifs improvisés transportés par des véhicules et si du matériel explosif avait été identifié sur les lieux ; enfin, ils ont mené des enquêtes médico-légales pour déterminer comment les victimes avaient été tuées et à qui appartenait chaque cadavre.

Finalement, l’enquête a permis de déterminer « avec une grande certitude, peut-être même avec une certitude totale, qu’il s’agissait d’un attentat terroriste et non d’une fuite de gaz ».

Selon Shin, des explosifs ont été trouvés sur les lieux de l’attentat et des traces d’impact d’explosifs ont été trouvées sur certains restes, y compris des parties de corps qui n’appartenaient à aucun membre des forces israéliennes ni à aucun prisonnier libanais.

Les conséquences de l’attentat contre le quartier général de l’armée israélienne à Tyr, au Liban, le 11 novembre 1982. (Crédit : Armée israélienne/Domaine public)

En outre, des traces d’impact d’explosifs ont également été trouvées sur des pièces d’une voiture Peugeot sur les lieux. Le moteur de la voiture a également été retrouvé presque entier sous les décombres, a-t-elle ajouté.

La Peugeot 504 blanche et les parties non identifiées du corps ont ensuite été identifiées comme appartenant au kamikaze, selon les derniers résultats de l’enquête, a expliqué Abulafia aux journalistes.

Les enquêtes précédentes n’ont pas permis de déterminer à qui appartenaient les restes non identifiés. Il a été constaté à l’époque que la voiture de fabrication française n’avait pas été utilisée par les forces israéliennes, bien que les enquêtes précédentes n’aient pas permis d’établir un lien entre le véhicule et l’explosion.

L’enquête initiale, lancée un jour après l’explosion, était dirigée par le général de division Meïr Zorea. Les conclusions ont été présentées au bout d’une semaine, indiquant que l’explosion avait été causée par une fuite de gaz et non par un attentat.

Une enquête de la police militaire a été lancée une semaine plus tard et a également conclu qu’une fuite de gaz était la plus probable, tout en laissant ouverte la possibilité que l’explosion ait pu être un attentat intentionnel. Des mois plus tard, en avril 1983, l’avocat militaire général a accepté la thèse de la fuite de gaz sur la base des rapports et a classé l’affaire.

« L’équipe du Shin Bet a contredit l’enquête de la Zorea, qui avait déterminé avec certitude qu’il ne s’agissait pas d’un attentat-terroriste. Nous avons conclu qu’il s’agissait d’une voiture chargée d’explosifs conduite par un terroriste suicide chiite, qui a provoqué l’effondrement du bâtiment », a déclaré l’officier supérieur du Shin Bet.

L’agence de sécurité a précisé que la voiture était équipée d’une bombe de 50 kilogrammes et de plusieurs bouteilles de gaz. L’explosion de la bombe et des bouteilles de gaz, ainsi que du réservoir de gaz interne de la voiture, a provoqué l’explosion massive qui a fait s’effondrer le bâtiment.

Shin a également déclaré que l’enquête de la police militaire et l’enquête de l’avocat militaire général ne disposaient pas de toutes les informations au moment des faits, qui se sont produits en pleine guerre, et qu’elles n’étaient pas encore familières avec les attentats à la voiture piégée et les groupes terroristes liés à l’Iran dans la région, ce qui les a amenées à accepter la théorie de la fuite de gaz.

L’explosion de Tyr s’est produite avant les tristement célèbres attentats à la bombe de la caserne de Beyrouth en 1983, qui visaient les forces américaines et françaises à Beyrouth et ont fait 307 morts, ainsi que l’attentat à la bombe contre l’ambassade des États-Unis dans la capitale libanaise la même année, qui a fait 63 autres victimes.

Les conclusions du Shin Bet ont été présentées l’année dernière au directeur de l’agence, au chef d’état-major de Tsahal et au chef de police israélienne, ce qui a conduit les organisations de sécurité à former la commission d’enquête dirigée par Abulafia, afin de parvenir à des conclusions définitives.

Abulafia a déclaré que son équipe avait approfondi l’enquête sur l’explosion, en procédant à des analyses supplémentaires de l’explosion elle-même, en enquêtant sur les restes humains non identifiés et en examinant d’autres renseignements, notamment les pièces détachées de la voiture et les récits des témoins oculaires de l’incident.

Il a déclaré aux journalistes que les nouvelles découvertes ont permis de déterminer que le kamikaze a conduit sa voiture dans le bâtiment par l’une des entrées, avant d’exploser près de la cage d’ascenseur, provoquant l’effondrement de quatre piliers et entraînant le reste du bâtiment dans sa chute.

Des secouristes cherchant des survivants après une explosion au quartier général de l’armée israélienne dans la ville libanaise de Tyr, en 1982. (Crédit : Wikimedia Commons/Archives de l’armée israélienne)

Abulafia a également souligné que les experts ont pu confirmer que les autres parties du corps retrouvées au bas de l’immeuble n’appartenaient à aucun des détenus libanais qui se trouvaient au dernier étage, ni à aucun membre des forces de sécurité israéliennes, ce qui signifie que ces restes appartenaient plus que probablement au kamikaze.

En ce qui concerne les témoins oculaires, Abulafia a déclaré que la commission avait pu apprendre que deux civils libanais qui passaient à proximité de la base militaire au moment de l’attaque, et qui ont été eux-mêmes blessés, ont déclaré avoir vu une Peugeot 504 blanche entrer dans le bâtiment peu de temps avant l’explosion.

Deux soldats israéliens présents sur les lieux ont également déclaré avoir entendu le bruit d’un moteur de voiture avant l’explosion, a ajouté Abulafia, se référant à d’anciens témoignages qui n’ont été retrouvés que récemment.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, a revendiqué l’explosion, identifiant le kamikaze comme étant Ahmad Qasir, âgé de 17 ans. Un petit monument a été érigé en l’honneur de Qasir près de Baalbek, dans le nord-est du Liban. Le Hezbollah considère Qasir comme son tout premier kamikaze.

Ahmad Qasir. (Crédit : Réseaux sociaux)

« Nous savons que le commanditaire de l’attentat était soutenu par l’Iran […] Imad Mughniyeh, l’un des fondateurs du Hezbollah, y a également participé en partie, mais jusqu’à aujourd’hui, il y a toujours un désaccord entre [le Hezbollah et d’autres groupes terroristes] sur l’identité des auteurs de cet attentat », a déclaré Abulafia.

« Nous pouvons affirmer en toute responsabilité que l’attaque a été dirigée par l’Iran », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, Tsahal a déclaré que « la commission a recommandé qu’à partir de maintenant, cet événement tragique soit traité comme une attaque terroriste ».

« La catastrophe de Tyr est un événement malheureux et douloureux […] et l’achèvement de l’enquête est d’une grande importance, à la fois au niveau national et dans le cadre de l’engagement envers les familles des disparus ainsi qu’envers les victimes de la catastrophe et leurs familles », a ajouté le communiqué.

Près d’un an après l’explosion, le 4 novembre 1983, un attentat à la bombe similaire avait visé la base  à Tyr, tuant 28 Israéliens et 32 prisonniers libanais. Israël avait confirmé que la seconde explosion était un attentat suicide du Hezbollah.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.