Rechercher

Liban : saisie de captagon caché dans de fausses oranges

Beyrouth a récemment intensifié ses efforts pour déjouer les opérations de trafic, après les critiques des pays du Golfe concernant son manque de coopération dans ce domaine

De fausses oranges remplies de pilules illégales de Captagon au port de Beyrouth au Liban, le 29 décembre 2021. (Crédit : Anwar Amro/AFP)
De fausses oranges remplies de pilules illégales de Captagon au port de Beyrouth au Liban, le 29 décembre 2021. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

Le ministre libanais de l’Intérieur a annoncé mercredi la saisie d’une importante cargaison de comprimés de captagon, drogue constituée d’amphétamines, dissimulés dans des caisses d’oranges au port de Beyrouth.

Des membres de la direction des douanes ont saisi « près de neuf millions de comprimés de captagon », a déclaré Bassam Mawlawi lors d’un point de presse, indiquant que la cargaison était destinée à l’exportation vers un pays du Golfe.

Un membre des douanes libanaises a précisé à l’AFP que la cargaison était en route vers le Koweït.

Les comprimés de captagon étaient placés dans de petits sacs et dissimulés dans de fausses oranges. Une enquête est en cours pour déterminer l’origine de la cargaison.

Le Liban a récemment intensifié ses efforts pour déjouer les opérations de trafic de captagon, après les critiques des pays du Golfe concernant son manque de coopération dans ce domaine.

Une vue générale des tours du quartier de la Marina à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le mardi 6 avril 2021. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)

Le 23 décembre, la police de Dubaï a annoncé avoir arrêté quatre ressortissants d’un pays arabe pour avoir tenté d’introduire en contrebande dans l’émirat plus d’un million de comprimés de captagon dissimulés cette fois dans des faux citrons.

« La police de Dubaï a déjoué une opération préventive de contrebande de 1 160 500 comprimés de captagon d’une valeur marchande de 58,25 millions de dirhams » (environ 14 millions d’euros), a-t-elle précisé.

Selon la police, le conteneur réfrigéré qui les transportait contenait 3 840 boîtes de citrons, dont 66 de faux citrons, « provenant d’un pays arabe », sans préciser lequel.

Mais selon les images de l’opération diffusées, la mention « produits du Liban » figure sur les boîtes saisies.

Drapeau de l’Arabie saoudite (Crédit : Wikimedia commons)

En avril, l’Arabie saoudite avait annoncé la suspension des importations de fruits et de légumes en provenance du Liban après une saisie de plus de cinq millions de pilules de captagon dissimulées dans des grenades, accusant Beyrouth d’inaction.

En juin, le royaume saoudien avait saisi, en coordination avec les autorités libanaises, 14.4 millions de pilules d’amphétamine, « cachés entre des feuilles de tôle en provenance du Liban ».

En pleine crise diplomatique entre Beyrouth et plusieurs pays du Golfe, le Koweït avait dénoncé en octobre l’ « échec » du gouvernement libanais à prendre « les mesures nécessaires pour empêcher la contrebande de drogue ».

Le captagon est une amphétamine tirée d’un ancien médicament psychotrope, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Cette drogue, fabriquée notamment en Syrie, mais aussi au Liban et en Irak, est essentiellement exportée vers l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...