Liberman demande aux Etats-Unis de rompre avec les organismes de l’ONU qui dénigrent Israël
Rechercher

Liberman demande aux Etats-Unis de rompre avec les organismes de l’ONU qui dénigrent Israël

A Washington, le ministre de la Défense a demandé au secrétaire d'Etat de reconsidérer le soutien apporté par les Etats-Unis à l'UNRWA et au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, qui "diabolisent Israël"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, avec le secrétaire d'Etat américain  Rex Tillerson à Washington, le 8 mars 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson à Washington, le 8 mars 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a demandé mercredi au secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson de reconsidérer le soutien américain à l’agence des Nations unies chargée des réfugiés palestiniens et au Conseil des droits de l’homme.

Au cours d’une réunion au département d’Etat, Liberman a vivement recommandé à Tillerson de songer à quitter le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, à Genève, et à stopper tout financement de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche Orient, connu sous le nom d’UNRWA.

Les agences ne remplissent pas leur mission, a-t-il dit au secrétaire selon le compte-rendu de la réunion émis par le bureau de Liberman. « Au contraire, le Conseil des droits de l’homme se charge de diaboliser Israël et de lui nuire en dénaturant la réalité. »

Il a expliqué qu’il était inacceptable que 60 % des résolutions adoptées par le Conseil ciblent Israël au lieu de se pencher sur la situation difficile des droits de l’Homme en Iran, en Corée du Nord ou en Syrie.

La semaine dernière, l’envoyée américaine au conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, Erin Barclay, a critiqué l’instance pour sa focalisation excessive sur Israël.

Erin Barclay au Conseil des droits des l'homme de l'ONU, le 1 mars 2017. (Crédit : capture d'écran  UNHRC)
Erin Barclay au Conseil des droits des l’homme de l’ONU, le 1 mars 2017. (Crédit : capture d’écran UNHRC)

« De manière regrettable, un trop grand nombre d’actions de ce conseil ne soutiennent pas ces principes universels. En effet, elles les contredisent », avait-elle déclaré.

« Aucun autre pays n’est au centre de l’attention d’une question à l’ordre du jour […]. Cette obsession au sujet d’Israël […] est la plus grande menace pour la crédibilité du conseil », a déclaré Barclay, diplomate chevronnée. « Cela limite les choses que nous pouvons accomplir car le conseil est ridiculisé. Les États-Unis s’opposeront à toute tentative de délégitimer ou d’isoler Israël. »

Israël a affirmé qu’une partie des employés gazaouis de l’UNRWA sont membres du groupe terroriste du Hamas.

Des informations ont révélé mardi qu’un cadre de l’agence humanitaire de l’ONU à Gaza, Muhammad al-Jamassi, aurait été élu au bureau politique du Hamas, la plus haute instance de l’organisation terroriste qui gouverne la bande de Gaza.

Jamassi a occupé diverses fonctions au sein du Hamas depuis 2007, notamment au sein du service de relations publiques et dans ses organismes humanitaires affiliés, a fait savoir le centre d’information sur les renseignements et le terrorisme Meir Amit .

Il est actuellement président du bureau du département d’ingénierie de l’UNRWA dans le centre de Gaza, qui supervise tous les projets d’infrastructures lancés par l’agence dans la zone.

Un autre employé de l’UNRWA, Suhail al-Hindi, enseignant à la tête du syndicat des employés de l’agence, a été suspendu par l’UNRWA après avoir été élu à un poste important du Hamas.

Liberman, qui a rencontré le vice-président Mike Pence mardi, devait s’entretenir avec le membre du Congrès et conseiller à la sécurité nationale H.R. Macmaster dans la journée de mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...