Liberman : Israël n’acceptera pas un « ancrage » iranien en Syrie
Rechercher

Liberman : Israël n’acceptera pas un « ancrage » iranien en Syrie

"Autoriser cet ancrage en Syrie serait accepter que l'Iran nous étrangle", a affirmé le ministre israélien de la Défense

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'adresse à la presse dans un champ à l'extérieur de la bande de Gaza le 20 février 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israël)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'adresse à la presse dans un champ à l'extérieur de la bande de Gaza le 20 février 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israël)

Israël n’acceptera pas d' »ancrage » iranien en Syrie », a affirmé mardi le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman, après des frappes contre une base militaire en Syrie attribuées à l’Etat hébreu.

« Nous ne permettrons pas d’ancrage iranien en Syrie quel que soit le prix à payer, nous n’avons pas d’autre option », a affirmé M. Liberman lors d’une conférence de presse sur le plateau du Golan.

M. Liberman n’a pas évoqué les frappes ayant visé lundi une base aérienne en Syrie, alors que le régime de Damas, ainsi que ses deux alliés Moscou et Téhéran, ont accusé Israël d’avoir mené cette attaque.

« Autoriser cet ancrage en Syrie serait accepter que l’Iran nous étrangle », a ajouté le ministre israélien.

Téhéran avait accusé lundi Israël d' »agression flagrante » en Syrie après ces frappes dans lesquelles des « conseillers militaires » iraniens ont péri, selon un média iranien.

L’Iran ne reconnaît pas l’existence d’Israël qui voit de son côté en Téhéran une menace existentielle et dénonce régulièrement le soutien de Téhéran au groupe terroriste du Hezbollah libanais à sa frontière septentrionale.

Un accès de tension a opposé l’Iran et Israël sur le théâtre syrien en février après un raid aérien israélien contre une base militaire du régime syrien.

Israël avait alors accusé l’Iran d’avoir lancé à partir de cette base un drone qui aurait pénétré dans l’espace aérien israélien. L’Iran avait dénoncé des affirmations « ridicules ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...