Linoy Ashram, 3e médaillée d’or de toute l’Histoire d’Israël aux J.O
Rechercher

Linoy Ashram, 3e médaillée d’or de toute l’Histoire d’Israël aux J.O

En gymnastique rythmique, l'athlète de 22 ans grimpe sur la plus haute marche du podium et rapporte la 4e médaille d'Israël à Tokyo, sa coéquipière Nicol Zelikman est 7e

  • L'Israélienne Linoy Ashram pose avec sa médaille d'or pendant la cérémonie de remise de médaille en gymnastique rythmique des Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit :  Lionel BONAVENTURE / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram pose avec sa médaille d'or pendant la cérémonie de remise de médaille en gymnastique rythmique des Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram fête sa victoire en finale de gymnastique rythmique  aux Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit :  Lionel BONAVENTURE / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram fête sa victoire en finale de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit :  Martin BUREAU / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit : Martin BUREAU / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit :  Martin BUREAU / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit : Martin BUREAU / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram, au centre, avec son entraîneur après sa victoire en finale de l'épreuve de gymnastique rythmique  aux Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit :  Martin Bureau / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram, au centre, avec son entraîneur après sa victoire en finale de l'épreuve de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit : Martin Bureau / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit :  Martin BUREAU / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit : Martin BUREAU / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit :  Martin BUREAU / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit : Martin BUREAU / AFP)
  • L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit :  Martin BUREAU / AFP)
    L'Israélienne Linoy Ashram pendant l'épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit : Martin BUREAU / AFP)

En épreuve féminine individuelle de gymnastique rythmique, l’Israélienne Linoy Ashram s’est emparée de la troisième médaille d’or remportée par Israël aux Jeux olympiques, grimpant sur la plus haute marche du podium des Jeux de Tokyo et mettant un terme à presque deux décennies de règne sans partage de la Russie dans cette discipline.

Ashram est la première femme israélienne à gagner une médaille d’or aux Jeux Olympiques.

« C’est ce dont j’ai rêvé toute ma vie », a dit Ashram après sa victoire.

« C’est un sentiment extraordinaire d’être là où je suis aujourd’hui, sur le podium et à la première place », a commenté la gymnaste de 22 ans qui a été choisie pour porter le drapeau lors de la cérémonie de fermeture de ces Olympiades.

« C’est une expérience de folie et je n’ai pas encore vraiment digéré ce qu’il s’est passé, et je ressens par moment un pic d’excitation », a-t-elle continué.

La jeune athlète a été visiblement émue lorsque l’hymne national israélien a résonné dans le gymnase et que le drapeau bleu et blanc a été levé.

Elle a gagné cette troisième médaille d’or pour l’État juif quelques jours après la deuxième qui a été remportée par le gymnaste Artem Dolgopyat. Cela avait été le véliplanchiste Gal Friedman qui avait arraché la première médaille d’or pour Israël à Athènes, en 2004.

En plus de deux médailles d’or, l’équipe olympique israélienne a gagné deux médailles de bronze lors de cette édition de Tokyo – une a été arrachée par l’équipe mixte de judo et l’autre par Avishag Semberg en taekwnendo, dans l’épreuve féminine des moins de 49 kilos.

Ces Olympiades de Tokyo sont les plus réussies pour les représentants de l’État juif qui, jusqu’à présent, n’avaient jamais gagné plus de deux médailles lors de Jeux olympiques.

Ashram a dominé les trois programmes des épreuves de la matinée de samedi. Elle a gagné une note de 27,550 points et elle s’est placée en tête de l’épreuve individuelle de cerceau.

Elle est ensuite arrivée première lors de son second passage – le programme de ballon – avec une note de 28, 330. Lors de son passage dans l’épreuve de bâton, elle a eu une note de 28,650.

Dans son programme final, Ashram a laissé échapper son ruban à un moment et elle a obtenu une note de 23,300 – une note suffisante pour conserver son avance sur la gymnaste russe Dina Averina, qui s’empare de son côté de la médaille d’argent.

Ashram a expliqué que l’attente qui a précédé l’annonce de la note d’Averina dans le dernier programme – qui devait déterminer l’ordre des médailles – avait été « le plus stressant » de sa vie.

Averina a ultérieurement affirmé qu’elle avait gagné et le Comité olympique russe a, pour sa part, dénoncé une « injustice ».

La Biélorusse Alina Harnasko est repartie avec la médaille d’argent et la sœur jumelle d’Arina a été classée quatrième.

L’Israélienne Linoy Ashram pendant l’épreuve individuelle de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo, au gymnase Ariake, le 7 août 2021. (Crédit : Martin BUREAU / AFP)

La gymnaste israélienne Nicol Zelikman est 7e de cette épreuve, avec des débuts laborieux dans le programme de cerceau où elle a remporté une note de 23,700.

Zelikman s’est davantage distinguée dans le programme de ballon, avec une note de 24,150. Elle a eu une note de 25,600 au bâton avant d’obtenir 22,150 lors du programme de ruban.

Les gymnastes russes n’avaient pas perdu ce titre depuis les Jeux olympiques d’Atlanta, en 1996, et la victoire de l’Israélienne est assurément l’une des plus grandes surprises de l’Histoire de ce sport.

Les Russes ont remporté 12 des 14 derniers championnats du monde, avec notamment une exception en 2001, quand Alina Kabaeva avait été dépourvue de son titre après un dépistage positif à un diurétique interdit.

Ashram, médaillée d’argent aux championnats du monde 2018, est en bonne forme cette saison – mais sa victoire face aux deux jumelles n’était nullement attendue.

Les jumelles, entre elles, ont remporté tous les championnats majeurs auxquels elles ont participé depuis les Jeux olympiques de Rio, en 2016.

Elles avaient également fini première et deuxième lors des qualificatifs des épreuves individuelles de gymnastique rythmique vendredi. Ashram avait terminé 3e après avoir laissé tomber son cerceau.

Mais Arina, la plus âgée des jumelles – elle est née 20 minutes avant sa sœur – a abandonné ses espoirs de podium samedi suite à un nœud qui s’est formé dans son ruban, permettant à Hanasko de prendre la médaille de bronze.

Ashram participe à des compétitions internationales depuis 2014. Elle a gagné 92 médailles au total lors de ses apparitions.

Samedi également, l’État juif s’est qualifié pour l’épreuve de gymnastique rythmique en équipe, finissant 4e – derrière la Bulgarie, la Russie et l’Italie. La finale est prévue samedi prochain.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...