Rechercher

L’Iran publie des informations personnelles sur un expert israélien en cybersécurité

Téhéran a publié le nom, la photo et l'adresse d'un expert spécialisé dans le piratage informatique iranien, ce qui constitue une menace tacite

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photo illustrative de hacker (Crédit : Shutterstock)
Photo illustrative de hacker (Crédit : Shutterstock)

L’Iran a publié mercredi le nom, la photo, le numéro de téléphone et l’adresse du domicile d’un expert israélien en cybersécurité spécialisé dans le piratage informatique iranien, ce qui constitue sa dernière manœuvre dans la cyberguerre en cours.

Ces informations ont été publiées par Fars News, un média iranien géré par le Corps des Gardiens de la Révolution islamique.

La publication de ces informations, ou doxing, est une menace tacite pour le spécialiste de la cybersécurité lui-même et pour les autres Israéliens qui effectuent un travail similaire.

Outre son nom, son numéro de téléphone et son adresse personnelle, Fars a également publié la date de naissance de l’expert en cybersécurité, son adresse électronique, ses pseudonymes sur les réseaux sociaux et une photographie de son immeuble. La plupart de ces informations semblent avoir été glanées sur ses comptes de réseaux sociaux et dans d’autres sources ouvertes.

L’Israélien semble avoir été ciblé par le Corps des Gardiens de la Révolution en raison de son travail au sein de l’unité 8200 du renseignement militaire de l’armée israélienne, qui se consacre à la cybercriminalité, et dans le monde civil, pour une société de cybersécurité, Clear Sky, qui a découvert un certain nombre d’activités de piratage menées par l’Iran.

Depuis des années, Israël et l’Iran se livrent à une cyber-guerre discrète, qui fait occasionnellement surface.

Le mois dernier, l’Iran a accusé Israël d’être à l’origine d’une cyberattaque contre les stations-service du pays, les mettant hors service pendant une semaine.

Quelques jours plus tard, un groupe de pirates lié à l’Iran, Black Shadow, a ciblé une société d’hébergement israélienne, fermant temporairement un certain nombre de sites Web et volant les données des utilisateurs de Atraf, un site de rencontres LGBT israélien.

Black Shadow a également volé un important volume de données à la compagnie d’assurance israélienne Shirbit l’année dernière, puis les a vendues sur le dark web lorsque la société a refusé de payer une rançon.

En 2010, le virus Stuxnet, qui aurait été conçu par Israël et les États-Unis, a infecté le programme nucléaire iranien, provoquant une série de pannes dans les centrifugeuses utilisées pour enrichir l’uranium.

L’Iran a déconnecté une grande partie de son infrastructure de l’internet après l’apparition du virus Stuxnet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...