Rechercher

L’Iran se vante d’avoir infligé 9 « gifles » maritimes aux États-Unis

Le contre-amiral Alireza Tangsiri affirme que chacun des coups portés par les forces iraniennes au cours des 18 derniers mois l'a été pour venger la mort d'un "martyr"

Alireza Tangsiri, commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique. (Capture d'écran/YouTube)
Alireza Tangsiri, commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique. (Capture d'écran/YouTube)

Un haut commandant de la marine iranienne a affirmé samedi que ses forces avaient porté neuf coups aux Etats-Unis pour venger la mort de ses troupes.

Selon les médias iraniens, le commandant de la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique, le contre-amiral Alireza Tangsiri, a déclaré que le Corps des Gardiens de la révolution islamique avait subi neuf décès lors d’affrontements avec les États-Unis dans le golfe Persique, et qu’il avait répondu à chaque fois par des coups. Il n’a pas précisé quand ces neuf décès sont survenus.

« Nous leur avons donné neuf gifles inoubliables, c’est-à-dire une pour chacun de nos martyrs », a déclaré Tangsiri, ajoutant que beaucoup de ces incidents n’ont pas été rapportés par les médias, selon un rapport de l’agence de presse Mehr.

Six de ces incidents se sont produits au cours de l’année et demie écoulée, a-t-il précisé. Il n’a pas été indiqué quand les trois autres incidents qu’il a mentionnés se seraient produits.

Ses affirmations étaient donc impossibles à vérifier.

« Ils ont pris conscience de la supériorité de la République islamique en mer », a déclaré Tangsiri lors d’un discours prononcé devant des membres de la force paramilitaire Basij au cours d’un rassemblement organisé dans l’ancien complexe de l’ambassade américaine à Téhéran.

Cette image tirée d’une vidéo montre un pétrolier battant pavillon vietnamien saisi dans le golfe d’Oman, le 3 novembre 2021. (Crédit : Gardiens de la révolution via AP)

Il a ajouté que l’un de ces affrontements était la récente confrontation au sujet d’un pétrolier que l’Iran prétendait que les États-Unis avaient tenté de saisir, mais que le Corps des gardiens de la révolution islamique avait réussi à repousser les forces d’attaque.

Alors que les Gardes ont affirmé avoir déjoué une tentative du navire américain de s’emparer du MV Sothys transportant du pétrole iranien, les responsables de la défense américaine ont rejeté cette version et ont déclaré que l’Iran avait saisi le pétrolier et l’avait emmené dans ses eaux territoriales.

Les remarques de Tangsiri sont intervenues le jour où le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, s’est engagé à contrer « l’utilisation dangereuse » par l’Iran de drones suicide au Moyen-Orient et a promis d’empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire.

Les commentaires d’Austin à Bahreïn, lors du dialogue annuel de Manama, semblaient viser à rassurer les alliés arabes du Golfe des États-Unis et Israël, alors que l’administration Biden tente de relancer l’accord nucléaire de 2015, en voie d’effritement, qui avait limité l’enrichissement d’uranium par l’Iran en échange de la levée des sanctions économiques.

Un bateau rapide de la Garde révolutionnaire iranienne pointe une arme en direction du pétrolier Stena Impero, qui bat pavillon britannique, saisi dans le détroit d’Ormuz par la Garde et conduit dans le port iranien de Bandar Abbas, le 21 juillet 2019. (Morteza Akhoondi / Tasnim News Agence via AP)

Depuis que le président américain de l’époque, Donald Trump, a retiré unilatéralement l’Amérique de l’accord nucléaire iranien en 2018, une série d’incidents de plus en plus graves ont frappé le Moyen-Orient au sens large.

Cela comprend des attaques de drones et de mines visant des navires en mer, ainsi que des assauts imputés à l’Iran et à ses mandataires en Irak et en Syrie.

Les États-Unis ont également tué le commandant iranien de la Force al-Quds, le général Qassem Soleimani, au début de 2020, ce qui a ensuite vu l’Iran cibler les troupes américaines en Irak avec des missiles balistiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...