Rechercher

L’Israélien qui a menacé un conducteur avec une machette l’a mépris pour un terroriste

Uri Schori a affirmé que l'autre véhicule roulait de façon "folle" sur la route et qu'il avait craint pour sa vie ; le juge a prolongé sa détention provisoire jusqu’à jeudi

Capture d'écran de la vidéo d'Uri Shchori, qui a été filmé en train d'attaquer un autre conducteur avec une machette, arrive pour une audience de mise en détention provisoire, le 29 août 2022. (Crédit : Capture d'écran/Twitter)
Capture d'écran de la vidéo d'Uri Shchori, qui a été filmé en train d'attaquer un autre conducteur avec une machette, arrive pour une audience de mise en détention provisoire, le 29 août 2022. (Crédit : Capture d'écran/Twitter)

Un Israélien juif qui a été filmé menaçant un conducteur arabe israélien et sa famille avec une machette lors d’une altercation sur une route du nord d’Israël a déclaré lundi qu’il pensait avoir à faire à un terroriste.

Uri Shchori, un habitant de Karmiel de 71 ans, a été arrêté la veille, quelques heures après l’incident, au cours duquel il a été filmé en train de bloquer l’autre véhicule avec le sien, puis se précipitant sur lui en brandissant une machette. Il a également tenté de s’introduire de force dans l’autre voiture, tandis que le conducteur l’a filmé et a appelé la police.

Le tribunal a prolongé la détention provisoire de Shchori jusqu’à jeudi. Il est soupçonné d’avoir tenté de causer de graves dommages, d’avoir proféré des menaces, d’avoir délibérément vandalisé un véhicule et de porter sur lui une arme blanche.

Shchori a déclaré aux journalistes à l’extérieur de la salle d’audience que l’autre véhicule roulait « de façon folle ».

« J’ai eu peur ; j’ai réellement cru que c’était un attentat terroriste. »

Se remémorant les faits, il a déclaré que l’autre voiture, qui circulait devant la sienne, a soudainement freiné à deux reprises, provoquant presque une collision.

« J’ai vraiment pensé que c’était une attaque terroriste. J’ai vraiment pensé que c’était quelqu’un qui voulait faire quelque chose », a-t-il déclaré.

Shchori a affirmé que dans le passé, il était officier de police et qu’il n’avait jamais été arrêté auparavant « ni frappé qui que ce soit ».

« J’ai eu une nuit très, très difficile », a-t-il déclaré.

À la question de savoir s’il regrette ses actes, Shchori a réfléchi un instant avant de répondre, « probablement ».

Le conducteur menacé a déclaré à la Treizième chaîne dimanche qu’il était « encore sous le choc ».

Les images, filmées par le conducteur menacé, montrent Shchori dégainant une machette sur la Route 85 et criant à l’autre conducteur d’ouvrir la porte de sa voiture.

Selon la chaîne publique Kan, qui a diffusé la vidéo en premier, cet incident se serait apparemment produit après que l’autre voiture a dépassé celle de Shchori. Shchori était parvenu à bloquer l’autre voiture, l’obligeant à se ranger sur le bord de la route. Il était ensuite sorti de l’habitacle de son véhicule et avait foncé sur l’autre conducteur en brandissant son arme.

Tout au long de l’incident, on pouvait entendre en arrière-plan la femme de l’autre conducteur, assise à ses côtés, terrifiée, qui s’exprimait en arabe. Le jeune fils du couple était sur la banquette arrière.

Après le départ de Shchori, le conducteur menacé avait ouvert la portière de sa voiture, hurlant qu’il avait appelé la police. L’homme avait à nouveau couru vers lui mais, alors qu’il tentait de fermer la portière, Shchori avait paru coincer la lame de la machette entre la portière et le cadre du véhicule, laissant plusieurs centimètres de lame pénétrer dans l’habitacle. Il l’avait finalement retirée et avait pris la fuite.

Le conducteur menacé, qui était accompagné de sa femme et de son fils, avait déclaré avoir craint pour la sécurité de sa famille et qu’il avait même envisagé de renverser l’agresseur, « mais qu’il avait agi avec retenue », avait rapporté Kan.

La police israélienne avait déclaré peu après qu’une plainte avait été déposée et que des mesures avaient été prises pour localiser le suspect.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...