Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

L’Israélien Stratasys reçoit une contre-offre d’une autre firme US d’impression 3D

La proposition de 3D Systems intervient après que Stratasys a annoncé un accord de 1,8 milliard de dollars avec Desktop Metal ; les actions de Stratasys augmentent sur le Nasdaq

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Une imprimante 3D Stratasys F900. (Crédit : Business Wire via AP)
Une imprimante 3D Stratasys F900. (Crédit : Business Wire via AP)

La société israélienne d’impression 3D Stratasys a déclaré avoir reçu une contre-offre de son rival américain 3D Systems après avoir conclu un accord de fusion de 1,8 milliard de dollars avec Desktop Metal à la fin du mois de mai.

Dans le cadre d’une proposition de fusion en espèces et en actions annoncée vendredi, 3D Systems propose de racheter chaque action Stratasys pour 7,50 dollars en espèces et 1,2507 action ordinaire nouvellement émise. L’offre équivaudrait donc à environ 25 dollars par action Stratasys, a déclaré 3D Systems dans un communiqué. Les actions de Stratasys ont augmenté de plus de 11 % vendredi pour atteindre 16,21 dollars.

À la suite de la fusion proposée avec 3D Systems, les actionnaires de Stratasys détiendraient 40 % de la société fusionnée et recevraient environ 540 millions de dollars en espèces.

Stratasys, cotée au Nasdaq et ayant des bureaux à Rehovot et dans le Minnesota, est un fabricant d’imprimantes 3D industrielles pour la fabrication de polymères et opère dans des domaines tels que les produits de consommation, les soins de santé, l’aérospatiale et l’industrie automobile. L’entreprise compte parmi ses clients General Motors, Google, Tesla, Amazon et Medtronic.

Le marché mondial de la fabrication additive, ou impression 3D, était estimé à 13,8 milliards de dollars en 2021 et devrait atteindre environ 76 milliards de dollars d’ici 2030, selon une étude de marché réalisée en 2022 par Grand View Research.

« Nous sommes à un point d’inflexion dans notre industrie, et nous voyons des avantages significatifs pour nos actionnaires et toutes les parties prenantes en capturant les avantages d’échelle, en augmentant l’investissement dans l’innovation et en réalisant une croissance rentable à long terme », a déclaré Jeffrey Graves, président et chef de la direction de 3D Systems.

3D Systems a déclaré qu’elle s’attendait à réaliser 100 millions de dollars de synergies de coûts à la suite d’une éventuelle combinaison des deux entreprises. Pour l’ensemble de l’année 2024, l’entreprise combinée générerait un chiffre d’affaires estimé à 1,3 milliard de dollars, ce qui en ferait la plus grande entreprise de fabrication additive du secteur, a déclaré l’entreprise d’impression américaine.

3D Systems entre dans la course à l’entreprise israélienne d’impression 3D après que Stratasys a annoncé, le 25 mai, un accord de fusion avec l’entreprise américaine Desktop Metal, dans le cadre d’une transaction entièrement en actions évaluée à 1,8 milliard de dollars. Desktop Metal conçoit et commercialise des systèmes 3D pour imprimer du métal, du polymère, du sable et d’autres céramiques, ainsi que de la mousse et du bois recyclé.

La combinaison de Stratasys et de Desktop Metal devrait générer un chiffre d’affaires de 1,1 milliard de dollars d’ici 2025 et vise à créer une entreprise de premier plan dans le secteur fragmenté de l’impression 3D, qui devrait atteindre plus de 100 milliards de dollars d’ici 2032.

Stratasys a déclaré que son conseil d’administration « examinera attentivement » la proposition de 3D Systems, car l’opération de fusion avec Desktop Metal reste soumise à certaines conditions, notamment l’approbation des actionnaires de Stratasys et de Desktop Metal, ainsi que des autorités gouvernementales et réglementaires.

La semaine dernière, Stratasys a annoncé que son conseil d’administration avait rejeté à l’unanimité une offre de rachat de son principal actionnaire, Nano Dimension. L’offre de 18 dollars par action en espèces « sous-évalue considérablement la société et n’est pas dans l’intérêt des actionnaires », a déclaré Stratasys.

Fin mai, la société israélienne XJet, qui développe une technologie à jet d’encre pour l’impression 3D de petites pièces en métal et en céramique, a annoncé qu’elle cherchait à lever environ 10 millions de dollars dans le cadre d’une première offre publique de vente (IPO) d’actions sur le Nasdaq.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.