L’israélo-américaine détenue en Russie transférée dans une autre prison éloignée
Rechercher

L’israélo-américaine détenue en Russie transférée dans une autre prison éloignée

La famille de Naama Issachar n'a pas été informée du transfert ; le consul l'a localisée : elle n'a pu prendre ni vêtements chauds ni livres ; l'avocat : elle sera retransférée

Naama Issachar lors d'un procès en appel dans une salle d'audience à Moscou, Russie, le jeudi 19 décembre 2019. (AP/Alexander Zemlianichenko Jr.)
Naama Issachar lors d'un procès en appel dans une salle d'audience à Moscou, Russie, le jeudi 19 décembre 2019. (AP/Alexander Zemlianichenko Jr.)

Une femme israélo-américaine emprisonnée en Russie pour trafic de drogue a été transférée dans une prison isolée et aux conditions de détention déplorables, a indiqué mardi sa famille.

La famille et les avocats de Naama Issachar n’ont pas été informés du transfert, qui a eu lieu vendredi, a écrit la famille dans un message sur Facebook.

Elle a été transférée à la « Prison 11 » qui, selon sa famille, est très éloignée de l’établissement de Moscou où elle était précédemment détenue, sans toutefois en préciser le lieu.

Issachar, 27 ans, a été localisée lundi par le consul général d’Israël en Russie et a ensuite reçu la visite de son avocat, qui a constaté qu’elle était privée des vêtements d’hiver et des livres que sa mère lui avait donnés et qu’elle était détenue dans des conditions difficiles.

La famille a dit que l’avocat avait été informé qu’Issachar serait transférée dans une autre prison la semaine prochaine, mais qu’on ne savait pas précisément où.

« Nous faisons tout pour mettre fin à ce cauchemar que vit notre fille », a déclaré la famille. « Nous allons la ramener à la maison ».

⁦⬇️⁩English follows ⬇️**עדכון**ביום שישי הועברה נעמה יששכר לכלא אחר מבלי ליידע את אמה או עורכי דינה על כך. אף אחד…

פורסם על ידי ‏‎Wewantnaama‎‏ ב- יום שלישי, 31 בדצמבר 2019

La mère d’Issachar, Yaffa, a déclaré que le consul général avait essayé sans succès de lui permettre de voir sa fille.

« Il y a des visites qui ont lieu dans cet endroit, le consul général a essayé de m’organiser une rencontre mais sans succès ».

« C’est une situation désagréable et très difficile. Je ne sais pas quoi faire parce que maintenant il n’y aura plus personne à qui parler dans les prochains jours », a-t-elle déclaré au site d’information Walla, faisant apparemment référence aux vacances de fin d’année.

Issachar est détenue par la Russie depuis le mois d’avril, quand quelque 9 grammes de cannabis ont été trouvés dans ses bagages lors d’une escale à Moscou.

Elle a été condamnée à sept ans et demi pour trafic de drogue, une accusation qu’elle a réfutée, faisant remarquer qu’elle n’avait pas l’intention d’entrer en Russie lors de l’escale sur le chemin du retour en Israël depuis l’Inde.

Yaffa Issachar, mère de l’Israélo-américaine Naama Issachar qui est emprisonnée pour trafic de drogue, assiste au procès en appel de sa fille au tribunal régional de Moscou le 19 décembre 2019. (Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)

Au début du mois, un tribunal russe a rejeté un appel contre sa condamnation. Sa mère a déclaré qu’elle allait faire un autre appel auprès d’un tribunal de plus haut niveau et se tourner également vers la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) à Strasbourg.

Le cas d’Issachar est devenu une cause célèbre en Israël. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a qualifié la peine de prison d’“absurde”, a demandé au président russe Vladimir Poutine de la gracier lors d’un appel téléphonique la semaine dernière.

Moscou a dit que le dirigeant russe examinerait la demande.

M. Netanyahu, qui s’est vanté de ses liens étroits avec Moscou, a promis, lors d’un événement de campagne au début du mois, de faire sortir Issachar des prisons russes, en faisant naître l’espoir d’une avancée diplomatique.

Après l’audition de l’appel, Netanyahu a dit à la mère d’Issachar qu’il continuait à travailler pour sa libération. Les responsables israéliens ont exprimé l’espoir que Poutine libérera Issachar comme un geste de bonne volonté avant ou pendant sa visite en Israël le mois prochain.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), serre la main du Président russe Vladimir Poutine lors d’une rencontre à Moscou le 4 avril 2019. (Koby Gideon/GPO)

Au cours de l’audience, Naama a déclaré aux juges que non seulement elle « n’avait pas l’intention » de faire entrer de la drogue en Russie, mais elle a souligné qu’elle « n’avait même pas passé le contrôle douanier » lorsqu’elle a été arrêtée.

Issachar a dit qu’elle ne savait pas ce qui était écrit dans les aveux qu’elle avait signés car ils étaient rédigés en russe et il n’y avait pas de traducteur présent.

Les juges ont délibéré pendant une vingtaine de minutes et se sont prononcés contre l’appel dans une sentence d’une seule phrase.

Moscou avait tenté d’échanger Issachar contre le hacker russe Aleksey Burkov, mais ses offres ont été refusées par les responsables israéliens, qui ont dit craindre de créer un précédent. Israël a ensuite extradé Burkov comme prévu vers les États-Unis, où il était recherché pour des détournements de fonds dans le cadre d’un système de cartes de crédit qui porterait sur des millions de dollars volés aux consommateurs américains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...