Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Le CICR en contact avec le Hamas pour la libération des otages

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est en contact avec le Hamas et les autorités israéliennes pour œuvrer à la libération des otages pris en Israël par le mouvement terroriste ce week-end, selon un communiqué diffusé jeudi.

Le CICR implore aussi « les deux parties de réduire les souffrances des civils ».

« En tant qu’intermédiaire neutre, nous sommes prêts à effectuer des visites humanitaires ; faciliter la communication entre les otages et les membres de leur famille ; et pour faciliter toute éventuelle libération », a souligné dans ce texte Fabrizio Carboni, le directeur régional du CICR pour la région Proche et Moyen-Orient.

La prise d’otages est interdite par le droit international humanitaire et toute personne détenue doit être immédiatement libérée, a aussi rappelé M. Carboni.

Des dizaines d’Israéliens et d’étrangers, soldats, civils, enfants et femmes, seraient aux mains du Hamas dans la bande de Gaza depuis son offensive en Israël.

Les autorités israéliennes recensent 150 otages, alors que des centaines de personnes sont encore portées disparues et des corps toujours en cours d’identification.

Aucune libération officielle n’est intervenue à ce stade.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a aussi lancé un processus de négociations avec le Hamas en vue d’obtenir la libération des otages, avait indiqué mercredi soir une source officielle à l’AFP.

Le responsable du CICR s’inquiète aussi du sort des civils dans la bande de Gaza, qui est bombardée sans relâche par les forces armées israéliennes en riposte à l’attaque du Hamas. La guerre a déjà fait plusieurs milliers de morts depuis samedi.

Israël a déclaré un blocus total sur l’étroit territoire surpeuplé, coupant l’eau, l’électricité et le gaz.

À mesure que Gaza est privé d’électricité, « les hôpitaux perdent l’électricité, mettant en danger les nouveau-nés placés dans des incubateurs et les patients âgés sous oxygène. La dialyse rénale s’arrête et les radiographies ne peuvent pas être prises », rappelle le responsable.

« Sans électricité, les hôpitaux risquent de se transformer en morgues », a-t-il martelé, soulignant aussi que l’eau potable est déjà difficile d’accès.

« Aucun parent ne veut être obligé de donner de l’eau sale à un enfant assoiffé », insiste le responsable.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.