Pour le ramadan, couvre-feu allégé en Libye, en Tunisie et en Algérie
Rechercher

Une fillette de 11 ans de Tibériade dans un état critique à cause du COVID-19

La barre des 200 morts franchie ; Des responsables redoutent un déconfinement trop rapide

  • Des Israéliens devant le magasin Ikea de Rishon LeZion, le 22 avril 2020. (Capture d'écran Youtube)
    Des Israéliens devant le magasin Ikea de Rishon LeZion, le 22 avril 2020. (Capture d'écran Youtube)
  • Le cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 22 avril 2020. (Yonatan Sindel / Flash90)
    Le cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 22 avril 2020. (Yonatan Sindel / Flash90)
  • Les enfants des soignants de Shaare Zedek en atelier à l'école Yafe Nof. (Autorisation)
    Les enfants des soignants de Shaare Zedek en atelier à l'école Yafe Nof. (Autorisation)
  • Les Israéliens font leurs courses alimentaires au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 24 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90
    Les Israéliens font leurs courses alimentaires au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 24 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90
  • Des centaines de personnes lors d'une manifestation au delphinarium de Tel Aviv, le 24 avril 2020, contre le nouveau gouvernement et sa taille. (Crédit : @Or9uTUMESQcdtK9 / Twitter)
    Des centaines de personnes lors d'une manifestation au delphinarium de Tel Aviv, le 24 avril 2020, contre le nouveau gouvernement et sa taille. (Crédit : @Or9uTUMESQcdtK9 / Twitter)
  • Des clients attendent devant un supermarché à Tel Aviv, le 7 avril 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des clients attendent devant un supermarché à Tel Aviv, le 7 avril 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les commerçants de Mahane Yehuda protestent contre la fermeture des marchés

Les propriétaires de boutiques du marché Mahane Yehuda de Jérusalem protestent contre la fermeture continue des marchés en plein air, malgré le fait que de nombreuses autres entreprises aient été autorisées à rouvrir aujourd’hui.

Une bagarre a éclaté entre les policiers et les propriétaires de magasins, dont l’un a été arrêté.

Malgré l’interdiction, de nombreuses échoppes de Mahane Yehuda ont été ouverts ces dernières semaines.

Le chef de l’association des commerçants de Mahane Yehuda convoqué pour un interrogatoire après une manifestation

La police a convoqué Tali Friedman, qui représente les propriétaires d’échoppes du marché Mahane Yehuda, pour un interrogatoire à la suite d’une manifestation au marché de Jérusalem sur la fermeture continue des marchés en plein air, rapporte la radio de l’armée.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a indiqué qu’il soutenait les propriétaires de magasins.

« J’espère que le gouvernement approuvera bientôt l’ouverture du marché, qui est une source de revenus pour des centaines de familles de Jérusalem », écrit-il sur Twitter. « Je vous promets, aux vendeurs du marché et aux habitants de Jérusalem, que je ne relâcherai pas mes efforts tant que le marché ne sera pas rouvert. »

Aviv Kohavi appelle au respect de l’interdiction de se rendre dans les cimetières

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, reconnaît que la décision d’interdire les visites des cimetières aux familles des soldats tombés au combat pour Yom HaAtsmaout a été difficile, mais affirme qu’elle doit être respectée.

« La distance n’empêche pas la proximité ou la sensation profonde de douleur, » dit-il.

Il s’est exprimé lors d’une cérémonie au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, au cours de laquelle de petits drapeaux israéliens ont été placés sur toutes les tombes.

L’armée va renforcer ses opérations à Beit Shemesh et Netivot, zones restreintes

Le commandement du Front intérieur de l’armée va accroître ses activités dans les villes de Beit Shemesh et Nétivot, où un confinement de certains quartiers présentant un taux élevé d’infections a pris effet ce matin, indique l’armée.

Les troupes participeront à la distribution de nourriture aux familles dans le besoin et expliqueront les directives relatives au coronavirus.

« L’armée israélienne continuera à aider la sphère civile, selon les besoins, dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus », assure l’armée dans sa déclaration.

Les opérations de confinement à Netivot et Beit Shemesh, que le cabinet a déclaré « zones restreintes » vendredi, ont commencé à 6 heures aujourd’hui et se poursuivront jusqu’à vendredi à 6 heures.

A Beit Shemesh, cela concerne les quartiers de Nahala Umenuha et Ramat Beit Shemesh Bet.

À Netivot, ce sont les quartiers de Neta’im et Shalom Boinich qui sont sous cordon sanitaire, tout comme les rues Hazani, Tzaban, Hatzalah, Brosh, Bilu et Gershonowitz dans le sud de la ville.

Les restrictions étant levées trop vite, le reconfinement devrait se faire par étapes

Une haute responsable du ministère de la Santé estime qu’Israël va trop vite pour réduire les restrictions liées au coronavirus et reconnaît la confusion que les directives ont causée dans l’opinion publique israélienne.

« Nous avons passé le pic de la première vague, mais je pense que nous nous précipitons un peu trop. Grâce aux mesures qui ont été prises, nous sommes dans une situation relativement bonne. Je me sentirais plus confiante si nous marquions des étapes. J’ai l’impression que nous faisons preuve d’un certain désordre », confie Sigal Sadetsky, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, à la radio publique Kan.

Elle ajoute : « D’autres pays ont annoncé ce qui ouvrirait à une certaine date et ce qui [ouvrirait] à une autre [date]. Nous avons fait une très grande ouverture à un moment donné. Je suis d’accord que les directives ne sont pas claires. L’exercice physique n’est autorisé que jusqu’à 500 mètres de chez soi, mais [parcourir] des kilomètres pour se rendre aux magasins [est acceptable] ».

Ses commentaires surviennent alors que de nombreuses entreprises qui avaient été contraintes de fermer leurs portes en raison des restrictions ont été autorisées à rouvrir si elles respectaient les directives d’hygiène et de distanciation sociale, bien que de nombreuses entreprises aient indiqué qu’elles resteraient fermées.

Le Prof. Sigal Sadetsky, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, s’exprime lors d’une conférence de presse sur le Covid-19 à Tel Aviv, le 27 février 2020. (Avshalom Sassoni / Flash90)

Bar Siman-Tov met en garde contre une nouvelle flambée épidémique en hiver

Moshe Bar Siman-Tov, directeur général du ministère de la Santé, avertit qu’Israël pourrait connaître une nouvelle épidémie de coronavirus en hiver.

« Regardez Singapour, que nous avons observé jalousement, récemment il y a eu des jours où il y avait plus de 1 000 [nouvelles] personnes malades par jour », dit-il à la radio de l’armée.

Il est également interrogé sur le départ prévu du ministre de la Santé Yaakov Litzman.

« Nous continuerons à faire de notre mieux. Je resterai tant que mon maintien en sera nécessaire et bénéfique », a-t-il réagi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le ministre de la Santé Yaakov Litzman (à droite) et le directeur général du ministère de la Santé Moshe Bar Siman-Tov lors d’une conférence de presse sur le coronavirus, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2020. M. Netanyahu explique comment le coronavirus peut se propager à partir d’un éternuement. (Flash90)

Litzman dément que des dons ont influencé la décision de rouvrir IKEA

Le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, a vivement réfuté les informations selon lesquelles les propriétaires d’IKEA Israël ont fait des millions de shekels de dons à la communauté hassidique Gur Hasidic à laquelle Litzman appartient.

L’information de TheMarker a été publiée après que la réouverture des magasins IKEA a été critiquée, car la réglementation gouvernementale autorisant leur réouverture ne s’étendait pas aux petites entreprises.

« Les rapports sur les liens entre les dirigeants de la chaîne IKEA et les éléments ultra-orthodoxes qui ont conduit à l’ouverture de la chaîne sont des absurdités qui ne méritent pas d’être rapportées », a réagi le ministère de la Santé dans un communiqué.

La déclaration souligne que la décision d’autoriser l’ouverture de IKEA a été prise par des fonctionnaires du ministère et à la demande de celui des Finances, tout en niant tout lien entre Litzman et Shulem Fisher, l’un des propriétaires de IKEA Israël.

« Il est surprenant que dans une situation d’urgence où tout le système de santé s’efforce de sauver des vies avec dévouement et responsabilité, des gens publient de fausses informations et des détails sans fondement », ajoute le ministère.

Le niveau de la mer de Galilée baisse pour la première fois depuis des mois

Pour la première fois depuis le début de l’hiver, le niveau de l’eau de la mer de Galilée baisse.

Avec une baisse d’un centimètre, le niveau du plus grand lac d’eau douce d’Israël est maintenant de 208,93 centimètres en dessous du niveau de la mer, 13 centimètres en dessous de sa « ligne rouge supérieure », au-dessus de laquelle il risque de déborder.

L’Autorité des eaux attribue cette baisse à l’augmentation du pompage et de l’évaporation causée par les vents violents du week-end.

El Al propose des vols ponctuels au départ et à destination de Londres et Paris

El Al annonce qu’il proposera jeudi des vols spéciaux ponctuels à destination et en provenance de Londres et de Paris.

La compagnie aérienne israélienne indique qu’elle proposera également un vol cette semaine vers Miami.

En dehors de ces vols, El Al indique qu’elle prolongera sa suspension des voyages commerciaux jusqu’au 9 mai au moins.

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, a promulgué mercredi un nouveau décret ordonnant aux autorités locales d’accorder aux entreprises une exonération de trois mois sur les taxes foncières.

« L’aide permettra d’alléger les difficultés [financières] des entreprises », a déclaré M. Deri, en faisant remarquer que certaines « sont confrontées à la faillite » en raison des fermetures prolongées causées par le coronavirus.

Coronavirus : l’Arabie saoudite allège partiellement le couvre-feu

L’Arabie saoudite a partiellement assoupli dimanche le couvre-feu total de 24 heures mis en place pour contenir la propagation du nouveau coronavirus, à l’exception de quelques endroits, dont la ville sainte musulmane de La Mecque.

Le couvre-feu sera assoupli de 9 heures à 17 heures et les centres commerciaux et les commerces de détail seront autorisés à rouvrir dans toutes les régions du royaume jusqu’au 13 mai, a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

Mais un couvre-feu total de 24 heures sera maintenu dans certaines zones, y compris La Mecque, qui a vu le plus grand nombre d’infections du royaume ces derniers jours.

Le dernier bilan donné samedi par le ministère saoudien de la Santé recense 136 décès dus à la maladie du Covid-19 tandis que les infections confirmées ont augmenté à 16 299.

L’Arabie saoudite est le pays arabe du Golfe le plus touché par le nouveau coronavirus. Le pays a pris des mesures de restriction importantes, comprenant la fermeture des lieux publics non-essentiels et la suppression du petit pèlerinage musulman, la omra, à La Mecque et Médine.

En revanche, les autorités n’ont pas encore annoncé si le grand pèlerinage du hajj aura bien lieu dans ce contexte. C’est l’un des plus grands rassemblements religieux au monde, et cette année il doit se tenir fin juillet.

Premier exportateur de pétrole brut au monde, l’Arabie est par ailleurs frappée de plein fouet par le plongeon des cours de l’or noir lié au ralentissement économique provoqué par la pandémie.

– avec AFP

Pour le ramadan, couvre-feu allégé en Libye, en Tunisie et en Algérie

L’Algérie, la Tunisie et la Libye ont annoncé l’allègement pour le mois de jeûne musulman du ramadan, des couvre-feux décrétés en raison de l’épidémie du Covid-19.

En Libye, le confinement a été remplacé par un couvre-feu de 18H00 à 06H00 locales (16H00 à 04H00 GMT) pendant dix jours, a annoncé le gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et reconnu par l’ONU.

Jusque-là, le confinement, en place depuis une semaine, n’avait été que peu respecté par les habitants de ce pays en guerre.

Les autorités tunisiennes ont elles raccourci de deux heures le couvre-feu nocturne imposé depuis le 22 mars. Il débute désormais à 20H00 locales, soit 19H00 GMT.

En Algérie, dans la wilaya (préfecture) de Blida, près d’Alger, où ont été enregistrés les premiers cas de nouveau coronavirus, le confinement a été levé, laissant place à un couvre-feu de 14H00 à 07H00 locales (13H00 à 06H00 GMT).

Et dans les neuf wilayas les plus touchées par la pandémie – dont celle de la capitale -, les couvre-feux ont été réduits de deux heures.

Le ramadan, qui commence vendredi dans ces trois pays d’Afrique du Nord, est traditionnellement un temps de partage, générosité et rassemblements.

Mais la plupart des pays musulmans ont fermé les mosquées et interdit toute réunion familiale pour le repas de rupture de jeûne (l’iftar), afin d’enrayer la propagation de la maladie Covid-19.

– avec AFP

Coronavirus : bouffée d’air pour les Espagnols

Troisième pays le plus touché au monde par la pandémie partie de Chine fin 2019, l’Espagne (23 190 décès) a dû adopter l’un des régimes de confinement les plus stricts au monde.

En termes de mortalité, elle n’est précédée que par les Etats-Unis (plus de 53 000) et l’Italie (26 384), et est suivie par la France (22 614) et le Royaume-Uni (20 319).

En Espagne, le confinement décrété le 14 mars a été prolongé jusqu’au 9 mai inclus.

Le chef du gouvernement Pedro Sanchez présentera mardi un plan d’assouplissement envisagé à partir de la mi-mai.

Le G20 s’engage à relancer le tourisme affecté par le coronavirus

Les ministres du Tourisme des pays du G20 se sont engagés vendredi à atténuer l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le tourisme mondial, l’un des secteurs les plus touchés avec des millions d’emplois menacés.

Les restrictions sur les déplacements mises en place pour contenir la pandémie ont durement affecté le tourisme mondial, qui devrait baisser de 45 % cette année, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les ministres du Tourisme des pays du G20 se sont engagés à garantir que « la levée des restrictions sur les voyages soit coordonnée », au moment où de nombreux pays cherchent à alléger le confinement, et à « soutenir la relance économique » du secteur touristique.

« Nous nous engageons à aider les entreprises, entrepreneurs et travailleurs du secteur touristique (…) à s’adapter et prospérer durant une nouvelle ère post-crise », ont affirmé les ministres dans un communiqué conjoint à l’issue d’une réunion virtuelle organisée par l’Arabie saoudite, qui préside actuellement le G20.

Jusqu’à 75 millions d’emplois dans ce secteur sont menacés, a ajouté le groupe, se référant aux chiffres du Conseil mondial du voyage et du tourisme.

Liechtenstein : des bracelets de fertilité biométriques pour détecter le COVID-19

Le Liechtenstein va équiper 2 200 volontaires de bracelets biométriques, destinés d’habitude à suivre le cycle de fertilité des femmes, pour savoir s’ils permettent de détecter la maladie Covid-19 à un stade précoce, a-t-on appris dimanche auprès des responsables de l’expérience.

S’il s’avérait efficace, ce bracelet, qui mesure la température de la peau, le pouls, la fréquence respiratoire et le débit sanguin, permettrait d’isoler et de traiter rapidement un patient infecté.

Il pourrait également permettre de suivre en télémétrie les personnes vulnérables isolées.

Les premiers résultats de l’étude COVI-GAPP sont attendus à l’automne.

« L’objectif est de disposer des résultats de la recherche avant le début d’une éventuelle deuxième vague d’infection au second semestre 2020 afin de pouvoir agir efficacement contre la propagation de Covid-19 », indiquent dans un communiqué le laboratoire pharmaceutique Dr Risch Group et la start-up suisse AVA qui a développé le bracelet.

La société zurichoise AVA affirme fournir ses équipements à prix coûtant pour cette étude co-financée par la maison princière du Liechtenstein, des fonds privés et le gouvernement de la principauté.

– avec AFP

Comores: gaz lacrymogène contre des musulmans violant le couvre-feu

Les forces de l’ordre de l’Union des Comores ont tiré des gaz lacrymogène contre des fidèles réunis dans plusieurs mosquées en violation des mesures mises en place pour lutter contre le nouveau coronavirus, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Les incidents ont eu lieu samedi soir sur l’île comorienne d’Anjouan – dans la ville de Mutsamudu, capitale de l’île, et dans le village de Pomoni (ouest) -, selon une source sécuritaire qui a requis l’anonymat.

« Il y a des blessés, la plupart sont passés par les fenêtres pour fuir, l’un s’est fracturé le pied… Même ce matin, l’odeur des gaz flottait dans les environs », a confié à l’AFP un témoin à Mutsamudu.

Vendredi, le président comorien Azali Assoumani a signé un décret visant à renforcer le dispositif anti-coronavirus, avec l’instauration, à compter de samedi, d’un couvre-feu de 20h à 05h00.

L’Union des Comores, pays musulman très pauvre de l’océan Indien, est l’un des rares Etats au monde à ne pas avoir officiellement enregistré de cas de Covid-19.

L’opposition a dénoncé l’intervention musclée des forces de l’ordre.

« Sous prétexte de couvre-feu décrété précipitamment le premier jour du ramadan, soi-disant pour lutter contre la propagation du coronavirus dont il nie l’existence (…), l’armée du colonel Azali fait usage de grenades lacrymogènes et d’armes à feu contre (des) manifestants pacifiques », a estimé le parti d’opposition du Conseil national de transition (CNT).

Anjouan, l’une des trois îles formant l’Union des Comores, avait été le théâtre en 2018 de violents incidents entre un groupe de rebelles armés opposés à Azali Assoumani et l’armée.

Des éléments hostiles au chef de l’Etat s’étaient emparés de la médina (vieille ville) de Mutsamudu durant près d’une semaine avant de se retirer.

Une fillette de 11 ans de Tibériade dans un état critique à cause du COVID-19

L’état d’une fillette de 11 ans de la ville de Tibériade, dans le nord du pays, souffrant de COVID-19 s’est détérioré et est désormais défini comme « critique », selon l’hôpital de Poriya où elle est soignée.

La fillette a été emmenée d’urgence à l’hôpital il y a deux jours avec une forte fièvre et des vomissements et on soupçonne désormais qu’elle souffre d’une inflammation cardiaque, a indiqué Poriyah.

Elle a été mise sous respirateur cet après-midi et sera transférée à l’hôpital Rambam de Haïfa ce soir.

Un observatoire gouvernemental enquête sur les magasins qui refusent de rouvrir

L’Autorité israélienne de la concurrence a indiqué qu’elle enquêtait sur d’éventuelles actions illégales de centaines de grandes entreprises qui se sont concertées pour rester fermées, malgré les autorisations gouvernementales de réouverture, afin de protester contre le gouvernement qui exige des compensations pour les récentes fermetures et les restrictions en cours imposées en raison de l’épidémie de coronavirus.

L’autorité, qui supervise le commerce équitable et les lois antitrust, a déclaré dans un communiqué qu’elle avait demandé des informations concernant la protestation de l’Association of Fashion and Commerce Chains, « pour s’assurer que les activités des détaillants ne sont pas en conflit avec la loi ».

« Dans la mesure où les résultats des contrôles montrent que les actions entreprises peuvent avoir enfreint la concurrence d’une manière qui viole les dispositions de la loi – l’Autorité n’hésitera pas à prendre des mesures coercitives », indique le communiqué.

Quelque 200 chaînes, dont les principaux magasins de vêtements, d’optique, de décoration d’intérieur, de camping et de sport, ainsi que des cafés et restaurants, ont choisi de ne pas ouvrir leurs portes alors même que de nombreuses restrictions liées à la pandémie ont été levées samedi à minuit.

Selon une décision gouvernementale prise vendredi, tous les magasins qui ne se trouvent pas dans des centres commerciaux et des marchés de plein air sont autorisés à ouvrir à partir de dimanche s’ils respectent les directives en matière de propreté, d’équipement de protection et de distanciation sociale.

Mais les propriétaires de grandes entreprises demandent au gouvernement de les indemniser pour les pertes d’exploitation, conformément à ce qui a été annoncé pour les petites entreprises.

L’AP condamne 60 magasins pour violation des restrictions sur le coronavirus

La police de l’Autorité palestinienne (AP) a fermé 60 commerces dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, pour avoir violé le protocole d’urgence de l’AP concernant le coronavirus, rapporte le site d’information palestinien officiel Wafa.

Les magasins ne respectaient pas les directives qui ne permettent qu’à certains commerçants d’ouvrir leurs portes, de maintenir une bonne hygiène et de limiter le nombre de clients à l’intérieur.

Le ministre de la santé de l’AP a déclaré qu’aucun nouveau cas de coronavirus n’avait été signalé au cours des dernières 24 heures.

La ministre de la Santé de l’Autorité palestinienne, Mai al-Kaila, a annoncé qu’aucun nouveau cas de coronavirus n’avait été enregistré dans les territoires palestiniens au cours des dernières 24 heures et que les chiffres se maintenaient à 325 et 17 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza respectivement.

Il y a eu deux morts palestiniens en Cisjordanie et deux autres à Jérusalem-Est.

– Jacob Magid

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

Pour le ramadan, couvre-feu allégé en Libye, en Tunisie et en Algérie

L’Algérie, la Tunisie et la Libye ont annoncé l’allègement pour le mois de jeûne musulman du ramadan, des couvre-feux décrétés en raison de l’épidémie du Covid-19.

En Libye, le confinement a été remplacé par un couvre-feu de 18H00 à 06H00 locales (16H00 à 04H00 GMT) pendant dix jours, a annoncé le gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et reconnu par l’ONU.

Jusque-là, le confinement, en place depuis une semaine, n’avait été que peu respecté par les habitants de ce pays en guerre.

Les autorités tunisiennes ont elles raccourci de deux heures le couvre-feu nocturne imposé depuis le 22 mars. Il débute désormais à 20H00 locales, soit 19H00 GMT.

En Algérie, dans la wilaya (préfecture) de Blida, près d’Alger, où ont été enregistrés les premiers cas de nouveau coronavirus, le confinement a été levé, laissant place à un couvre-feu de 14H00 à 07H00 locales (13H00 à 06H00 GMT).

Et dans les neuf wilayas les plus touchées par la pandémie – dont celle de la capitale -, les couvre-feux ont été réduits de deux heures.

Le ramadan, qui commence vendredi dans ces trois pays d’Afrique du Nord, est traditionnellement un temps de partage, générosité et rassemblements.

Mais la plupart des pays musulmans ont fermé les mosquées et interdit toute réunion familiale pour le repas de rupture de jeûne (l’iftar), afin d’enrayer la propagation de la maladie Covid-19.

– avec AFP