Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Londres : Une actrice juive ne doit pas sortir du théâtre à cause de manifestations anti-Israël

Tracy-Ann Oberman, qui tient le rôle principal et dont la sécurité a été renforcée à la suite de menaces en ligne, révèle qu'on l’a priée de ne pas quitter la salle après sa pièce

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Capture d'écran d'une vidéo d'un théâtre du West End de Londres montrant une affiche pour l'actrice juive Tracy-Ann Oberman, février 2024. (Crédit : Sky News ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Capture d'écran d'une vidéo d'un théâtre du West End de Londres montrant une affiche pour l'actrice juive Tracy-Ann Oberman, février 2024. (Crédit : Sky News ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’actrice juive Tracy-Ann Oberman a révélé qu’on lui avait conseillé de ne pas quitter le théâtre londonien après une représentation dans laquelle elle joue le rôle principal, en raison de rassemblements pro-palestiniens dans le quartier.

Le Criterion Theatre, situé dans le West End de la capitale, avait déjà renforcé sa sécurité en raison des menaces proférées à l’encontre de l’actrice, qui dénonce l’antisémitisme et soutient ouvertement Israël dans la guerre qu’il mène contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

Dans un tweet publié sur X samedi soir à l’intention du Premier ministre Rishi Sunak et du chef du Parti travailliste de l’opposition Sir Keir Starmer, elle a écrit : « Encore une matinée samedi où l’on m’a demandé de ne pas quitter le théâtre à cause de toutes les manifestations et marches organisées. »

« Londres 2024 – ridicule, n’est-ce pas ? », a ajouté Oberman, qui n’a pas précisé qui lui avait demandé de rester à l’intérieur, ni la nature du danger apparent.

Sunak venait de déclarer plus tôt dans la journée de samedi que l’extrémisme lié à la guerre de Gaza minait la démocratie britannique.

Lors des manifestations qui ont été régulièrement organisées pour protester contre la réponse militaire d’Israël aux attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre, des dizaines de personnes ont été arrêtées pour des chants et des banderoles antisémites, pour avoir invité à soutenir une organisation interdite ou pour avoir agressé des membres des services d’urgence.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s’adressant aux médias, profitant de cette allocution pour avertir que la démocratie est la cible des extrémistes, à Downing Street à Londres, le 1er mars 2024. (Crédit : Alberto Pezzali/AP Photo)

Dans un discours inhabituel prononcé devant son domicile du 10, Downing Street, Sunak a déclaré que « ces dernières semaines et ces derniers mois, nous avons assisté à une augmentation choquante des désordres et de la criminalité extrémistes ».

La situation a atteint son paroxysme le mois dernier lorsque le président de la Chambre des communes a déclaré qu’il avait modifié le protocole au cours d’un débat en raison de craintes pour la sécurité des députés.

La semaine dernière, les législateurs britanniques ont reçu des fonds pour renforcer leur sécurité suite aux menaces proférées contre plusieurs d’entre eux pour avoir exprimé leur soutien à Israël dans sa guerre contre le Hamas. Un député a déclaré qu’il ne se représenterait pas aux élections par crainte pour sa sécurité.

La guerre de Gaza a été déclenchée le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont déferlé sur le sud d’Israël, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, et prenant plus de 250 otages.

Israël a réagi par une campagne militaire dont l’objectif était de faire tomber le Hamas à Gaza, de détruire le groupe terroriste et de libérer les otages, dont plus de la moitié sont toujours en captivité.

Un porte-parole de Campaign Against Antisemitism a indiqué au quotidien The Guardian que l’activisme anti-Israël était devenu une source importante d’intimidation contre les Juifs de Grande-Bretagne.

« On en est arrivé au point où une actrice juive jouant dans une adaptation d’une pièce de Shakespeare sur l’antisémitisme est priée de ne pas quitter le théâtre pour sa propre sécurité », a indiqué le porte-parole. « Quels sont les autres événements qui ont de telles répercussions ? »

Des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël brandissent des drapeaux palestiniens et tiennent des pancartes appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza, pendant une session de motion de l’Opposition Day à la Chambre des communes, à Parliament Square, Londres, le 21 février 2024. (Crédit : HENRY NICHOLLS / AFP)

« Ces protestations sont la raison pour laquelle un pourcentage ahurissant de 90 % des juifs britanniques ont déclaré qu’ils éviteraient de se rendre dans un centre-ville si une grande manifestation anti-Israël s’y déroulait, selon notre sondage », a déclaré le porte-parole. « Nos centres-villes sont devenus des zones interdites aux juifs ».

« Si la Grande-Bretagne veut rester un bastion de tolérance et de décence, les autorités doivent rétablir l’ordre dans nos rues », a-t-il ajouté.

Dans un entretien accordé à Sky News et publié dimanche, Oberman a déclaré : « Nous vivons une époque très agitée… Je ne comprends pas comment nous pouvons vivre à une époque où une actrice juive qui monte une production du ‘Marchand de Venise’ a besoin de toute cette sécurité, c’est tout simplement extraordinaire. »

« La population juive de Grande-Bretagne souffre énormément de ce qui se passe dans un pays étranger. Ce n’est pas normal. »

Elle a exhorté les autres membres de son industrie à faire davantage pour lutter contre l’antisémitisme.

Capture d’écran de la vidéo de l’actrice juive Tracy-Ann Oberman s’adressant à Sky News, février 2024. (Crédit : Sky News. Utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Tracy-Ann Oberman joue le rôle de Shylock dans « Merchant of Venice 1936 ». Dans l’œuvre originale de Shakespeare, Shylock est un usurier juif cupide qui doit de l’argent à un marchand. La pièce a suscité la controverse car elle dépeint Shylock d’une manière qui a été jugée antisémite.

La nouvelle version du spectacle se déroule dans les années 1930, alors que le fascisme déferle sur l’Europe et sur Londres. Oberman explique que c’est sa grand-mère qui l’a inspirée pour jouer Shylock, en présentant le personnage comme une femme héroïque plutôt que comme une figure antagoniste.

La police a été déployée pour assurer la sécurité de la première de la pièce en février, en raison des menaces dont avait fait l’objet Oberman en ligne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.