Rechercher

L’ONU s’apprête à voter une série de mesures contre Israël

L’institution ne va adopter de résolution contre aucune autre nation

À titre d’illustration : le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, prend la parole devant la 73e Assemblée générale des Nations Unies, le 25 septembre 2018 à New York. (Crédit : AFP / Timothy A. Clary)
À titre d’illustration : le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, prend la parole devant la 73e Assemblée générale des Nations Unies, le 25 septembre 2018 à New York. (Crédit : AFP / Timothy A. Clary)

L’Assemblée générale des Nations unies doit voter vendredi neuf résolutions critiquant Israël et aucune contre un autre pays.

Les mesures, qui vont de la condamnation des constructions israéliennes à Jérusalem Est et en Cisjordanie, au renouvellement du mandat d’un comité de l’ONU chargé d’enquêter sur “les pratiques israéliennes affectant les droits de l’Homme du peuple palestinien et des autres Arabes des territoires occupés”, ont été soutenues par plusieurs pays qui ont été critiqués pour leur propre bilan en matière de droits de l’Homme, dont Cuba, l’Arabie saoudite, le Venezuela et le Zimbabwe.

Certaines des résolutions, dont l’une réaffirmant le mandat de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, ont été parrainées par des États européens tels que l’Irlande, Chypre, le Luxembourg, Malte, la Norvège, le Portugal et la Suède.

“L’assaut prévu par l’ONU sur Israël avec un torrent de résolutions unilatérales est surréaliste”, a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif du groupe de surveillance UN Watch.

Neuer a souligné que le vote sur les résolutions avait eu lieu quelques jours à peine après que le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza ont lancé environ 460 roquettes en direction d’Israël.

“L’organe mondial ajoute maintenant des insultes aux blessures”, a-t-il déclaré.

Une autre résolution qui devait faire l’objet d’un vote était une mesure soutenue par la Syrie appelant Israël à se retirer du plateau du Golan, qu’il a conquis lors de la Guerre des Six jours de 1967, et qu’il a ensuite annexé, – un geste qui n’a jamais été reconnu internationalement.

Jeudi soir, la Mission des États-Unis auprès des Nations unies a annoncé qu’elle voterait contre la résolution, une première pour les États-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...