Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

L’UEJF dénonce « l’antisémitisme obsessionnel et assumé » du rappeur Freeze Corleone

Dans un nouveau morceau, le rappeur dit notamment : « Je préfère être accusé d’antisémitisme que de viol comme Darmanin »

Le rappeur Freeze Corleone. (Capture d’écran : Twitter)
Le rappeur Freeze Corleone. (Capture d’écran : Twitter)

Le rappeur Freeze Corleone a sorti un nouveau morceau cette semaine, se classant directement en tête des écoutes sur Spotify.

Dans celui-ci, il dit notamment : « Je préfère être accusé d’antisémitisme que de viol comme Darmanin. »

Ces propos ont été vivement critiqués sur Twitter, notamment par l’UEJF et la Licra.

« Ceci n’est plus de la provocation mais un antisémitisme obsessionnel, assumé et revendiqué », a dénoncé l’UEJF.

La Licra a elle aussi condamné fermement ces propos et réfléchit à des poursuites judiciaires.

En mars dernier, la maire PS de Rennes, Nathalie Appéré, avait pris un arrêté interdisant l’un de ses concerts. Elle expliquait que l’évènement représentait « un risque avéré de trouble à l’ordre public » en raison notamment de paroles « jugées antisémites ».

Elle a rappelé que le rappeur « avait fait l’objet à la demande de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), d’une enquête de la part du ministère de l’intérieur, pour des paroles jugées antisémites, faisant l’apologie du nazisme et du terrorisme ».

« De tels propos sont de nature à très fortement exacerber les tensions déjà vives entre différents groupuscules politiques extrêmes présents à Rennes », a ajouté l’élue.

Soulignant que « la programmation de ce concert suscitait déjà de nombreux débats et réactions au sein de la population locale », la maire de Rennes considérait « qu’un risque avéré de trouble à l’ordre public est dans cette période à craindre ».

Contactée par l’AFP, la municipalité indiquait que la salle avait été réservée il y a plusieurs mois par l’organisateur, mais que la programmation de la soirée du 18 mars n’était alors pas connue.

Une fois la programmation révélée, la Ville indique avoir chargé le gestionnaire de la salle de demander à l’organisateur de déprogrammer Freeze Corleone.

« Comme l’organisateur n’a pas modifié sa programmation, après échange avec l’autorité préfectorale, la Ville a pris un arrêté d’interdiction », précise-t-elle.

Figure montante du rap français, Freeze Corleone avait été lâché par son label après des clips antisémites, en septembre 2020.

Universal Music France avait annoncé cesser « toute collaboration » avec Freeze Corleone, après l’ouverture d’une enquête pour « provocation à la haine raciale » visant plusieurs de ses clips et chansons.

« Fuck un Rothschild », « RAF de la Shoah », disait-il notamment dans d’anciens morceaux.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.