Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Lula établit un parallèle entre la guerre Israël-Hamas et la Shoah ; Israël fulmine

Le président brésilien a aussi critiqué les récentes décisions de donateurs occidentaux de suspendre leur financement de l'UNRWA, accusée d'être impliquée dans les activités terroristes du Hamas et va augmenter la contribution du Brésil

Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, à Brasilia, le 10 novembre 2023. (Crédit : EVARISTO SA / AFP)
Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, à Brasilia, le 10 novembre 2023. (Crédit : EVARISTO SA / AFP)

Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a accusé dimanche Israël de commettre un « génocide » des Palestiniens dans la bande de Gaza, établissant le parallèle avec l’extermination des Juifs mise en œuvre par le régime hitlérien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vivement réagi en dénonçant des propos « honteux et graves » et en convoquant lundi l’ambassadeur brésilien en Israël, et son ministre de la Défense Yoav Gallant a accusé le Brésil de « soutenir » le Hamas.

« Ce qui se passe dans la bande de Gaza n’est pas une guerre, c’est un génocide », a déclaré M. Lula à la presse depuis Addis-Abeba, en Éthiopie, où il assiste à un sommet de l’Union africaine.

« Ce n’est pas une guerre de soldats contre des soldats. C’est une guerre entre une armée hautement préparée et des femmes et des enfants », a ajouté le dirigeant brésilien, vétéran de la gauche.

« Ce qui se passe dans la bande de Gaza avec le peuple palestinien ne s’est produit à aucun autre moment de l’Histoire. En fait, cela s’est déjà produit : lorsque Hitler a décidé de tuer les Juifs », a-t-il martelé.

Ces propos font partie des commentaires les plus virulents jamais formulés sur le conflit en cours entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas par Lula, éminente voix du Sud dont le pays assure actuellement la présidence tournante du G20.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza.

Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Le dirigeant de 78 ans avait condamné l’attaque du 7 octobre du Hamas contre Israël en la qualifiant d’acte « terroriste » dans la foulée.

Mais il s’est depuis lors montré très critique à l’égard de la campagne militaire de représailles d’Israël.

Le président brésilien a aussi critiqué les récentes décisions d’importants donateurs occidentaux de suspendre leur financement de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, dont Israël a accusé 12 employés d’être impliqués dans l’attaque du Hamas.

Le Brésil va augmenter sa propre contribution à l’agence, a affirmé Lula, qui a rencontré le premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh samedi en marge du sommet, exhortant les autres pays à faire de même.

« Lorsque je vois les pays riches annoncer qu’ils cessent de contribuer à l’aide humanitaire aux Palestiniens, j’imagine l’ampleur de la conscience politique de ces personnes et l’esprit de solidarité qui les anime », a-t-il ironisé.

« Nous devons cesser d’être petits quand nous devons être grands ».

Il a réitéré son appel à un règlement du conflit fondé sur la coexistence de deux États, avec une Palestine « définitivement reconnue comme un État souverain à part entière ».

« Une ligne rouge a été franchie »

« Les propos du président brésilien sont honteux et graves » et « j’ai décidé avec le ministre des Affaires étrangères Israël Katz de convoquer immédiatement l’ambassadeur du Brésil en Israël pour le sermonner vivement », a réagi dans l’après-midi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. M. Katz a précisé sur X que l’ambassadeur brésilien serait convoqué lundi.

« Il s’agit de banaliser la Shoah et de tenter de nuire au peuple juif et au droit d’Israël à se défendre. Comparer Israël à la Shoah nazie et à Hitler, c’est franchir la ligne rouge », a ajouté M. Netanyahu dans un communiqué.

« Comparer Israël à l’Holocauste nazi et à Hitler, c’est franchir une ligne rouge », a poursuivi M. Netanyahu. Israël se bat pour sa défense et pour assurer son avenir jusqu’à la victoire complète et il le fait dans le respect du droit international », a-t-il conclu.

« Les propos du président brésilien sont honteux et graves », a tweeté M. Katz. « Personne ne portera atteinte au droit d’Israël à se défendre. J’ai ordonné aux membres de mon bureau de convoquer l’ambassadeur brésilien pour un appel de réprimande demain. »

« En comparant à l’Holocauste la guerre d’Israël à Gaza contre le Hamas, une organisation terroriste génocidaire, le président da Silva a déshonoré la mémoire des six millions de Juifs assassinés par les nazis et diabolisé l’État juif comme le plus virulent des antisémites. Il devrait avoir honte », a ajouté M. Netanyahu dans la soirée, dans un discours prononcé à Jérusalem devant la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines.

Le Hamas s’est « félicité » dans un communiqué des déclarations de Lula, qui sont selon lui « une description exacte de ce que (son) peuple subit » à Gaza et révèlent « l’énormité du crime » commis par Israël « avec le soutien ouvert de l’administration Biden ».

« Cela fait des années que le Brésil est aux côtés du Hamas. Le président Lula soutient une organisation terroriste génocidaire (…) et en faisant cela jette l’opprobre sur son peuple et viole les valeurs du monde libre », a de son côté réagi sur X le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant.

Dani Dayan, président de Yad Vashem, a déclaré que les commentaires du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva comparant l’action israélienne à Gaza à la Shoah constituaient un antisémitisme flagrant.

« Les propos honteux du président brésilien sont une combinaison scandaleuse de haine et d’ignorance », a tweeté M. Dayan, originaire d’Argentine, notant qu’ils sont clairement antisémites selon la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA).

« Comparer un pays qui lutte contre une organisation terroriste meurtrière aux actions des nazis pendant la Shoah mérite d’être condamné », ajoute-t-il. « Il est triste que le président du Brésil se soit abaissé à un tel niveau de déformation extrême de la Shoah. »

« Un peu moins de nuance »

Le député LFI Adrien Quatennens a refusé dimanche de tracer « un signe égal entre la Shoah » et la situation à Gaza, à l’inverse du président brésilien Lula, mais a admis que l’on puisse faire « preuve de moins de nuance » face « au risque génocidaire ».

Invité sur BFMTV à réagir aux propos du président brésilien – proche du leader Insoumis Jean-Luc Mélenchon -, Adrien Quatennens s’est d’abord dit « davantage choqué par rapport à ce qu’il se passe véritablement à Gaza et face au risque génocidaire ».

« Non il n’y a pas de signe égal à mettre entre la Shoah et ce qui est en train de se passer », a-t-il tempéré.

Mais « s’il faut faire preuve de moins de nuance aussi sur cette question-là pour se faire entendre, alors je supporte que l’on fasse preuve d’un peu moins de nuance. Car il est vraiment temps de se réveiller », a-t-il appelé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.