L’Unrwa « non informée » d’une éventuelle fermeture de ses écoles à Jérusalem-Est
Rechercher

L’Unrwa « non informée » d’une éventuelle fermeture de ses écoles à Jérusalem-Est

La télévision israélienne Hadashot a annoncé que le Conseil national de sécurité avait décidé de fermer les écoles dépendant de l'Unrwa dans la capitale israélienne

Des élèves Palestiniens jouent aux abords d'une école de l'Office de secours et de travaux pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) de l'ONU dans le camp de réfugiés de Baqaa, à proximité d'Amman, le 2 septembre 2018 (Crédit :  / AFP PHOTO / AHMAD ABDO
Des élèves Palestiniens jouent aux abords d'une école de l'Office de secours et de travaux pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) de l'ONU dans le camp de réfugiés de Baqaa, à proximité d'Amman, le 2 septembre 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / AHMAD ABDO

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a affirmé dimanche ne pas avoir été informée d’un éventuel plan israélien de la fermeture de ses écoles à Jérusalem-est.

Samedi soir, la télévision israélienne Hadashot a annoncé que le Conseil national de sécurité avait décidé de fermer les écoles dépendant de l’Unrwa à Jérusalem-est.

Selon la télévision, les écoliers seraient intégrés à des écoles sous le contrôle des autorités israéliennes. Le bureau du Premier ministre dont dépend le Conseil national de sécurité n’a pas confirmé cette décision à l’AFP.

L’Unrwa a déclaré dans un communiqué « ne pas avoir été informée d’aucune décision de fermer ses écoles à Jérusalem-est ».

« Nous offrons des services à Jérusalem-Est depuis 1950 sous le mandat des Nations Unies », a-t-elle ajouté, disant prendre en charge 2 359 écoliers, « dans les limites de la municipalité (de Jérusalem, ndlr) définies par Israël » en 1967.

L’Unrwa a mis en place à Jérusalem-Est plusieurs écoles et centres de santé, en particulier dans le camp de Shuafat où, selon elle, vivent environ 24 000 personnes. Plus de 600 personnes sont employés par l’agence onusienne à Jérusalem-Est, d’après une source proche de l’agence.

En octobre, la mairie de Jérusalem avait indiqué que les écoles et les centres médicaux de l’Unrwa à Jérusalem-Est étaient dépourvus de licences israéliennes et donc « illégaux ».

Elle avait alors menacé de fermer l’ensemble des écoles de l’Unrwa à Jérusalem-Est à la fin de l’année scolaire, soit à l’été 2019, et de placer à la rentrée suivante les élèves dans les établissements sous le contrôle des autorités israéliennes.

L’Unrwa, qui vient aussi en aide à des millions de Palestiniens dans les Territoires palestiniens et les pays voisins, a été très durement affectée par la décision des Etats-Unis de supprimer la quasi-totalité de leurs contributions financières.

L’administration du président Donald Trump a ainsi coupé en 2018 plus de 500 millions de dollars d’aide aux Palestiniens, et cessé de soutenir financièrement l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

Pour justifier cette décision, Washington avait accusé l’agence de parti pris en faveur des Palestiniens, des reproches similaires à ceux adressés par le gouvernement israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...