Rechercher

Macron élu président en France : réactions de la presse française et étrangère

Si les journaux français mettent généralement en garde le jeune élu, à l'étranger, la presse exprime son soulagement

Emmanuel Macron, élu à la présidence de la République française, au centre, et son épouse Brigitte, devant la pyramide du Louvre, le 7 mai 2017. (Crédit : Patrick Kovarik/AFP)
Emmanuel Macron, élu à la présidence de la République française, au centre, et son épouse Brigitte, devant la pyramide du Louvre, le 7 mai 2017. (Crédit : Patrick Kovarik/AFP)

L’élection du centriste pro-européen Emmanuel Macron à la présidentielle française face à son adversaire d’extrême droite Marine Le Pen, constitue une victoire contre le populisme et un soulagement pour l’Europe, mais tout reste à faire pour le plus jeune chef de l’Etat français, selon la presse française et étrangère.

En France, le quotidien Le Monde voit plusieurs « raisons de relativiser ce succès » : « une grande partie des Français n’a pas voté ‘pour’ un candidat mais ‘contre’ l’extrême droite », ainsi que le niveau record d’abstentions et de vote blancs et nul. Emmanuel Macron sera « le président dont la légitimité sortie des urnes sera, probablement, la plus rapidement remise en cause ».

Pour le quotidien de gauche Libération, il s’agit d’une « victoire sous pression », car « la forte abstention, malgré la menace FN, est déjà le signe d’une insatisfaction vis-à-vis du nouveau président ».

Le quotidien de droite Le Figaro voit « une élection en demi teinte », avec la plus forte abstention depuis 1969 et une dispersion de l’électorat en quatre blocs. Le journal anticipe des législatives difficiles pour le nouveau président « d’ores-et-déjà privé d’un état de grâce ».

Emmanuel Macron, élu à la présidence de la République française, devant la pyramide du Louvre, le 7 mai 2017. (Crédit : Patrick Kovarik/AFP)
Emmanuel Macron, élu à la présidence de la République française, devant la pyramide du Louvre, le 7 mai 2017. (Crédit : Patrick Kovarik/AFP)

Le quotidien économique libéral Les Echos salue lui « le choix de l’espoir » avec un « nouveau visage de la France, jeune, audacieuse, conquérante ».

Pour le quotidien communiste L’Humanité, « un nouveau combat commence » afin de « contester les politiques libérales annoncées par le nouveau chef de l’Etat ».

En Espagne, « la France a choisi Macron et contient le populisme », écrit le journal El País. « Et la France a dit non. La victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, un pro-Européen et un ex-banquier libéral, a contenu la vague du mécontentement populiste qui a triomphé en novembre à l’élection présidentielle américaine et avant le référendum britannique ». « Après le Brexit et Trump, il n’y aura pas Le Pen ».

Pour le quotidien allemand conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung, « l’Europe évite le cauchemar. L’impensable a été évité : la France ne va pas être dirigée par une femme d’extrême droite. La victoire nette d’Emmanuel Macron donne de la confiance, mais l’Europe ne doit pas se faire d’illusions pour autant ».

Les partisans d'Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre, à Paris, après la victoire de leur candidat à l'élection présidentielle française, le 7 mai 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)
Les partisans d’Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre, à Paris, après la victoire de leur candidat à l’élection présidentielle française, le 7 mai 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)

Le quotidien de gauche Tageszeitung écrit aussi que « la nette victoire d’Emmanuel Macron est un énorme soulagement pour la France. »

En Suisse, Le Temps parle d’ « un homme neuf » : « Emmanuel Macron a réussi son pari insensé. Au-delà du niveau de l’abstention, de la radicalisation des extrêmes à droite comme à gauche et du délitement des partis traditionnels, l’enseignement principal de ce 7 mai est que la France s’est choisie un homme neuf pour entamer sa transformation. »

Au Royaume-Uni, « Bonne chance M. Macron, vous allez en avoir besoin », écrit The Guardian qui s’inquiète du niveau record de l’extrême-droite ; « Tout autre résultat aurait été une catastrophe européenne et pour une fois, heureusement, les sondages avaient raison. »

En Russie, le quotidien Vedomosti estime que les Français ont fait le choix du « candidat qui représente les principes essentiels de la Ve République : le gouvernement par une élite qualifiée et l’engagement dans l’intégration européenne. »

Le journal en ligne Gazeta.ru souligne que le nouveau président « devra répondre à la demande de changement, ne luttant pas tant contre un programme conservateur que contre les attentes négatives et le risque de déjà vu. »

Aux Etats-Unis, le New York Times voit dans la victoire de Macron un « grand soulagement pour l’Europe ».

En Australie, le Sydney Morning Herald écrit que « La France vote pour l’optimisme ». Le journal souligne aussi le « soulagement pour l’Europe ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...