Malgré la réconciliation, la Turquie poursuit le procès contre des soldats israéliens
Rechercher

Malgré la réconciliation, la Turquie poursuit le procès contre des soldats israéliens

L’abandon de l’affaire sur le raid en 2010 contre le Mavi Marmara était une condition cruciale pour mettre fin aux années de gel des relations

Shani Cooper, attachée diplomatique de la mission israélienne à Ankara, serre la main du président turc Recep Tayyip Erdogan pendant une réception dans la capitale turque, le 30 août 2016. (Crédit : présidence turque)
Shani Cooper, attachée diplomatique de la mission israélienne à Ankara, serre la main du président turc Recep Tayyip Erdogan pendant une réception dans la capitale turque, le 30 août 2016. (Crédit : présidence turque)

Le récent accord de réconciliation signé entre Israël et la Turquie a rencontré mercredi un obstacle quand un tribunal turc a refusé de renvoyer une affaire contre des membres de l’armée israélienne, une condition cruciale de l’accord.

L’abandon des accusations judiciaires contre les officiers israéliens liés au raid maritime de 2010 contre une flottille turque qui tentait de briser le blocus naval israélien de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas était une demande fondamentale d’Israël pendant les négociations.

Mais un tribunal d’Istanbul a refusé mercredi d’abandonner l’affaire, et a repoussé l’audience au mois de décembre, a annoncé la Deuxième chaîne.

Le raid, pendant lequel le commando israélien a été attaqué par les activistes présents à bord du Mavi Marmara, a fait 10 morts turcs, et plusieurs soldats israéliens ont été blessés. Israël a payé il y a quelques semaines 20 millions de dollars à la Turquie en dédommagement du raid mortel, un autre point central de l’accord.

Footage taken from a security camera aboard the Mavi Marmara, showing the activists preparing to resist IDF soldiers about to board the ship. (Photo by IDF Spokesperson / FLASH90)
Les activistes à bord du Mavi Marmara se préparant à « résister » aux soldats israéliens. (Crédit : porte-parole de l’armée israélienne/Flash90)

Le dédommagement était une demande turque essentielle de l’accord de réconciliation, ainsi qu’une excuse d’Israël et un adoucissement du blocus de la bande de Gaza.

Israël s’est excusé il y a trois ans, et bien que le blocus soit toujours en place, en raison des inquiétudes israéliennes que le Hamas n’importe des armes et du matériel militaire, Ankara a pu reprendre ses livraisons d’aide humanitaire aux Palestiniens en passant par les ports israéliens.

Les deux nations devaient annoncer la nomination de leurs nouveaux ambassadeurs ce mois-ci. L’échange de diplomates, qui avaient été rappelés des deux pays même si les relations officielles n’avaient jamais été totalement rompues, est le dernier élément central de l’accord de réconciliation signé en juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...