Rechercher

Malgré les restrictions à la frontière de Gaza, la famille Goldin a entamé sa marche

La famille a appelé les Israéliens à se joindre à la marche de 84 kilomètres pour relier Kfar Saba à la frontière nord de Gaza

Des manifestants marchent aux côtés des membres de la famille Goldin, dont le fils Hadar a été tué pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza, pour exiger le retour de sa dépouille et le retour en Israël d'autres Israéliens détenus à Gaza, à Kfar Saba, le 3 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des manifestants marchent aux côtés des membres de la famille Goldin, dont le fils Hadar a été tué pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza, pour exiger le retour de sa dépouille et le retour en Israël d'autres Israéliens détenus à Gaza, à Kfar Saba, le 3 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Malgré les fortes tensions et les restrictions routières, la famille Goldin et des dizaines de sympathisants ont entamé mercredi une marche depuis leur domicile dans la ville de Kfar Saba, dans le centre d’Israël, jusqu’à la frontière de Gaza, à l’occasion du triste huitième anniversaire de la mort de leur fils, dont la dépouille est entre les mains du groupe terroriste du Hamas à la tête de la bande de Gaza.

L’armée israélienne a ordonné la fermeture de plusieurs routes principales le long de la frontière de Gaza mardi matin, par mesure de précaution contre d’éventuelles attaques depuis l’enclave côtière, quelques heures après l’arrestation de Bassem Saadi, un membre haut placé du groupe terroriste palestinien Jihad islamique palestinien en Cisjordanie.

La marche sera divisée en plusieurs segments et les participants devraient arriver à la frontière de Gaza vendredi. Environ 84 kilomètres séparent Kfar Saba de la frontière nord de Gaza.

Hadar Goldin, le fils de Leah et Simcha Goldin, a été tué lors des combats de la guerre de 2014 à Gaza, tout comme Oron Shaul. Les corps des soldats sont détenus par le Hamas depuis.

Les organisateurs de la marche affirment que la marche de trois jours vise à implorer le gouvernement d’agir afin de ramener les corps des soldats tombés au combat, ainsi que les deux civils retenus en captivité par le Hamas.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Oron Shaul, Avera Mengistu, Hadar Goldin et Hisham al-Sayed.(Crédit : Flash 90)

Israël s’est efforcé d’obtenir le retour des dépouilles des soldats et de deux hommes encore vivants également retenus en captivité – Avera Mengistu et Hisham al-Sayed – par le biais d’un accord d’échange de prisonniers avec le groupe terroriste.

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’ancien Premier ministre Naftali Bennett et le Premier ministre actuel Yair Lapid ont tous affirmé l’importance de travailler à la restitution de Mengistu et d’al-Sayed, ainsi que des corps de Goldin et Shaul, mais peu de progrès ont été réalisés.

Les services de renseignement égyptiens, qui entretiennent des liens étroits avec Israël et le Hamas, servent souvent d’intermédiaire clé, mais les pourparlers semblent être dans l’impasse.

Au mois d’avril 2015, Hisham al-Sayed, un Israélien bédouin originaire du village de Hura dans le désert du Negev, était entré volontairement dans la bande à proximité du carrefour d’Erez. Selon son père, ce n’était pas la première fois qu’il pénétrait à Gaza mais, cette fois-ci, il a été arrêté par le Hamas et mis en prison. Sa famille affirme qu’il souffre d’une maladie mentale.

Le mois dernier, le Hamas a diffusé des images d’al-Sayed, affirmant que sa santé se détériorait, dans un effort apparent pour relancer des négociations longtemps bloquées en vue d’un échange de prisonniers avec Israël.

Les organisateurs de la marche ont appelé toutes les organisations représentant les anciens combattants et les familles endeuillées ainsi que l’ensemble du public à se joindre à la famille Goldin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...