Rechercher

Marche des Drapeaux : La police rejette l’itinéraire autour de la Vieille Ville

L'organisateur doit rencontrer la police pour discuter d'une date et d'un parcours alternatifs dans un contexte de tensions accrues autour du Mont du Temple

Des hommes juifs dansent avec des drapeaux israéliens lors de la marche annuelle des Drapeaux près de la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des hommes juifs dansent avec des drapeaux israéliens lors de la marche annuelle des Drapeaux près de la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police a rejeté mardi un projet de militants de droite d’organiser une marche à l’extérieur de la Vieille Ville de Jérusalem, à la suite des récents affrontements entre Palestiniens et policiers.

La marche prévue a été annoncée dans un contexte de tensions accrues entourant le Mont du Temple alors que les fêtes de Pâques, du Ramadan et de Pessah coïncident cette année. De plus, plusieurs attentats terroristes meurtriers ont eu lieu en Israël et les opérations antiterroristes israéliennes se sont multipliées – des opérations au cours desquelles de nombreux Palestiniens ont été tués lors d’échauffourées et d’affrontements en Cisjordanie.

Un communiqué de la police a indiqué que la demande d’organisation de la marche avait été soumise lundi « avec un court préavis » et que l’un des organisateurs avait été convoqué pour un entretien avec les agents afin de discuter d’une date et d’un parcours alternatifs. Le communiqué a noté que les organisateurs avaient annoncé la marche avant même que cette dernière ne soit approuvée.

La police a déclaré avoir discuté d’alternatives avec l’organisateur et avoir clairement établi son attachement à faire respecter « les libertés d’expression et de manifestation garanties par la loi, avec la nécessité de préserver le bien-être et la sécurité des participants à la marche comme de l’ensemble du public ».

« Présenter les choses d’une manière différente est une distorsion et une transgression de la vérité », indique le communiqué.

Le chef d’Im Tirtzu, un groupe d’extrême droite participant à l’organisation de la marche, a dénoncé la décision de la police.

« Tous ceux qui voulaient venir dans la capitale [pendant Pessah] ont subi un préjudice moral », a déclaré Matan Peleg à la radio militaire. « Nous voulons montrer qu’il n’y a rien à craindre. »

Matan Peleg, directeur d’Im Tirtzu, s’exprime lors à Tel Aviv, le 19 décembre 2015. (Crédit : Flash90)

Les nationalistes organisent traditionnellement une « Marche des drapeaux » dans certaines parties de la Vieille Ville. Cette marche annuelle a habituellement lieu au cours de la Journée de Jérusalem – Yom Yeroushalayim, quand l’État juif célèbre la réunification de la ville après la capture, par les soldats de Tsahal, de Jérusalem-Est, y-compris de la Vieille Ville et des lieux saints – pendant la guerre des Six jours en 1967.

Le défilé de l’année dernière avait été reporté après des tirs de roquette du Hamas en direction de Jérusalem au moment même de la marche – des tirs de roquette qui avaient déclenché 11 jours de combats intensifs entre Israël et les groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza.

Les responsables ont exprimé leur inquiétude concernant l’éruption de violences similaires, cette année, en raison des tensions à Jérusalem et de la convergence des dates des fêtes religieuses des trois monothéismes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...