Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Marine Le Pen se met « en congé » de la présidence du FN

"Je me sentirai plus libre surtout, je serai au-dessus des considérations partisanes, c'est un acte important", a déclaré cette euro-députée anti-Europe

Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l'élection présidentielle française, pendant une conférence de presse, au siège de son parti à Nanterre, le 9 novembre 2016. (Crédit : Martin Bureau/AFP)
Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l'élection présidentielle française, pendant une conférence de presse, au siège de son parti à Nanterre, le 9 novembre 2016. (Crédit : Martin Bureau/AFP)

Marine Le Pen, candidate FN qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle, a annoncé lundi soir qu’elle se mettait « en congé de la présidence du FN » afin de « rassembler autour de (son) projet ».

Invitée à dire ce qu’elle allait changer pour tenter de réunir les voix nécessaires à une victoire face au favori Emmanuel Macron, Mme Le Pen a répondu sur France 2 : « Je pense que nous approchons du moment décisif, j’ai toujours considéré que le président de la République est le président de tous les Français, à ce titre il doit rassembler tous les Français. C’est une conviction profonde, il faut maintenant passer des paroles aux actes. »

« Il m’est apparu indispensable de me mettre en congé de la présidence du FN. Ce soir, je ne suis plus la présidente du FN, je suis la candidate à la présidentielle, celle qui souhaite rassembler autour du projet d’espoir, de prospérité, de sécurité, l’ensemble des Français », a poursuivi Mme Le Pen.

« Je me sentirai plus libre surtout, je serai au-dessus des considérations partisanes, c’est un acte important », a estimé cette eurodéputée.

Cette hypothèse avait été envisagée par quelques frontistes depuis début 2016. « Ce serait un geste symbolique fort », estimait un dirigeant du parti.

Le candidat d’En marche! Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle dimanche avec 24,01% des voix devant Marine Le Pen, à 21,30%, selon les résultats définitifs publiés lundi en fin d’après-midi par le ministère de l’Intérieur.

« Je n’ai aucune déception, que des espérances », a affirmé Mme Le Pen, qui visait une large première place mais qui est arrivée deuxième avec 21,3% contre 24,01 pour l’ancien ministre de l’Economie.

« Nous pouvons gagner, je vais même vous dire mieux, nous allons gagner. Nous démarrons cette campagne à 40-60, si on regarde les sondages. Dix petits points, croyez-moi, c’est parfaitement faisable, d’autant plus que M. Macron a bénéficié, il faut bien le dire, d’une forme de brouillard », a affirmé l’eurodéputée.

« Le brouillard va s’estomper car maintenant que nous sommes face à face, les Français vont découvrir le contenu de son projet d’une très grande violence sociale, économique, migratoire » a-t-elle ajouté.

Elle a vertement attaqué le candidat « En Marche! »: « Rien dans le projet de M. Macron, ni dans son comportement, ne dénote la moindre preuve d’amour pour la France », a-t-elle lancé.

« Il l’a insultée, il l’a accusée de +crime contre l’humanité+ », concernant la colonisation française en Algérie, « il a dit qu’il n’y avait pas de culture française, il conteste en toute circonstance l’âme, la sève de notre pays », a accusé Mme Le Pen, alors que M. Macron s’était dit la veille candidat des « patriotes » face aux « nationalistes ».

Pour la dirigeante d’extrême droite, « le patriotisme, c’est de l’amour, un sentiment profond que l’on a ou que l’on n’a pas, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne le ressent pas chez Emmanuel Macron, ni à l’égard de la France, ni à l’égard des Français ».

Son opposant veut selon elle la « casse sociale » et « tout ouvrir ».

Alors que son parti continue à susciter un rejet net d’une majorité de la population dans les enquêtes d’opinion, Mme Le Pen a affirmé que « si les Français doivent avoir peur, c’est ni de moi ni de mon projet, c’est du projet et peut-être d’ailleurs de la personnalité de M. Macron qui va se révéler sous des traits moins sympathiques moins enjôleurs » a-t-elle prédit.

Pour elle, avec M. Macron, alors que « les Français ne voulaient plus, plus aucun (des dirigeants actuels), ils les auront tous, tous ensemble. Si c’est ça que les Français veulent, pas de problème, qu’ils choisissent M. Macron! »

Le président François Hollande, qui a apporté dans l’après-midi son soutien à M. Macron, a été qualifié par Marine Le Pen de « ventriloque » de son rival.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.