Marins américains arrêtés par l’Iran : les Gardiens de la révolution « attendent les ordres »
Rechercher

Marins américains arrêtés par l’Iran : les Gardiens de la révolution « attendent les ordres »

Cette annonce est intervenue à quelques heures du discours sur l'état de l'Union du président américain Obama

John Kerry et Mohammad Javad Zarif, le 2 avril 2015 (Crédit photo: AFP/Brian Snyder)
John Kerry et Mohammad Javad Zarif, le 2 avril 2015 (Crédit photo: AFP/Brian Snyder)

Les forces navales des Gardiens de la révolution ont affirmé mercredi « attendre les ordres » sur le sort des deux bateaux de guerre américains et leurs dix marins interceptés selon Téhéran dans les eaux territoriales iraniennes dans le Golfe.

Intervenant en direct à la télévision d’Etat, l’amiral Ali Fadavi, commandant des forces navales des Gardiens de la révolution, a affirmé que le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait contacté le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif « pour demander la libération des marins ».

« M. Zarif a eu une positon très ferme en précisant que les marins se trouvaient dans les eaux territoriales de l’Iran et qu’il fallait que les Etats-Unis présentent des excuses. Ce processus a eu lieu et cela ne prendra pas beaucoup de temps. Les forces navales des Gardiens de la révolution attendent les ordres pour les appliquer », a déclaré M. Fadavi.

Dans la nuit, les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique, avaient confirmé l’interception des deux bateaux américains.

« Les deux bateaux de guerre américains avec 10 marins armés sont entrés dans les eaux territoriales iraniennes mardi à 16H30 (13H00 GMT) dans les environs de l’île Farsi et ils ont été interceptés par des unités de guerre des forces navales des Gardiens de la révolution et emmenés sur l’île », avait affirmé le communiqué, ajoutant que les marins sont « en bonne santé ».

Le communiqué précisait que « les dix marins, neuf hommes et une femme, ont été emmenés dans un lieu sûr » et qu’au moment de leur interception le porte-avions américain Trumann et le porte-avions français Charles de Gaulle se trouvaient dans la zone mais « dans les eaux internationales ».

Selon l’agence Fars, proche des Gardiens de la révolution, les deux bateaux de guerre américains étaient entrés de « deux kilomètres à l’intérieur des eaux territoriales iraniennes et leurs appareils GPS le confirment ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...