Mattis: Washington continuera de travailler avec ses alliés sur l’Iran
Rechercher

Mattis: Washington continuera de travailler avec ses alliés sur l’Iran

L'administration Trump "demeure déterminée à faire passer la sécurité, les intérêts et le bien-être de nos citoyens avant tout" a déclaré le secrétaire à la Défense

Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis (Crédit : AFP/Toru YAMANAKA)
Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis (Crédit : AFP/Toru YAMANAKA)

Les Etats-Unis continueront de travailler avec leurs alliés pour empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire, a déclaré mercredi le secrétaire à la Défense des États-Unis Jim Mattis, au lendemain de l’annonce fracassante du président Donald Trump sur le retrait américain d’un accord âprement négocié.

Jim Mattis, un ancien général quatre étoiles issu du corps expéditionnaire des Marines, a souvent fustigé les activités iraniennes au Moyen-Orient.

Mais il est aussi partisan de travailler avec les alliés américains sur ce sujet et était devenu un défenseur discret de l’accord signé entre l’Iran et les grandes puissances en 2015 dans le but d’empêcher Téhéran d’accéder à l’arme nucléaire.

« Nous continuerons à travailler aux côtés de nos alliés et de nos partenaires pour faire en sorte que l’Iran ne puisse jamais acquérir l’arme nucléaire, et nous travaillerons avec d’autres pour faire face à l’influence néfaste de l’Iran », a dit M. Mattis à une commission du Sénat.

« Cette administration demeure déterminée à faire passer la sécurité, les intérêts et le bien-être de nos citoyens avant tout », a-t-il ajouté.

Suite au retrait américain, les Européens engagent mercredi des consultations pour tenter de sauver cet accord que Pékin veut également sauvegarder, sur fond de craintes d’une « déflagration » majeure au Moyen-Orient.

En octobre, M. Mattis avait dit qu’il était dans l’intérêt des Etats-Unis de rester dans l’accord. Et en janvier, il avait jugé que l’accord était « imparfait » mais que « quand l’Amérique donne sa parole, nous devons être à la hauteur et travailler avec nos alliés ».

Le secrétaire à la Défense a malgré tout dénoncé les actions « néfastes » de l’Iran, comme son soutien au président syrien Bashar el-Assad et aux rebelles Houthis au Yémen.

« Nous n’avons constaté aucun recul ou réduction des activités malveillantes (…) de l’Iran dans la région », a-t-il dit. « Nous avons quitté le JCPOA parce que nous avons trouvé qu’il était inadéquat pour l’effort sur le long terme », a-t-il ajouté en utilisant l’acronyme anglais de l’accord.

M. Mattis risque d’être isolé par les conseillers plus radicaux de M. Trump comme le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, un faucon à l’époque de la guerre en Irak qui a préconisé une action militaire en Iran et en Corée du Nord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...