Miki Zohar : Le gouvernement doit être dissous « dès que possible »
Rechercher

Miki Zohar : Le gouvernement doit être dissous « dès que possible »

Le député Likud accuse Kakhol lavan de saper la lutte de Benjamin Netanyahu contre la pandémie, sur fond de désaccords sur la limitation des manifestations anti-Netanyahu

Le député Likud Miki Zohar réagit lors d'une réunion à la Knesset, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)
Le député Likud Miki Zohar réagit lors d'une réunion à la Knesset, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)

Samedi soir, le député Likud Miki Zohar, chef de la coalition, a estimé que le gouvernement d’union avec Kakhol lavan devrait se dissoudre « dès que possible », tout en blâmant son leader Benny Gantz pour la deuxième vague épidémique et en l’accusant de saper la lutte du Premier ministre Benjamin Netanyahu contre le coronavirus.

« Lors de la première vague, lorsque Netanyahu a travaillé sans leurs distractions, nous avons gagné gros contre le coronavirus ; maintenant, ils ne font qu’interférer dans nos décisions afin de nous faire tomber avec eux », a-t-il accusé sur Twitter.

Le gouvernement doit être dissous « dès que possible », a ajouté M. Zohar.

Netanyahu a admis samedi que son gouvernement avait commis des erreurs en mettant fin au premier confinement national au début de l’année, alors que le ministère de la Santé a fait état de 8 221 nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués vendredi – un nouveau record en une seule journée.

Les commentaires de Zohar surviennent après des semaines de luttes intestines entre Netanyahu et son partenaire de coalition Benny Gantz, et plus récemment sur la question de savoir si la pandémie devrait entraîner la limitation des protestations hebdomadaires contre le Premier ministre, sa corruption présumée et sa gestion de la pandémie.

Les deux dirigeants se sont affrontés sur le budget et sur de nombreuses autres questions depuis la formation de leur gouvernement d’union après trois élections consécutives peu concluantes. Il est généralement estimé que Netanyahu cherche à organiser de nouvelles élections pour éviter d’avoir à céder les rênes à Gantz l’année prochaine dans le cadre de l’accord de rotation du Premier ministre.

Les ministres Kakhol lavan ont défendu les manifestations hebdomadaires contre Netanyahu, tandis que le Premier ministre les a condamnées comme un danger pour la santé publique et a rejeté comme « absurdes » les allégations selon lesquelles il cherchait à interdire les rassemblements pour des raisons politiques.

Le parti centriste de Gantz, ainsi que le procureur général Avichai Mandelblit, ont également repoussé vendredi les projets du Likud visant à proclamer l’état d’urgence pour réprimer les rassemblements anti-gouvernementaux – une mesure qui contournerait la Knesset et pourrait être illimitée.

Netanyahu et ses alliés ont insisté sur le fait que les rassemblements de masse étaient un dangereux vecteur d’infection, bien qu’il n’y ait pas de données appuyant cette affirmation.

Liberman : Gantz et Netanyahu doivent s’excuser auprès des Israéliens

Samedi également, le leader du parti d’opposition Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, a utilisé les réseaux sociaux pour exhorter les dirigeants de la coalition à demander pardon au public israélien avant la grande fête de Yom Kippour.

Le président d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, fait une déclaration à l’ouverture de la réunion hebdomadaire de son groupe à la Knesset, le 7 septembre 2020. (Yisrael Beytenu)

Il a commencé en évoquant Gantz et sa promesse de ne pas rejoindre un gouvernement d’union avec Netanyahu : « Vous devez demander pardon à ‘seulement’ 1,3 million de citoyens israéliens à qui vous avez menti en disant : ‘Je ne siégerai pas dans un gouvernement avec Bibi [Netanyahu]' », a déclaré M. Liberman.

Le député a ensuite dirigé sa colère contre les dirigeants des partis ultra-orthodoxes et leur a dit de demander pardon à leurs électeurs pour les avoir rendus « faibles en les empêchant de recevoir une éducation et de gagner leur vie de manière décente, et de demander pardon au reste des citoyens israéliens qui, contrairement à eux, font preuve de plus de réserves et paient plus d’impôts ».

M. Liberman a conclu en appelant le Premier ministre à demander pardon au public israélien pour les retombées financières calamiteuses à la suite de la mauvaise gestion de la crise du coronavirus, et à s’excuser auprès des habitants du sud pour sa politique de défense vis-à-vis du Hamas.

Vendredi, les tensions entre Yisrael Beytenu et le Likud de Netanyahu se sont aggravées lors de plusieurs échanges houleux entre les députés. Miki Zohar du Likud et le député Eli Avidar d’Yisrael Beytenu (opposition) se sont ainsi calomniés au sujet des manifestations pendant le confinement national.

« J’ai fait valoir ces derniers jours qu’il y en avait qui voulaient que ces manifestations se poursuivent parce qu’ils voulaient qu’il y ait des morts », a déclaré le chef de la coalition.

« Vous êtes un malade mental », a répondu Eli Avidar.

« Vous êtes l’une des personnes les plus idiotes que j’ai vues », lui a rétorqué Zohar.

Des milliers de personnes ont participé aux manifestations contre le Premier ministre dans tout le pays samedi, ainsi qu’en ligne, les plus importantes ayant eu lieu à Jérusalem, Tel Aviv et Césarée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...