Modi rend visite au fils des victimes de l’attentat de 2008 au Habad de Bombay
Rechercher

Modi rend visite au fils des victimes de l’attentat de 2008 au Habad de Bombay

Deux émissaires du Habas avaient été tués pendant l'attentat d'un groupe islamiste pakistanais ; leur fils avait été sauvé par sa nourrice

Moshe Holtzberg, le fils de deux émissaires du Habad tués dans un attentat en novembre 2008 à Bombay dans les bras du Premier ministre indien Narendra Modi, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en Israël, le 5 juillet 2017. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israël)
Moshe Holtzberg, le fils de deux émissaires du Habad tués dans un attentat en novembre 2008 à Bombay dans les bras du Premier ministre indien Narendra Modi, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en Israël, le 5 juillet 2017. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israël)

Le Premier ministre indien Narendra Modi, qui est actuellement en visite officielle en Israël, a rendu visite mercredi après-midi à Moshe Holtzberg, 12 ans, le fils de deux émissaires du Habad, le rabbin Gabriel Holtzberg et son épouse Rivka, qui ont été tués dans un attentat en novembre 2008 à Bombay.

Le fils du couple, Moshe, alors âgé de 2 ans, avait été sauvé par sa nourrice indienne et vit maintenant avec ses grands-parents. Sa nourrice, Sandra Samuel, s’est également installée en Israël.

L’attentat contre le Habad de la ville s’inscrivait dans le cadre d’attaques massives dans la ville par un groupe islamiste pakistanais qui ont fait 165 morts et des centaines de blessés.

En plus des Holtzberg, quatre visiteurs juifs du Habad avaient été tués dans l’attentat.

La synagogue et les espaces sociaux de la maison ont depuis rouvert pour des cours des Torah, des repas de Shabbat et de fêtes, et des offices religieux.

Les quatrième et cinquième étages, où ont eu lieu une grande partie du carnage de l’attentat, ont été transformés, avec la terrasse du toit, en musée et mémorial dédié aux attentats de Bombay, le premier du genre selon le Habad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...