Rechercher

Moins de feux de joie pour Lag BaOmer aurait conduit à moins de pollution

Les autorités ont demandé au public de limiter les feux ; l'endroit le plus pollué du pays a été Shmuel Hanavi, un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, a rapporté le ministère

Des personnes dansent près d'un grand feu de joie, lors des célébrations de la fête juive de Lag BaOmer dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem, le 19 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)
Des personnes dansent près d'un grand feu de joie, lors des célébrations de la fête juive de Lag BaOmer dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem, le 19 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministère de la Protection de l’environnement a déclaré jeudi avoir enregistré moins de pollution atmosphérique que les années précédentes pendant la fête de Lag BaOmer, alors que la célébration, qui comprend les traditionnels feux de joie, touchait à sa fin.

Le ministère a déclaré dans un communiqué que, malgré des conditions défavorables, notamment l’absence de vent et des conditions atmosphériques qui font que l’air stagne pendant 24 heures, la plupart de ses stations de détection de la pollution avaient enregistré des niveaux réduits.

Le ministère a attribué cette baisse de la pollution à l’appel qu’il a lancé, avec le ministère de la Santé et d’autres autorités, pour que le public n’allume pas de feux de joie et trouve d’autres moyens de célébrer. Le ministère n’a fourni aucune preuve qui étaye cette explication.

« Le résultat a été constaté ce matin dans 150 stations du système national de surveillance de l’air… qui sont dispersées dans tout le pays », a déclaré le ministère.

Il a ajouté qu’il y avait une réduction notable de « l’odeur âcre » causée par les feux de joie, qui peut persister pendant plusieurs jours après la fête.

Dans la plupart des endroits, la pollution a augmenté dans la nuit de mercredi à jeudi, lorsque les festivités ont commencé, et a atteint un pic vers 5 heures du matin.

Selon le ministère, des études ont établi un lien entre la mauvaise qualité de l’air causée par les feux et les visites aux urgences.

« L’une des caractéristiques les plus marquantes des incendies est une augmentation marquée de la concentration de particules de moins de 2,5 microns qui traversent les voies respiratoires », a indiqué le ministère.

L’endroit le plus pollué du pays a été Shmuel Hanavi, un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem où la pollution était environ 7,1 fois plus élevée que par temps clair.

Vient ensuite Nir Yisrael, une communauté agricole située près d’Ashkelon, dans le sud, et le troisième endroit le plus pollué est Kiryat Ata, dans le nord.

Les relevés de pollution sont affectés par des facteurs tels que l’emplacement des incendies par rapport aux stations de surveillance et les conditions météorologiques, comme la vitesse et la direction du vent, a déclaré le ministère.

La fête juive de Lag BaOmer marque la mort du sage et mystique Rabbin Shimon Bar Yohai au IIe siècle de notre ère. La tradition veut que l’on allume des feux de joie la veille de la fête, qui sont ensuite maintenus allumés toute la nuit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...