Rechercher

Mondial 2022 : Israël autorisera les survols à destination et en provenance du Qatar

Un accord a été conclu avec les autorités jordaniennes et européennes pour raccourcir les vols, suite à l'autorisation donnée aux Israéliens d’assister au tournoi

Un avion de Qatar Airways se prépare à décoller de l’aéroport international de San Francisco pendant la pandémie de coronavirus à San Francisco, le 22 décembre 2020 (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu, archive)
Un avion de Qatar Airways se prépare à décoller de l’aéroport international de San Francisco pendant la pandémie de coronavirus à San Francisco, le 22 décembre 2020 (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu, archive)

En vertu de l’accord conclu, mercredi, avec les autorités jordaniennes et européennes de l’aviation pour raccourcir la durée des vols, Israël ouvrira son espace aérien aux vols internationaux à destination et en provenance du Qatar pendant toute la durée de la Coupe du monde de football 2022.

La nouvelle, annoncée par l’Autorité aéroportuaire israélienne, intervient une semaine après l’accord conclu avec la FIFA autorisant les fans de football israéliens à se rendre au Qatar pour la Coupe du monde, en novembre et décembre prochains, alors même que les deux pays n’entretiennent pas de relations diplomatiques formelles.

Selon l’annonce de mercredi, les fans de football européens et américains en route pour le Qatar pourront survoler Israël, Chypre et la Jordanie, à l’aller comme au retour.

Une source proche du dossier a déclaré au Times of Israel que l’accord pourrait continuer à produire ses effets même une fois la Coupe du monde terminée, pour les vols vers l’est à destination du Qatar.

L’Autorité de l’aviation israélienne (IAA), l’armée de l’air israélienne et l’Autorité de l’aviation civile ont conclu un accord avec les autorités de l’aviation jordaniennes et avec l’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne, connue sous le nom d’Eurocontrol.

L’IAA a déclaré que l’accord aura pour effet de doubler – et même davantage – le nombre de survols d’Israël.

« Israël fait preuve d’esprit sportif et ouvre ses frontières aériennes au profit des fans », a déclaré le ministre des Transports, Merav Michaeli. « Je salue cette collaboration et me réjouis d’œuvrer à d’autres collaborations régionales. »

Des personnes sont rassemblées autour du compte à rebours officiel montrant le temps restant jusqu’au coup d’envoi de la Coupe du monde 2022, à Doha, au Qatar, le 25 novembre 2021. (Crédit : AP/Darko Bandic)

La semaine dernière, les ministres des Affaires étrangères, de la Défense, de la Culture et des Sports ont annoncé, dans une déclaration commune, que les citoyens israéliens – qui ne peuvent normalement entrer au Qatar qu’avec un passeport étranger – pourraient voyager librement et assister aux matches de la Coupe du Monde.

En vertur de l’accord conclu avec la FIFA, l’instance dirigeante internationale du sport, les Israéliens désireux d’assister aux matches doivent acheter un billet pour un match, puis demander en ligne une carte d’identité de fan, dont la délivrance accorde à son titulaire le droit d’entrer au Qatar et de réserver un hébergement.

La déclaration n’a pas évoqué les questions de sécurité concernant les voyages au Qatar, pays ayant des liens étroits à la fois avec l’Occident, l’Iran et le groupe terroriste du Hamas. Le projet initial de mettre en place des vols directs entre Israël et la petite nation du Golfe, annoncé un temps, n’a pas encore trouvé de concrétisation. L’accord annoncé mercredi est en effet muet sur la question des vols directs entre Israël et le Qatar.

La pression entourant les tournois sportifs contribue à dégager de nouveaux horizons diplomatiques pour Israël dans le Golfe. En 2018, deux ans avant d’accepter d’établir des relations avec Israël, Abou Dhabi avait autorisé la présence du drapeau et de l’hymne israéliens lors d’événements sportifs, mettant fin à une politique ancienne que les Émirats arabes unis partageaient avec la plupart des autres États du Golfe.

Le Qatar a accueilli un bureau commercial israélien de 1995 à 2000, mais il est peu probable qu’il se joigne à d’autres États du Golfe ayant établi des liens complets avec Israël, en raison de ses relations avec l’Iran.

Amy Spiro a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...