Rechercher

Les Israéliens seront autorisés à se rendre à la Coupe du monde de football au Qatar

Israël a déclaré que les supporters de football munis de billets pour les matchs seront autorisés à entrer sur le territoire ; l'annonce n'a pas mentionné de problèmes de sécurité

Des personnes se rassemblent autour de l'horloge officielle du compte à rebours indiquant le temps restant avant le coup d'envoi de la Coupe du monde 2022, à Doha, au Qatar, le 25 novembre 2021. (Crédit: AP/Darko Bandic)
Des personnes se rassemblent autour de l'horloge officielle du compte à rebours indiquant le temps restant avant le coup d'envoi de la Coupe du monde 2022, à Doha, au Qatar, le 25 novembre 2021. (Crédit: AP/Darko Bandic)

Les supporters de football israéliens pourront assister à la Coupe du monde de football qui se déroulera au Qatar en novembre, bien que les deux pays n’aient pas de relations diplomatiques officielles. Le gouvernement israélien a conclu des accords avec la FIFA, l’instance dirigeante de ce sport, comme l’a annoncé Israël jeudi.

Selon une déclaration commune du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, du ministre de la Défense Benny Gantz et du ministre de la Culture et des Sports Chili Tropper, Israël a déclaré que ses citoyens – qui ne peuvent normalement entrer au Qatar qu’avec un passeport étranger – pourront voyager librement et assister aux matchs pendant la prochaine Coupe du monde.

Selon les termes de l’accord conclu avec la FIFA, après avoir acheté des billets pour le match, les Israéliens devront demander en ligne une carte d’identité de supporter, dont l’approbation permettra à son détenteur d’entrer au Qatar et de réserver un hébergement.

Des efforts sont en cours pour faciliter les vols des Israéliens se rendant à la Coupe du monde.

Il n’y a pas encore eu de commentaire de la part de la FIFA ou du Qatar, qui a déclaré par le passé qu’il n’empêcherait pas les Israéliens de participer au tournoi.

« Il s’agit d’un exploit diplomatique qui remplit de joie le coeur des supporters (…) L’amour du football et du sport relie les gens et les pays et ce Mondial ouvre la porte à de nouvelles relations chaleureuses », a affirmé sur Twitter le ministre des Affaires étrangères israélien, Yaïr Lapid, faisant référence aux efforts déployés pour établir des liens officiels avec l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a exprimé l’espoir que « les Israéliens visitant [le Qatar] renforceront les liens de compréhension entre les citoyens des deux pays ».

Des supporters australiens applaudissant pendant le match de qualification pour la Coupe du monde de la FIFA 2022 entre les Émirats arabes unis et l’Australie au stade Ahmad ben Ali dans la ville d’Ar-Rayyan au Qatar, le 7 juin 2022. (Crédit : Mustafa ABUMUNES / AFP)

Le président de la Fédération israélienne de football Oren Hasson s’est félicité vendredi de cet accord. Mais celui-ci ne prévoit pas de vols directs entre les deux pays selon une source diplomatique israélienne.

La pression exercée sur les tournois sportifs a contribué à pousser de nouveaux horizons diplomatiques pour Israël dans le Golfe. En 2018, deux ans avant d’accepter d’établir des liens avec Israël, Abou Dhabi avait commencé à autoriser l’hymne et le drapeau israéliens pendant les événements sportifs, mettant fin à une politique de longue date qu’il partageait avec la plupart des autres États du Golfe.

Le Qatar a accueilli un bureau commercial israélien de 1995 à 2000, mais il est peu probable qu’il se joigne aux autres États du Golfe pour établir de réels liens avec Israël en raison de sa propre relation avec l’Iran.

Le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, a noté que « le sport a le pouvoir de traverser les continents et de relier les peuples et les pays » et s’est félicité de la possibilité pour les Israéliens de prendre part « à la plus grande célébration du football dans le monde ».

Le ministre de la Culture et des Sports Chili Tropper au théâtre Khan de Jérusalem, le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La déclaration de jeudi n’a pas fait mention des préoccupations de sécurité concernant les voyages au Qatar, une nation ayant des liens étroits à la fois avec l’Occident, l’Iran et le groupe terroriste du Hamas.

En avril, les médias israéliens ont indiqué que le Conseil de sécurité nationale envisageait d’avertir les citoyens de ne pas assister à la Coupe du monde, craignant qu’ils ne soient des cibles pour l’Iran ou ses mandataires.

Ces dernières semaines, Israël a renforcé ses mises en garde à l’intention des citoyens voyageant à l’étranger par crainte d’une attaque de représailles après l’assassinat d’un haut responsable du Corps des gardiens de la révolution islamique, Hassan Sayyad Khodaï, le mois dernier, largement attribué à Israël. Un avertissement a été spécifiquement émis à l’intention de tous les Israéliens voyageant ou envisageant de voyager en Turquie.

Jusqu’à présent, Israël a recommandé d’éviter tout voyage non essentiel au Qatar, fixant le niveau d’alerte pour le pays à 3 sur 4.

Une vue de la clôture autour du Centre d’exposition et de convention de Doha où le tirage au sort de la Coupe du monde de football a eu lieu le 1er avril 2022. (Crédit : Darko Bandic/AP)

Le quotidien Israel Hayom rapportait il y a un mois que plus de 15 000 Israéliens avaient déjà acheté des billets pour la Coupe du monde 2022. La sécurité devrait être particulièrement élevée autour de l’événement, puisque plus d’un million de fans de football du monde entier devraient affluer dans le pays du Golfe pour les matchs de novembre et décembre.

Le Qatar a déclaré le mois dernier qu’il n’autoriserait que les étrangers munis de billets de match à entrer dans l’État du Golfe pendant la Coupe du monde. Le directeur de la sécurité de la FIFA, Helmut Spahn, a déclaré le mois dernier que le plus grand défi en matière de sécurité attendu pendant la Coupe du monde était le contrôle de la foule, et non les menaces terroristes.

Dans le passé, « nous avions systématiquement des menaces d’attaques terroristes avant une Coupe du monde, nous avions des grèves de la sécurité privée et de la police ; nous avions parfois des problèmes d’infrastructure dans les stades qui n’étaient pas prêts à temps. Mais ce n’est pas le cas cette fois-ci », a déclaré Spahn. La menace « est faible et sous contrôle ici au Qatar ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...