Mort de Micha Maor, survivant de la Shoah et espion ayant fait juger Eichmann
Rechercher

Mort de Micha Maor, survivant de la Shoah et espion ayant fait juger Eichmann

Alors qu'il travaillait pour le Mossad, Micha Maor avait obtenu des documents prouvant l'implication du responsable nazi dans l'extermination des Juifs durant la Shoah

Micha Maor (Crédit : capture écran / YouTube)
Micha Maor (Crédit : capture écran / YouTube)

Michael (Micha) Maor, un survivant de la Shoah qui avait ensuite travaillé pour le Mossad pour contribuer à la recherche de preuves permettant de faire juger Adolf Eichmann, s’est éteint mardi. Il avait 86 ans.

Il sera enterré mercredi à 11 heures (heure locale), dans la ville de Modiin, dans le centre du pays, a rapporté le site Ynet.

Né en 1933 à Halberstadt, en Allemagne, il avait fui les nazis avec ses parents, d’abord en Espagne, puis en Yougoslavie. Ses parents ont été assassinés lorsque les forces nazies sont entrées en Yougoslavie en 1944. Il passa la fin de la guerre dans un orphelinat, avant de se rendre en Palestine en 1945.

Après un service militaire en tant que parachutiste et officier, il étudia la photographie en Allemagne, tout en travaillant pour le Mossad, l’agence de renseignement israélienne.

« Entre autres réussites professionnelles, il est parvenu à obtenir des documents du bureau du procureur général de Baden Essen qui prouvaient l’implication d’Eichmann dans l’extermination des Juifs durant la Shoah », peut-on lire à son sujet à Yad Vashem.

Le criminel de guerre nazi Adolph Eichmann se trouve dans une cabine de verre protectrice entouré par la police israélienne lors de son procès le 22 juin 1961 à Jérusalem. (Photo par GPO)

Eichmann, architecte du génocide des Juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, fut capturé par le Mossad en 1960 en Argentine et amené en cachette en Israël.

Il fut condamné à 15 chefs d’accusation, dont crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes contre les Juifs, et fut condamné à mort le 1er juin 1962 — la seule fois où Israël a appliqué la peine de mort.

De retour en Israël, Micha Maor continua de travailler comme photo-journaliste tout en apportant son aide au Mossad. Après un autre passage dans l’armée israélienne, il constitua le service de renseignement des garde-frontières de la police israélienne. Il le dirigea pendant 15 ans.

Il laisse derrière lui sa femme, Sarah, trois enfants et quatre petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...