Rechercher

Mort du colonel iranien : une fuite accusant Israël préjudiciable pour les USA ?

Ram Ben-Barak nie toute responsabilité d'Israël dans la mort du responsable des Gardiens de la révolution

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le député de Yesh Atid, Ram Ben Barak, à Rabat, au Maroc, le 12 août 2021. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Le député de Yesh Atid, Ram Ben Barak, à Rabat, au Maroc, le 12 août 2021. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Les autorités israéliennes ne décolèrent pas, depuis la découverte jeudi, d’une fuite publiée dans le New York Times concernant l’assassinat d’un haut responsable du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran. Un comité de la Knesset particulièrement influent signale que de telles fuites pourraient nuire à la coopération américano-israélienne.

« Cela entame la confiance », a regretté le député Ram Ben Barak, à la tête de la commission des affaires étrangères et de la défense, lors d’une interview donnée jeudi matin à la station de radio israélienne 103FM.

« Nos relations sont étroites, riches de nombreuses coopérations fondées sur la confiance. Quand la confiance est mise à mal, d’une manière ou d’une autre, cela nuit à de futures coopérations », a-t-il ajouté. « J’espère que les Américains enquêteront sur la fuite, comprendront d’où elle vient et pourquoi elle s’est produite. »

Ben-Barak a également déclaré espérer que la fuite soit un événement ponctuel, et non représentative de la politique américaine.

« Soit dit en passant, ce n’est pas la première fois que cela se produit. L’histoire du bombardement du réacteur nucléaire syrien avait déjà été révélée à un journaliste américain », a-t-il rappelé. En septembre 2007, des avions israéliens avaient bombardé le réacteur d’Al Kibar en Syrie, que l’on pensait être un site nucléaire. Le mois suivant, le New York Times publiait une série d’articles basés sur des informations attribuées à des sources anonymes du renseignement américain.

Ben Barak, ex-adjoint au chef de l’agence d’espionnage du Mossad, a nié l’information selon laquelle les responsables israéliens auraient confié à leurs homologues américains être responsables du meurtre du colonel iranien, Hassan Sayyad Khodaei.

« Pour autant que je sache, nous n’avons informé personne et pris nos responsabilités, et c’est très bien ainsi», a-t-il assuré.

Ram Ben-Barak (à gauche), chef du Comité des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, écoute Ali Rashid al-Nuaimi, président du Comité de la défense, de l’intérieur et des affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU), le 7 février 2022. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Une source anonyme proche des milieux du renseignement a déclaré mercredi au Times que des responsables israéliens avaient transmis des informations sur le meurtre de Khodaei, abattu devant son domicile, à Téhéran, dimanche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...