Mort d’un résident juif de Lod blessé à la tête par une brique lors des émeutes
Rechercher

Mort d’un résident juif de Lod blessé à la tête par une brique lors des émeutes

La famille d'Yigal Yehoshua, 56 ans, a accepté de faire don de ses organes. Aucun suspect n'a pour le moment été appréhendé

Yigal Yehoshua, 56 ans, tué à l'aide d'une brique, lors d'émeutes ethniques à Lod (Crédit : autorisation)
Yigal Yehoshua, 56 ans, tué à l'aide d'une brique, lors d'émeutes ethniques à Lod (Crédit : autorisation)

Yigal Yehoshua, 56 ans, grièvement blessé dans la nuit de mardi à mercredi après avoir été la cible d’un jet de brique à Lod, lors des émeutes entre résidents juifs et arabes de la ville, a été déclaré mort lundi à l’hôpital Assaf Harofeh.

Sa famille a accepté de faire don de ses organes.

Aucun suspect n’a pour le moment été appréhendé.

Il s’agit du premier Juif à être tué suite aux émeutes ethniques qui ont débuté la semaine dernière à travers l’ensemble du pays.

Un camion en feu après une émeute d’Arabes israéliens à Lod, le 12 mai 2021. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Yehoshua a été blessé dans la nuit de mardi à mercredi à l’aide d’une brique. Une autre personne a été grièvement blessée lors des émeutes nocturnes.

« Yigal était un modèle de coexistence, il ne craignait rien », a déclaré sa femme, Irena, à la Douzième chaîne. « Il a travaillé comme électricien et réparé des maisons pour tout le monde, Arabes et Juifs », a-t-elle ajouté.

Elle a déclaré que les violentes émeutes « nous ont tous blessés. Ces incidents ne sont bons pour personne et je suis sûre que les Arabes et les Juifs sont désolés pour eux. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté ses condoléances lundi soir à la famille.

« Nous nous réconcilierons avec tous ceux qui ont participé à ce meurtre. Personne n’échappera à la punition. Que la mémoire d’Yigal soit une bénédiction et soit toujours préservée dans nos cœurs », a dit Netanyahu.

Le commissaire de police Kobi Shabtai a reconnu, samedi, que ses forces n’étaient pas assez préparées aux violences qui ont balayé cette semaine les villes où les communautés juive et arabe se côtoient – en particulier dans le contexte de la menace représentée par les tirs de roquettes depuis Gaza.

Shabtai a ajouté qu’environ 1 000 personnes avaient été appréhendées jusqu’à présent dans le cadre de ces émeutes et qu’au moins 420 se trouvaient encore derrière les barreaux.

Shabtai aurait accusé le député d’extrême-droite Itamar Ben Gvir d’être responsable des émeutes et d’avoir attisé le feu.

Le commissaire de police Kobi Shabtai, à gauche, et le député Itamar Ben Gvir, à droite. (Crédit : Flash90)

Lorsqu’il a été interrogé sur cette accusation qu’il aurait lancée vendredi, Shabtai a dit aux journalistes que « certains, dans l’ensemble de la sphère politique, ont apporté leur contribution à la situation actuelle ».

« Réfléchissez-y par vous-même », a répondu le commissaire alors qu’il lui était demandé si Ben-Gvir lui-même était à l’origine de ces violences.

Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, a été âprement critiqué à l’intérieur même de son parti islamiste, dimanche, pour sa rencontre avec le maire de Lod, Yair Revivo en vue d’apaiser les tensions.

Suite aux émeutes, plusieurs familles ont été évacuées de leurs maisons et des dizaines de véhicules ont été endommagés. Le gouvernement a placé la ville sous état d’urgence civile – octroyant des pouvoirs spéciaux à la police et aux forces de sécurité, qui pourront notamment fermer des zones de la ville et en empêcher l’entrée ou la sortie, et utiliser une « force raisonnable » pour faire appliquer leurs consignes. La loi autorise aussi en cas d’urgence civile les officiers de police et les agents des services de secours à entrer n’importe où dans le but de s’acquitter de leurs fonctions et à utiliser la force à cette fin également.

Mercredi, il y a eu de grandes émeutes dans la ville qui jouxte l’aéroport international Ben Gurion, avec au moins 15 personnes blessées – dont trois blessées par balles réelles – malgré le couvre-feu décrété dans la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...