Rechercher

Naftali Bennett en visite-éclair aux Emirats arabes unis

Le Premier ministre a rencontré le nouveau président émirati cheikh Mohammed ben Zayed pour parler de "plusieurs questions régionales"

Le Premier ministre Naftali Bennett (à gauche) rencontre le prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed bin Zayed Al Nahyan dans le palais d'Abu Dhabi de ce dernier, le 13 décembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett (à gauche) rencontre le prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed bin Zayed Al Nahyan dans le palais d'Abu Dhabi de ce dernier, le 13 décembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Naftali Bennett effectue une visite éclair jeudi aux Emirats arabes unis, monarchie du Golfe avec laquelle l’Etat hébreu a normalisé ses relations en 2020 et où le Premier ministre avait effectué en décembre le premier déplacement officiel d’un chef de gouvernement israélien.

La visite a été gardée secrète jusqu’à ce que Bennett atterrisse dans la capitale des EAU.

Le premier ministre a été accueilli à l’aéroport par le ministre des affaires étrangères des EAU, Abdullah bin Zayed, accompagné d’une garde d’honneur. Il était prévu qu’il rencontre ensuite le nouveau président émirati, cheikh Mohammed ben Zayed, qui dirigeait déjà de facto le pays avant de succéder officiellement à son demi-frère malade, Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, décédé mi-mai, a indiqué le bureau de M. Bennett dans un communiqué.

Naftali Bennett et cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane ont « discuté de la coopération et des opportunités de développement » dans différents domaines, notamment ceux de « la sécurité alimentaire et de la santé », a rapporté l’agence officielle Wam.

« Aujourd’hui, ensemble, nous porterons la relation privilégiée qui s’est tissée entre nos pays à un niveau supérieur, pour la croissance et la sécurité de nos deux peuples », a affirmé M. Bennett avant de quitter Israël, d’après son bureau.

Israël et les Emirats ont signé fin mai un accord de libre-échange, le premier du genre entre l’Etat hébreu et un pays arabe.

En septembre 2020, les Emirats et Bahreïn sont devenus les premiers pays arabes du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël, sous l’impulsion de l’ancien président américain Donald Trump. Le Maroc et le Soudan ont ensuite conclu des accords similaires avec l’Etat hébreu.

Israël, les Emirats et Bahreïn partagent une crainte semblable face aux activités nucléaires de l’Iran, ennemi juré de l’Etat hébreu, et ses interventions dans divers théâtres régionaux.

Jeudi, Naftali Bennett a « salué » la résolution adoptée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) rappelant formellement à l’ordre Téhéran, sur fond d’impasse des négociations pour sauver l’accord de 2015 encadrant le programme nucléaire iranien.

Cette décision « indique clairement que l’Iran continue de jouer à des jeux et continue à se cacher », a affirmé M. Bennett selon son bureau, dénonçant « l’hypocrisie de l’Iran sur la question nucléaire et en général ».

Téhéran a dénoncé jeudi comme « politique et non constructive » la résolution de l’AIEA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...