Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Nasrallah : Les frappes contre les Houthis « nuiront à tout le trafic maritime »

Qualifiant les frappes américaines et britanniques au Yémen de "stupides", le chef du Hezbollah a indiqué que les Houthis continueraient à prendre pour cible les navires liés à Israël

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, prononçant un discours télévisé, avec à sa gauche une photo de feu le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Aruri, le 5 janvier 2024. (Crédit : Capture d’écran Al-Manar/AFP)
Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, prononçant un discours télévisé, avec à sa gauche une photo de feu le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Aruri, le 5 janvier 2024. (Crédit : Capture d’écran Al-Manar/AFP)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé dimanche que les Houthis continueront d’attaquer les navires en mer Rouge et ne seront pas dissuadés par les frappes américaines contre le groupe.

Décrivant les frappes américaines et britanniques au Yémen comme un acte de stupidité, Nasrallah a indiqué que les Houthis continueraient à prendre pour cible les navires appartenant à Israël et se rendant dans ses ports.

« Le plus dangereux, c’est que ce que les Américains ont fait en mer Rouge va nuire à toute la navigation maritime, même les navires qui ne vont pas en Palestine, même les navires qui ne sont pas israéliens, même les navires qui n’ont rien à voir avec cette affaire, parce que la mer est devenue un théâtre de combats, de missiles, de drones et de navires de guerre », a estimé le chef du terrorisme.

En début de soirée samedi 13 janvier, une source militaire alliée aux terroristes houthis du Yémen et une source policière ont annoncé qu’une nouvelle frappe avait touché la ville de Hodeida (ouest), en réponse à un tir de roquette effectué par les Houthis depuis cette cité portuaire. Cette frappe n’a pas été revendiquée dans l’immédiat. Une correspondante de l’AFP à Hodeida a entendu le bruit d’un missile suivi d’une explosion puissante, et une heure et demie plus tard, un autre bruit d’explosion lointaine.

L’armée américaine avait mené tôt samedi matin une autre frappe contre des sites des Houthis après que ces derniers ont renchéri dans leurs menaces contre le trafic maritime international en mer Rouge.

Tôt samedi, la chaîne des Houthis, al-Masirah, avait fait état de frappes sur au moins un site de la capitale Sanaa, sous contrôle des rebelles. « L’ennemi américano-britannique cible (…) Sanaa, avec un (certain) nombre de raids », a déclaré le média sur son compte X.

Le chef du groupe terroriste Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré dimanche dans un discours télévisé que les États-Unis devaient comprendre que toute la violence dans la région était liée à la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza.

Nasrallah déclare que des envoyés au Liban ont cherché à « éteindre » le front libanais en avertissant que si le groupe ne cessait pas ses attaques, « Israël lancerait une guerre contre le Liban ». Il n’a pas identifié ces émissaires.

Il affirme que l’objectif du front libanais est de « mettre fin à l’agression contre Gaza ».

Les Etats-Unis devraient comprendre « que la sécurité de la Mer Rouge et le calme sur le front libanais, la situation en Irak et tous les développements dans la région sont liés à une seule chose : arrêter l’agression contre Gaza », ajoute Nasrallah.

« Vous essayez de faire face aux conséquences et aux résultats, mais pas à la raison », ajoute-t-il.

Nasrallah s’exprimait lors d’une commémoration en hommage à un haut commandant du Hezbollah, Wissam Tawil, tué dans le sud du Liban la semaine dernière, le plus haut commandant du Hezbollah à mourir en trois mois d’hostilités avec Israël.

Depuis le 19 novembre, la tension est montée en mer Rouge avec des attaques des Houthis visant le trafic maritime en solidarité avec le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les attaques des Houthis, menées avec des missiles et des drones, ont poussé de très nombreux armateurs à délaisser le couloir de la mer Rouge entre Europe et Asie, au prix d’une hausse considérable des coûts et temps de transport, le dernier en date étant vendredi la compagnie de transport maritime danoise Torm.

Pour y faire face, Washington a mis en place en décembre une coalition multinationale afin de protéger le trafic maritime dans cette zone par où transite 12 % du commerce mondial.

Or les Houthis ont poursuivi leurs opérations alors que le Conseil de Sécurité de l’ONU les a enjoints à stopper leurs attaques.

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, se considère avec le pouvoir en Syrie, le Hezbollah libanais, le mouvement palestinien Hamas, des groupes irakiens et les rebelles yéménites Houthis comme faisant partie de « l’axe de la résistance » face à Israël au Moyen-Orient.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.